vendredi 31 août 2007

Stanley Kubrick et la musique

"Un film est – ou devrait-être – beaucoup plus proche de la musique que du roman.[...]"
Stanley Kubrick, 1964

Dans le courant du mois de septembre, le département Arts de la Médiathèque de Dole propose une rétrospective des films de Stanley Kubrick et de David Lynch.
Le dossier documentaire réalisé à cette occasion est
en ligne.


Revoir... et réentendre les films de Stanley Kubrick
Si au début de sa carrière, Stanley Kubrick commande des partitions originales à des compositeurs (Gerald Fried, Alex North, Laurie Johnson), le cinéaste aura plus souvent recours par la suite à des musiques déja écrites. Il puisera ainsi pour une large part dans le répertoire de la musique classique (Strauss, Beethoven, Haendel, Schubert) et de la musique contemporaine (Ligeti, Bartok, Penderecki) mais également dans les répertoires de la musique électronique (Wendy Carlos), du jazz, du rock (The Rolling Stones, Chris Isaak) et de la variété (Gene Kelly, Frank Sinatra). Ce sujet a été remarquablement traité par Damien Deshayes dans l'article intitulé "La musique dans l’œuvre de Stanley Kubrick : Tradition et modernité : l’intellectualisation de la musique de film" à lire sur le site Cinezik.org.
Difficile après avoir consulté un article aussi documenté, de trouver quelque chose à ajouter ! On se contentera donc de présenter, sans volonté d'exhaustivité, la référence des compositeurs et des interprètes dont les oeuvres ont été adoptées (et parfois adaptées) par cet immense cinéaste américain souvent dérangeant, mais réellement visionnaire.

1951 : Day of the Fight ; 1951 : Flying Padre ; 1953 : Fear and desire ; 1955 : Le Baiser du tueur ; 1956 : L'Ultime razzia [The killing] ; 1957 : Les Sentiers de la gloire [Paths of glory] : les musiques des 6 premiers films de Kubrick ont été composées par Gerald Fried

1960 : Spartacus : musique composée par Alex North, élève d'Aaron Copland, il a également composé la musique d'un Tramway nommé désir, et plusieurs musiques de film pour John Huston.

1962 : Lolita : musique composée par Bob Harris et Nelson Riddle. Ce dernier est un grand arrangeur et orchestrateur de jazz qui a travaillé pour Franck Sinatra et Ella Fitzgerald

1964 : Docteur Folamour [Dr Strangelove] : Musique originale composée par Laurie Johnson (le thème de Chapeau melon et bottes de cuir est également de lui)

1968 : 2001 : l'odyssée de l'espace [A Space Odyssey] : Ainsi parlait Zarathoustra de Richard Strauss. Le Beau Danube bleu [Der schönen blauen Donau ] de Johann Strauss. Requiem, Lux Aeterna, Atmospheres, Adventures de György Ligeti

1971 : Orange mécanique [A Clockwork Orange] (film interdit aux moins de 16 ans) : une B.O. marquée par la réinterprétation d'oeuvres classiques au synthétiseur par l'artiste transgenre Wendy Carlos (d'abord prénommé Walter). Sont ainsi jouées dans une version électronique : la 9e symphonie de Ludwig van Beethoven, l'Ouverture de Guillaume Tell de Gioacchino Rossini, Pump and circonstances d' Eward Elgar. Si vous avez vu le film, vous n'avez bien sûr pas oublié la chanson Singin' In the Rain, écrite par Arthur Freed et Nacio Herb et chantée par Gene Kelly (pour une scène d'une violence insoutenable). Tirées du film, les deux photos placées en haut d'article montrent Alex (l'acteur Malcolm McDowell) dans sa chambre -on aperçoit sa chaîne Hi-Fi, sa collection de vinyles 33 tours et sur le mur un poster de Beethoven - , puis Alex habillé en dandy se pavanant à la "disc-bootick" et approchant deux "devotchkas".

1975 : Barry Lyndon : véritable compilation d'oeuvres classiques qui se placera en tête des ventes grâce à la fameuse Sarabande d'Haendel. Le trio pour piano op 100 de Franz Schubert. Le concerto pour violoncelle en mi mineur d'Antonio Vivaldi. Le concerto pour deux clavecins de Jean-Sébastien Bach. Hohenfriedberger March de Frédérique le Grand, etc. Des airs traditionnels irlandais et anglais : Piper's maggot jig, The sea maiden, Lilliburlero, certains interprétés par The Chieftains.

1980 : Shining : Différentes oeuvres de Krzysztof Penderecki dont De Natura Sonoris, Polymorphia, Utrenja, The Awakening of Jakob, etc. Lontano de György Ligeti. L'adagio de la Musique pour cordes, percussions et célesta de Béla Bartok. Rocky Mountains de Wendy Carlos qui interprète également Dies Irae, célèbre thème grégorien (déja repris par Berlioz dans sa symphonie fantastique, ... et par Michel Sardou ;-P) arrangé au synthétiseur. On entend également du jazz avec des airs joués par des orchestres de variété des Années Folles tels que Jack Hilton and his Orchestra, Ray Noble Orchestra, Henry Hall & the Gleneagles Hotel Band.

1987 : Full Metal Jacket : partitions d’ Abigail Mail (le pseudonyme de Vivian Vanessa Kubrick, la fille du cinéaste). Des chansons pop-rock dont "Paint in black" des Rolling Stones

1999 : Eyes Wide Shut : La valse 2 de Dmitri Chostakovitch. Musica Ricercata de György Ligeti. Strangers in the Night chantée par Frank Sinatra. Baby Did a Bad Thing chantée par Chris Isaak


A venir : David Lynch et la musique

jeudi 30 août 2007

Pascal Quignard : "La haine de la musique" : livre de la semaine


Quand la musique était rare, sa convocation était bouleversante comme sa séduction vertigineuse.
Quand la convocation est incessante, la musique repousse.
Le silence est devenu le vertige moderne.
Son extase."

"La durée du microsillon de gomme-laque (trois minutes) a imposé à la musique moderne sa briéveté harassante."

"Le quatuor à cordes européen.
Quatre hommes en noir, avec des noeuds papillons autour du cou, s'échinent sur des arcs en bois, avec des crins de cheval, sur des boyaux de mouton."


Pascal Quignard, La haine de la musique, Gallimard, 1997 (Folio)

mardi 28 août 2007

Disparition du disque et prestige du livre

Valeur d'usage, valeur d'échange et valeur symbolique
Commentant, dans un billet intitulé : "Âge et génération" les analyses apportées par la lettre Culture et prospective du Ministère de la Culture « Approche générationnelle des pratiques culturelles et médiatiques », le blogeur montréalais Jean-Michel Salaün formule cette judicieuse constatation :
"Il n’y a pas de relation mécanique entre la tendance positive ou négative des pratiques et la santé économique de la filière. Même si l’on peut interpréter ces tendances en termes de cycle de vie d'un produit, tout dépend de la capacité de valorisation mise en place par le jeu des acteurs. Le contraste entre la situation du livre et celle de la musique, dans le rapport valorisation/pratiques, est flagrant. Les acteurs de la première filière ne s’en sortent pas trop mal, malgré des indicateurs de pratiques calamiteux, tandis que les seconds plongent alors même que la pratique de la musique enregistrée ne cesse de croître. Ainsi, la stratégie est un élément fondamental, d’autant plus délicat à manier que le numérique change, de façon inédite à la fois les modes de valorisation et les pratiques."
Dans le dernier film de Christopher Nolan : "The Prestige" (2006), deux magiciens interprétés par Hugh Jackman et Christian Bale d'abord associés puis concurrents, rivalisent d'ingéniosité pour concevoir le tour de magie ultime qui sidérera l'assistance et qui apportera à son inventeur la renommée et la fortune.


On ne dévoilera rien de l'intrigue en expliquant le sens du mot prestige dans le contexte du film : Dans le prologue du film, une voix off décrit les trois étapes nécessaires à la réussite d'un numéro de magie : 1. "la promesse", c'est la présentation du numéro, la mise en condition du spectateur, 2. "le tour" : la disparition mystérieuse, et 3. le clou du spectacle, "le prestige" : la réapparition du sujet que l'on avait fait disparaître.
Ainsi le tour ne saurait suffire au succès d'un numéro de magie, celui-ci trouve sa complétude, sa perfection par une résolution heureuse. Un peu comme en musique, où pour créer une impression d'apaisement le morceau doit se terminer sur la tonique.
En cela qu'importe que "la lecture assidue de livres baisse à la fois avec l’âge et les générations" et que dans un même temps "la pratique de la musique enregistrée s’accroi[sse] avec les générations montantes".
Pendant que le monde du disque se dématérialise sans avoir encore trouvé le moyen de revenir sous les feux des projecteurs, le monde de l'édition imprimée continue par un savant jeu de fumée et de miroirs à donner des gages de sa présence.
On aimerait connaître le truc !

SongTapper : site web de la semaine

Espace, Espace, Espace, Espace... Espace, Espace... Espace, Espace, Espace
Le principe du site : "Find music by tapping the rhythm of the song's melody", c'est-à-dire retrouver le titre d'une musique en tapant le rythme de la mélodie de la chanson sur la barre d'espace du clavier. (Merci à Fabien de Grenoble pour l'info)
Le résultat est très loin d'être garanti, mais parfois, miracle, ça marche.
Parmi nos tentatives, le site a reconnu "Smoke on the water" et "Video killed the radio star" ... des airs dont on oublie rarement le titre !

Dernière recommandation : avant d'essayer, expliquez votre démarche autour de vous, afin que vos collègues ou votre famille ne vous prennent pas pour un fou.
http://www.songtapper.com/

samedi 25 août 2007

The Librarian: Return to King Solomon's Mines : vidéo de la semaine #21

Non, il ne s'agit pas d'un photomontage, c'est bien l'affiche d'un vrai film sorti en 2006 aux Etats-Unis avec dans le rôle principal Noah Wyle, le célèbre docteur Carter de la série Urgences.
Le film, qui n'est pas distribué en France, raconte les aventures de Flynn Carsen, un jeune bibliothécaire, au profil d'adulescent dans une fusion improbable d'Harry Potter et d'Indiana Jones. Il ne maîtrise pas la magie, ou le fouet, son arme... c'est un grimoire qu'il sort de sa besace !

Le concept semble avoir séduit le public américain puisque "The Librarian: Return to King Solomon's Mines" fait suite à "The Librarian: Quest for the Spear" (2004), dans lequel l'acteur lynchéen Kyle MacLachlan (Dune, Blue velvet, Twin Peaks) incarnait le méchant.
Un bibliothécaire aventurier, voilà une représentation positive plutôt inédite au cinéma, et l'initiative mérite d'être saluée, même si ces films ne devraient pas marquer la mémoire des cinéphiles, ni celle des dévédévores.

http://alt.tnt.tv/librarian_return/index.html

Theodor W. Adorno : "Le caractère fétiche dans la musique" : livre de la semaine

"L'ensemble de la vie musicale contemporaine est dominé par la forme de la marchandise : les derniers vestiges précapitalistes ont disparu. La musique, à laquelle on accorde avec générosité tous les attributs des choses éthérées et sublimes, sert essentiellement la publicité des marchandises que l'on doit précisément acquérir pour pouvoir écouter de la musique."(1938)

Theodor W. Adorno : "Le caractère fétiche dans la musique et la régression de l'écoute [ = Über den Fetischcharackter in der Musik und die Regression des Hören] ; traduit de l'allemand par Christophe David, Editions Allia, 2001, 84 p.


Liens : Les articles de Wikipédia sur Adorno, sur l'Ecole de Francfort, une autre traduction du texte par M. Jimenez.

jeudi 23 août 2007

Vingt-cinq ans après, le CD reste un objet tendance

Six feet under
De nombreux médias célèbrent l'anniversaire du disque compact à la manière d'un enterrement de première classe (ici, , et encore ).
Etrange acharnement qui pourrait parfois ressembler à une campagne de contre-publicité.

"Chébran, c’est dépassé, il faut dire câblé"
Dans le même temps, un fournisseur d'accès Internet lance une offre de téléchargement illimité de musique. Vraiment illimité ? Pas tant que ça en fait. D'abord parce que les fichiers musicaux téléchargés cessent d'être jouables à l'arrêt de l'abonnement (because les DRM).
Ensuite parce que l'offre est limitée au catalogue d'une seule major, dans le cas de Neuf Cegetel, il s'agit d 'Universal Music Group.
Enfin dernière "contrainte, l'abonné devra piocher dans un seul et unique genre musical, parmi le neuf proposés par le site mis en place par Neuf Cegetel" comme nous l'apprend SVM.
Voilà qui n'est pas fait pour favoriser la curiosité musicale des abonnés, mais ce n'est sans doute pas le but poursuivi dans l'affaire.
Le spot de pub qui tourne actuellement sur les écrans est assez drôle : il montre de jeunes cadres branchés réunis en conférence parlant de cette nouvelle offre, leur dialogue n'est constitué que de noms de musiciens. Révélateur, pratiquemement tous les noms cités sont ceux d'artistes de variété, et pour la plupart des artistes "internationaux", c'est à dire anglo-saxons.
Toujours à l'oeuvre, cette concentration de l'offre allant de pair avec une massification des goûts musicaux, déja décrite par le philosophe Theodor W. Adorno, il y a plus d'un demi-siècle dans "Du fétichisme en musique et de la régression de l'audition".

Fashionista
Dans ce contexte morose, les amateurs de disques se consoleront peut-être en apprenant qu'un blog de graphistes s'intéresse aux palettes de couleurs des pochettes de leurs chers cd. (une info lue sur Presse-Citron)

Par exemple, si d'aventure, impressionné par le bagou de la présentatrice de D&Co sur M6, dans un moment d'euphorie vous avez repeint entièrement votre salon en fushia laqué, les tendanceurs de colourlovers vous recommandent le dernier Madonna.

En revanche, si vous avez l'intention de "tuner" votre cuisine de 10 m2 dans le style "loft industriel", ambiance "design minimal", tout en "métal brossé et béton brut" optez plutôt pour la palette de couleurs en gamme de gris bleu du cd de John Mayer.


D'autres recommandations "musicales" ici : http://www.colourlovers.com/blog/2007/04/09/grammy-award-winning-album-colors-2007/

mardi 21 août 2007

DVD musicaux, les nouvelles acquisitions de la Médiathèque de Dole


Une pluie... de DVD musicaux annoncée pour début septembre
Voici la liste des 100 nouveaux titres bientôt disponibles :


Musiques du monde
LES MILLE ET UNE VOIX : De Tunis au Caire, du Radjasthan à Istanbul et au Sénégal, un pélerinage aux sources de la musique islamique
MUSIC PLANET - Cesaria Evora
GOTAN PROJECT - La revancha del tango live
BRASILEIRINHO : une évocation du choro, rythme brésilien né au XIXème siècle, fruit du métissage de mélodies européennes et de sonorités afro-brésiliennes
MARLEY Bob & THE WAILERS - Catch a fire
REBEL MUSIC : The Bob Marley story
SEGUNDO Compay - Quijote tropical
MUSIC PLANET - Madredeus
SKA-P - Incontrolable

Rock français
DIONYSOS - "Whatever the weather" live
MATMATAH - Piste off
NOIR DESIR - Dies irae
PLEYMO - Ce soir c'est grand soir
TRUST - Still a live
TRYO & les arrosés - Reggae à coups d'cirque

Chanson française
AUFRAY Hugues - Route 91 : Master serie
BENABAR - Live au Grand Rex
BRASSENS Georges - Master serie
CABREL Francis sur scène - D'une ombre à l'autre & Hors-saison
DELPECH Michel - Ce lundi-là au Bataclan
GAINSBOURG Serge - D'autres nouvelles des étoiles
LE FORESTIER Maxime - Master serie
MITCHELL Eddy - Master serie
THANK YOU (LEO) FERRE

Jazz
ARMSTRONG Louis - En concert, morceaux choisis
ART ENSEMBLE OF CHICAGO - In concert
BAKER Chet - My funny Valentine
BLAKEY Art & The Jazz Messengers - Buhaina's delight
COLEMAN Ornette - Sound
COLTRANE John - Impressions
DOLPHY Eric - So long Eric
GALLIANO Richard - Live in Marciac
GIL EVANS & ORCHESTRA
HAWKINS Coleman - After hours / Jazz dance
JAMAL Ahmad - Live in Baalbeck
JARRETT Keith - Love ship
LEGENDARY NEW ORLEANS MUSICIANS
MARSALIS Branford QUARTET - Coltrane's a love supreme
MINGUS Charles - Orange was the colour of her dress
MONK Thelonious - Live in '66
PARKER Charlie & Dizzy Gillespie - Hot house
SHORTER Wayne - Footprints
WEATHER REPORT - Live at Montreux 1976

Jazz vocal
COLE Nat King - When I fall in love, the one and only
KRALL Diana - Live in Paris

R&B, Soul, Funk
BROWN James - Live in Berlin : Master serie
CHARLES Ray - The Genius
CHARLES Ray - LIVE - In concert with the Edmongton Symphony
CHIC with Nile Rodgers - Live at Montreux 2004
EARTH, WIND & FIRE - In concert
JACKSON Michael - Live in Bucharest : the dangerous tour
KOOL & THE GANG - Master serie
PLUNKY & ONENESS OF JUJU - Live in Paris
PRINCE EN CONCERT - Rave un2 the year 2000
TIMBERLAKE Justin - Live from London

Rap, Hip-Hop
CYPRESS HILL - Still smokin', the ultimate video collection
RUN DMC - Live at Montreux 2001

Pop, Rock
BEACH BOYS - Endless harmony, the definitive story…
BEACH BOYS - Good vibrations tour
BJORK - Greatest hits 1993 - 2003
DOORS - Soundstage performances
MADONNA - Music in review
MORISSETTE Alanis - Live au pays navajo
POLICE - Everyone stares : The Police inside out
PRESLEY Elvis - Elvis Presley
ROLLING STONES - Les singles 1962-1970
STING - Roots reggae : 21th
STING - The brand new day tour
STREISAND Barbra - Live at the MGM Grand
WHO - Who's next
WILLIAMS Robbie - Music in review (La rétrospective)

Rock progressif
GENESIS - Songbook
PINK FLOYD - The dark side of the moon
PINK FLOYD'S The piper at the gates of dawn
SUPERTRAMP - Inside Supertramp 1974-1978

Hard Rock
AC/DC - Les années Bon Scott
DEEP PURPLE - The ultimate review
SCORPIONS - Rock you like a hurricane

Punk
CLASH - RUDE BOY (Coll. Les Inrockuptibles)
GOOD CHARLOTTE - Fast future generation
GREEN DAY - American idiot : the ultimate critical review
SEX PISTOLS - Never mind the bollocks (THE )

Grunge
FOO FIGHTERS - Skin and bones
NIRVANA - Nevermind

Musique classique
GREAT COMPOSERS - Claude Debussy
GREAT COMPOSERS - Frédéric Chopin
LA LECON DE MUSIQUE DE Jean-François ZYGEL - Les clefs de l'orchestre 01
LA LECON DE MUSIQUE DE Jean-François ZYGEL - Mozart
MATTHAUS PASSION/BACH/CLEOBURY - La Passion selon saint Matthieu
MOZART INTERACTIVE - DVD life and music of Mozart

Opéras
MOZART Wolfgang Amadeus - Die Entführung aus dem Serail (L'enlèvement au Sérail)
MOZART Wolfgang Amadeus - Die Zauberflöte (La flûte enchantée)
ADRIANA LECOUVREUR/CILEA/GAVAZZENI (Ed.Brillant Classics)
COSI FAN TUTTE/MOZART/MUTI
DON GIOVANNI/MOZART/MUTI/ALLEN
ORPHEUS AND EURYDICE/GLUCK/MALGOIRE

Musique contemporaine
BOULEZ Pierre - En répétition
77 MILLION PAINTINGS BY Brian ENO

The Yardbirds filmés par Antonioni : "Blow-up" (1966)

Cold summer of memories
L'été restera empreint de nostalgie, marqué à la fois par la célébration du psychédélique été 67 (summer of love sur Arte), et par la disparition de personnalités majeures du monde de la musique (le batteur Max Roach, Tony Wilson le patron du label Factory) et du cinéma (Ingmar Bergman, Michelangelo Antonioni).
Et parfois, dans ce travail de mémoire, il arrive que les fils se rejoignent :
En 1966, Antonioni tournait "Blow-up", l'histoire de Thomas, un photographe branché, joué par David Hemmings, évoluant dans le swinging London des mannequins de mode (le début de Jane Birkin à l'écran dans un rôle de figuration). Il découvre incidemment qu'un meurtre a été commis en agrandissant des photos prises dans un parc (blow-up signifie agrandissement) . Dans sa longue déambulation, Thomas débarque dans un club où se produisent les Yardbirds. Le groupe fondé par Eric Clapton est alors constitué de deux guitaristes d'exception : Jimmy Page qui formera deux ans après Led Zeppelin, et Jeck Beck qui jouera ensuite avec Rod Stewart et Roger Waters.

Dans l'extrait suivant, c'est Jeff Beck qui fracasse sa guitare sur l'ampli. L'histoire nous apprend qu'il ne faisait ainsi que suivre les indications du réalisateur qui lui avait demandé de reproduire le jeu de scène des Who, d'abord pressentis mais pas disponibles. Pourtant les Yardbirds ne sont pas un groupe de seconds couteaux, Jimmy Page et Jeff Beck étant à l'origine d'un mouvement musical qu'on appellera hard rock !
The Yardbirds : "The train kept a rollin / Stroll on" (extrait de "Blow-up" de Michelangelo Antonioni)

Blow-up est sorti en salle le 1er mai 1967, il obtint la même année la palme d'or au Festival de Cannes. En 1982, Brian de Palma va en tirer un remake avec "Blow-out" avec cette fois John Travolta dans le rôle d'un preneur de son.

Car l'image et le son enregistrés sont autant des archives, des traces, que des indices, des pistes...
... des tracks, en somme.

La playlist d'Août

Une playlist "primeur" constituée de nouveautés et d'acquisitions récentes

Queens of Stone Age : « Era vulgaris » -Interscope Records, 2007 (rock metal “stoner”)

Justice
: “+” – Ed Banger Records, 2007 (Daft-punk-like, French touch)

Rufus Wainwright
: “Release the stars” – Geffen Records, 2007 (chanteur pop folk canadien, fils de Loudon Wainwright III et Kate McGarrigle.

Editors
: “An end has a start” – Kitchenware Records, 2007 (le retour du rock épique des années 80, les nouveaux U2 ?)

The Chemical Brothers
: « We are the night » - Virgin Records, 2007 (Electro rock big beat)

Cheich Tidane Seck
: “Mandingroove”- Universal Music, 2003 (musicien malien)

Feist
: “The reminder” – Polydor, 2007 (chanteuse pop folk canadienne, album co-produit avec Gonzales)

Térez Montcalm
: “Voodoo”- Dreyfus Jazz / Sony BMG, 2006 (Chanteuse québecoise jazzy bossa nova)

The White Stripes
: “Icky Thump” – XL Recording, 2007 (Duo rock guitare chant batterie)

Lemmy Constantine
: “Meeting Sinatra & Django" – Nocture, 2007 (les chansons de Sinatra arrangées en jazz manouche par le fils d’Eddy Constantine)

Robert Glaps
er : « In my element » - Blue Note, 2007 (piano jazz)

Joe Lovano Ensemble : « Streams of expression : featuring the birth of the cool suite by Gunther Schuller » - Blue Note, 2006 (jazz third stream avec saxophone)

Pink Martini
: “Hey Eugene !” – Heinz Records, 2007 (easy listening, sérénades 50’s, mambos jazzy)

Idir
: “La France des couleurs” – Sony BMG, 2007 ( le chanteur kabyle entouré de rappeurs et de chanteurs africains tels que Akhenaton, Tiken Jah Fakoly, Sinik, Kenza Farah, Disiz, Nâdiya, Oxmo Puccino…)

Manu Dibango
: « Joue Sidny Bechet : hommage à la Nouvelle-Orléans » - Cristal Records, 2007 (Jazz New Orleans) (+ 1 DVD)

Goran Bregovic and his Wedding and Funeral Band
: « Karmen avec une fin heureuse » - Mercury, 2007 (Opéra gitan)

Wax Tailor
: “Hope & sorrow” – Atmosphérique, 2007 (Electro house, french touch)

Telefon Tel Aviv
: "Map of what is effortless" - Hefty Records, 2004 (Trip-hop "effortless")

Romain Dudek
: "Poésie des usines" - Taxi Records, 2007 (chanson rock electro)

"Illegal : Compilation hommage à Mano Negra"
(La Ruda Slaska, Flor del Fango, Yuri Buenaventura, Ska-P, Marcel & son orchestre, Les Ogres de Barback, Les Hurlements d'Léo, Percubaba, Les Fils de Teuhpu, ....) - Big Mama Records, 2001 (Rock latino, Rock festif...)

lundi 20 août 2007

La nouvelle saison musicale de la Commanderie

LAURENT VOULZY
Samedi 24 novembre 2007
Chanteur et guitariste bien connu, Laurent Voulzy est le compositeur et l'arrangeur d'une grande partie des chansons d'Alain Souchon.
En 1977, Voulzy connaît son premier hit avec « Rock collection ». Suivront « Mes nuits sans Kim Wilde », « Belle-Ile-en-mer Marie-Galante », «Bopper en larmes», « Le Cœur grenadine », « Le Soleil donne » et « Là où je vais ».
En 2006, Laurent Voulzy sort "La Septième Vague", un album de reprises constitué de berceuses alanguies et de ballades indolentes.
http://www.laurentvoulzy.com/

THE YOUNG GODS + MASS HYSTERIA + KERPLUNK
Samedi 1er décembre 2007.
The Young Gods est une formation suisse qui a acquis un statut et une renommée au niveau international, en marquant de son influence le rock electro du début des années 90. En effet, depuis 1985, le groupe originaire de Fribourg, s'est montré constamment novateur, en se forgeant un style reconnaissable en mélangeant métal, techno, électro et rock expressioniste (référence à B. Brecht et à K. Weill), entre rock planant et déluge bruitiste.
http://www.younggods.com/cms/front_content.php
http://www.myspace.com/theyounggods

Mass Hysteria a marqué la scène métal hardcore hexagonal à partir du milieu des années 90.
http://www.mass-hysteria.com/
http://www.myspace.com/masshysteriaofficial

Enfin, la soirée sera marquée par le retour de Kerplunk, un groupe de métal hardcore dolois.
http://www.info-groupe.com/kerplunk/
http://www.myspace.com/kerplunkmusic

CARNAVAL DES RYTHMES # 2
vendredi 8 février 2008.

LE SOLDAT ROSE
vendredi 22 février 2008
Le Soldat rose est un conte musical composé par Louis Chedid et écrit par Pierre-Dominique Burgaud.
C'est l'histoire d'un petit garçon perdu au rayon jouets d'un grand magasin.
Mathieu Chedid, Jeanne Cherhal, Bénabar, Vanessa Paradis, Shirley & Dino, Alain Souchon, Francis Cabrel, Albin de la Simone, Sanseverino, Louis Chedid, Catherine Jacob, avaient participé à ce projet qui avait abouti à l'enregistrement d'un disque.
Après le conte, voici à présent la comédie musicale, un nouveau spectacle dont la création sera donné à Dole.
http://www.lesoldatrose.com/

TRI YANN + LES GRENOUILLES DE SALEM
Avec plus de 16 disques et une carrière de 30 années, les Nantais de Tri Yann sont une légende du folk-rock celtique.
http://edoll.free.fr/
http://www.myspace.com/triyann
Les Grenouilles de Salem sont un groupe de rock celtique originaire des environs de Besançon.
http://www.grenouilles-de-salem.com/
samedi 15 mars 2008.

Pour retrouver Toutes les dates de la saison culturelle doloise 2007/2008
http://www.dole.org/sitedole/ACTUALITES/SORTIR/saison-culturelle/saisonculture.html

Hommage à Max Roach


Mort d'un légendaire batteur de be-bop : Maxwell Roach (1925-2007)
Pionnier du mouvement be-bop avec Charlie Parker et Dizzy Gillespie dans les années 40, Max Roach a joué avec les plus grands jazzmen, comme Coleman Hawkins, Clifford Brown, Miles Davis, Sonny Rollins.

Dans les années 60, on le retrouve en première ligne, très impliqué pour la défense des droits et libertés civiques des afro-américains (We insist! : Max Roach's Freedom now suite). Il se marie avec la chanteuse Abbey Lincoln, également engagée dans ce mouvement.

Max Roach participa à des albums mythiques comme Birth of the Cool de Miles Davis (1949) ou Money Jungle (1962) avec Duke Ellington et Charles Mingus.

Le jeu de Max Roach était subtil, riche, et incroyablement inventif avec une parfaite maîtrise de la polyrythmie.
Il fit de la batterie, un instrument passionnant en solo. L'expression "génie musical" n'est pas galvaudée pour cet architecte du temps.

Max Roach Drum Solos, 1968 *3 Songs*
Tivoli Konsertsal, Copenhagen

source : http://www.youtube.com/watch?v=LeYXfmgHU9c
Discographie de Max Roach disponible à la Médiathèque de Dole

Birth of the Cool / Miles Davis, Max Roach (1949)
Live at Basin Street / Clifford Brown and Max Roach (1956)
Sonny Rollins Plus 4 / Sonny Rollins, Clifford Brown, Max Roach, Richie Powell, George Morrow (1956)
Saxophone colossus / Sonny Rollins, sax T ; Tommy Flanagan, p ; Doug Watkins, cb ; Max Roach, batt (1956)
Max / Max Roach, compos. et batt. ; Kenny Dorham, trp ; Hank Mobley, saxo ténor ; Ramsey Lewis, p ; George Morrow, cb (1958)
We insist! : Max Roach's Freedom now suite (1960)
Alone together : the best of the Mercury years / Clifford Brown, trp ; Max Roach, batt (1995)

Quelques liens biographiques : jazzbeak, Le Monde,Wikipédia, l'article en anglais.

vendredi 17 août 2007

BibZen, le moteur de recherche de la biblio-blogosphère

Après Touti Frouti, le portail des blogs de bibliothèques, voici aujourd'hui BibZen, un moteur utilisant la technologie de Google Co-op pour interroger la "Biblio-blogosphère francophone". Aujourd'hui 192 blogs sont répertoriés à partir de la liste mise à jour sur Bibliopédia.
(source de l'info : bibliotheques 2.0)

Mauricio Kagel : "La rose des vents" : vidéo de la semaine # 20

Die Stücke der Windrose (Les pièces de la rose des vents), pour orchestre de chambre (1988-1994). Premier mouvement
Vidéodanse réalisée par Dafne Narvaez et Alejandro Gallo Bermudez à l'occasion d'un festival rendant hommage à Mauricio Kagel organisé le Centre Expérimental du Théâtre Colon (Buenos Aires).

source : http://www.youtube.com/watch?v=963AgJeM_-o
Cette oeuvre de Mauricio Kagel nous rappelle que la musique savante d'aujourd'hui n'a pas forcément vocation à être cérébrale, austère et désincarnée, et qu'elle peut aussi inspirer la danse, le mouvement et la sensualité...
Mauricio Kagel est un compositeur, chef d'orchestre et metteur en scène d'origine argentine installé à Cologne (Allemagne) depuis 1957. C'est aussi l'un des pionniers de la musique électronique comme en témoigne l'excellent film "Antithèse" (1965) à découvrir absolument sur le site Ubu Web.

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...