mercredi 29 avril 2009

Le Capharnaüm des vidéos musicales : la collecte de la semaine #45

"Le train de voyageurs desservant les communes verglacées du sud de la plaine, depuis les rives de la Tisza jusqu'au pied des Carpates, malgré les explications gênées du cheminot qui errait impuissant le long des rails et les promesses assurées du chef de gare qui arpentait nerveusement le quai, n'étant pas arrivé («Ma parole, ça y est, il s'est encore volatilisé... », et le cheminot de hausser les épaules d'un air narquois), le convoi, formé de deux simples wagons équipés de banquettes, en bois vétustes, remis en service uniquement en cas de « circonstances exceptionnelles », et d'une vieille 424 délabrée, partit avec plus d'une heure et demie de retard sur l'horaire de départ, horaire qui ne le concernait pas et n'était par ailleurs qu'approximatif, afin de permettre aux habitants de la région, lesquels acceptèrent avec une relative indifférence et une passive résignation la suppression du train de l'ouest, attendu en vain, d'atteindre malgré tout leur destination et de parcourir sur cette ligne secondaire les près de cinquante kilomètres restants."
László Krasznahorkai, La mélancolie de la résistance, trad. du hongrois par Joëlle Dufeuilly, Gallimard, 2006 (Du monde entier) [Première phrase du roman]



Нагуаль (Nagual) Lesniki

Nagual est un groupe de Biélorussie. Cet "ensemble psycho-folk de surréalisme ethnique" est constitué par Leonid Pavlionok (voix, danse, petite batterie, guitare, nez du sapin, djembée, cougiquelie, zhaléqueur, gliaque), Anaka Shaposhnikova (cymbales, voix, djembée, arfe juive, tambour, machine à lessive), Yuri Navumenka (contrebasse), Benjamin Cope (clarinette, voix). Page MySpace
http://www.nagualia.net/

The Music Machine Talk Talk

The Music Machine est un groupe de rock américain de Los Angeles, en activité entre 1965 et 1969. Il était constitué par Sean Bonniwell (chant, guitare), Ron Edgar (batterie), Mark Landon (guitare), Keith Olsen (basse), Doug Rhodes (orgue). Les cinq musiciens étaient habillés tout de noir, avec une coupe de cheveux à frange "à la Beatles" [inspirant peut-être Javier Bardem pour son rôle de tueur dans No Country for Old Man ?], et portaient un seul gant. Talk Talk sorti en 1966 fut leur premier et principal succès. Articles Wikipédia en français, en anglais
http://www.bonniwellmusicmachine.com/

DM Stith Isaac's Song

Originaire de Buffalo (État de New York), et issu d'une famille de musiciens, David Michael Stith est un auteur compositeur et interprète américain installé à New York. Graphiste de formation, il a réalisé la pochette de l'album de Shara Worden (My Brightest Diamond Bring Me The workhorse, Asthmatic Kitty Records 2006). Son premier album Heavy Ghost sorti en mars 2009 est édité sur le même label, Asthmatic Kitty Records, fondé par Sufjan Stevens.
Page MySpace
http://www.dmstith.com/

Soil & "Pimp" Sessions Storm

Soil & "Pimp" Sessions est un groupe de jazz japonais formé à Tokyo en 2004. Il est constitué par Shacho ("agitator"), Tabu Zombie (trompette), Motoharu (saxophone), Josei (claviers), Akita Goldman (contrebasse), Midorin (batterie). Leur dernier album Planet Pimp est sorti en 2008 sur le label anglais de Gilles Peterson Brownswood Recordings. Article wikipédia en anglais, Page MySpace
http://www.jvcmusic.co.jp/soilpimp/

Аквариум (Aquarium) Город Золотой (Ville d'or)

La chanson Город Золотой, a été composée à partir d'un thème de Francesco da Milano (1497-1543), les paroles originales ont été écrites par les poètes russes Aleksei Khvostenko et Henri Volokhonsky. Elle est ici interprétée par Boris Grebenchikov et son groupe Aquarium (groupe de rock fondé à Leningrad en 1972) pour la bande sonore du film Assa (1987) de Sergei Solovyov [IMdB]. Le groupe Aquarium l'a enregistré sur le disque Десять стрел (Dix flèches) en 1986. Article de Wikipédia en russe sur les origines de la chanson. Article Wikipedia en anglais sur le groupe Aquarium.

lundi 27 avril 2009

Dranem "Five O'Clock Tea" : chanson de la semaine # 6

Five O'Clock Tea est une chanson comique écrite par Jules Combe et composée par Désiré Berniaux.
Le chanteur et fantaisiste Dranem (1869-1935), Charles Armand Ménard (son nom de scène est son vrai nom écrit à l'envers), fut avec Paulin, Mayol, Ouvrard et Polin, une des vedettes les plus populaires du café-concert. Avec un costume dépenaillé (veste étriquée, pantalon trop court, chemise débraillée, nœud papillon fatigué, et tout petit chapeau) lui donnant une allure de benêt et un répertoire de chansons crétines et grivoises pleines de double sens et de contrepèteries (Le fils d'un gniaf, J'ai deux quetschiers dans mon jardin, Pétronille tu sens la menthe, Ah les p'tits pois, Le Jardinet de ma voisine, Le Trou de mon quai, Les fruits cuits, ...) il acquit le titre très honorifique de roi des idiots. Maurice Chevalier s'inspira beaucoup de l'allure et du style de Dranem lorsqu'il joua à son tour les nigauds (Le chapeau de zozo, Prosper, etc.).

La réalisatrice Alice Guy filma cette photoscène en 1905 pour la société Léon Gaumont et Cie qui avait mis au point le chronophone, un des premiers procédés de cinéma sonore permettant l'amplification du son par la modulation d'un flux d'air comprimé et sa synchronisation avec l'image, vingt deux ans avant la sortie en 1927 du Chanteur de jazz avec Al Jolson considéré comme le premier film parlant.

Dranem Five O'Clock Tea (1905)


Couplet 1
L’autre jour la p’tit’ baronne / Miss Thone / D’Charonne / Invita l’milord Jones / A son five o’clock / Vite, il fait son toilette / Liquette / Chaussettes / Et s’rend chez le brunette / Qui lui dit : vieux loufoc..

Refrain 1
Vôlez-vô un’tass’ de thé ? / Nous allons five o’clockter / Si j’vous ai invité / C’est pour gôter mon chaste thé ! / Vôlez-vô un’tass’ de thé ? / Nous allons five o’clockter / Il est neuf heures moins l’quart / Mais j’m’en fous, on prendra l’thé tard

Couplet 2
L’milord pense : elle est chique / Pioudique / Magique / C’est pas d'la crott’ de bique / C’est du mond’ rupin (pin lin pinpin) / Alors il dit : baronne / Mignonne / Friponne / J’en pinc’ pour ta personne / Ell’ lui dit : vieux daim…

Refrain 2
Vôlez-vô un’tass’ de thé ? / Nous allons five o’clockter / J’vois qu’vous vous apprêtez / A m’dire des choses crues au thé / Vôlez-vô un’tass’ de thé ? / Puis ajoute sans s’épater / Maint’nant comm’thé, mon vieux / Tais don' ta gueul’ ça vaudra mieux
[...]

sources : Wikipédia : Dranem, Five O'Clock Tea, Chronophone
Le Hall de la chanson : Panorama de la chanson : 1850-2000 : Dranem
Du Temps des cerises aux feuilles mortes : Dranem

vendredi 24 avril 2009

revue de presse, revue de blogs : actualité de la semaine


Star Wars Floppy Disk

01. Espresso : un livre, tout de suite !, teXtes, 24/04

02. Comparatif de 16 moteurs de recherche graphiques, Outils Froids, 24/04
[en référence à l'article : Top Visual Search Engines: The Most Interesting Ways To Visually Explore Search Engine Results (lien)]

03. Emily et ses amis au Printemps de Bourges, Le Monde, 24/04

04. Paradoxale journée mondiale du livre et du droit d’auteur … (avec Shakespeare et Cervantès), S.I.Lex, 23/04

05. "Starmania" avait tout prévu, Le Monde, 23/04
["Trente ans après la première, l'opéra-rock de Michel Berger et Luc Plamondon apparaît comme une oeuvre étrangement moderne. Voire prémonitoire." Et là, le plus difficile est de ne pas rire :-) Perdu !]

06. Bourges discute de la crise du disque alors que le concert est en pleine forme, Le Monde, 23/04

07. Favtape - Mashup de Pandora, Last.fm et SeeqPod, Digitalmeme, 23/04

08. Orange exploitera les contenus de Wikipedia sur ses écrans, Numérama, 23/04
[Même sujet Le monde du blog, Techcrunch]

09. Océan Num, De tout sur rien, 23/04

10. Spotify - Un sérieux concurrent dans le streaming de musiques, Digitalmeme.fr, 23/04

11. Just Hear It - Recherche, écoute et playlists de musique, Digitalmeme, 23/04

12. Rupert Murdoch poursuit sa purge chez MySpace, Electron Libre, 23/04

13. Le paquet télécom pourrait enterrer Hadopi, selon Trautmann, Ecrans, 22/04

14. Le marketing des archives ouvertes, Affordance, 22/04

15. Que vient faire la World Digital Library dans cette galère ?, Encore un biblioblog…, 22/04

16. Le phénomène des blogs , Accessoweb, 21/04

17. Nouveau Google News Timeline, Brouehaha, 21/04
[Même sujet : Ecrans.fr]

18. L’Unesco lance sa bibliothèque numérique mondiale, Ecrans.fr, 21/04
[Même sujet : Le Monde]

19. WorMee, la plateforme de streaming musical version Orange, Digitalmeme, 20/04

20. Ces fous qui font de la musique avec des machines, Good Karma, 20/04

21. Goom Radio - 9 Millions d'Euros de levée de fonds, 1 visite des locaux et le concert de Pascal Obispo, Accessoweb, 19/04

22. CaptionTube - Sous titrage des vidéos Youtube , Accoessoweb, 18/04

23. De la responsabilité des majors dans la crise du disque, Art-rock 18/04

24. Historock fait découvrir l'histoire et détester le rock à vos enfants, Fluctuat, 17/04
[Le site d'Historock]

25. Tout sur Daigassô! Band Brothers DX, le meilleur jeu musical sur console !, nintenon, 16/04

26. Cultivez votre identité numérique : le guide pratique !, youontheweb, 16/04

27. Tiga : Comeback techno pop, Fluctuat, 16/04

28. « Heavy Metal Islam » : rock around the monde musulman, Rue 89, 14/04

29. Mascaradopi, Art-rock, 13/04

30. Duke Ellington, peintre génial du jazz, Art-rock, 09/04

Bruits de coulisses : la petite bibliothèque numérique de la musique et du son (PBMS) #1

Bruits de coulisses : Description des appareils et accessoires employés pour donner l'illusion des phénomènes astronomiques et atmosphériques, des effets hydrauliques et pyrotechniques et des trucs de tous genres / par M. Adelphy Brachart, ex-pensionnaire du théâtre Sarah Bernhardt
Bruxelles : A. D'Haenens Éditeur (24, rue Braemt, 24.) : Librairie Nationale G. Van Oest & Cie (72, Rue de la Montagne) : Imp. Flament, (17, rue Eeckelaers), 1911.




Citations

Gifle
Bien entendu, l'acteur qui donne un soufflet à son partenaire en fait seulement le simulacre. C'est le souffleur qui est toujours chargé de reproduire le bruit sec d'une taloche en frappant l'une contre l'autre deux planchettes d'ébène de 0m, 40 x 0m, 08 maintenues par une charnière.
*
Vaisselle cassée
Comme on ne peut pas se payer le luxe de casser chaque jour un vrai service de table, on imite la chute de vaisselle en laissant choir à l'instant précis, une caisse ou un panier rempli de débris de vaisselle.
*
Rugissement de lion
S'obtient en soufflant fort dans la partie la plus large d'un gros verre de lampe.
*
La grêle
Un sac de riz, vidé d'une certaine hauteur sur un plaque de zinc, produit un crépitement d'une fort acceptable vraisemblance.
*
Fusillade
Si l'on ne veut pas employer de revolvers dont les coups effraient les enfants et dont les cartouches sont assez coûteuses, on peut très bien reAu centrendre un combat en battant avec des vergettes de jonc ou de rotin, un matelas en toile cirée, bien rembourré de crin et placé sur une table.
*
Verrou
Le bruit d'un verrou de cachot s'obtient en raclant une grande clef sur une forte tôle clouée en zigzag sur une planchette de 0m, 40 x 0m, 15 environ.


source : Internet Archive : http://www.archive.org/details/bruitsdecoulisse00bracuoft
Contributeur : Robarts - University of Toronto

jeudi 23 avril 2009

Tex Haper : "Country new wave" : chanson de la semaine # 5

"New Wave / Country, Country / New Wave
Je suis Country, elle est New Wave..."

Knut Zietsch est un chanteur allemand de country  qui se produit depuis 1978 sous le pseudonyme de Tex Haper. Surnommé par ses fans le Cowboy du Nord, il rencontre l'un de ses plus grands succès avec Auch ein Trucker hat ein Herz (Un camionneur a aussi un coeur) .

Tex Haper Country new wave (1984)

source : http://www.texhaper.de/CountryNewWave.php

extrait des paroles :
"New Wave Country, Country New Wave
Ich steh auf Country, sie auf New Wave.
Sie hört gern Ideal, ich lieber Dave
Ich steh auf Country, sie auf New Wave.
New Wave muss sein,
das redet sie mir ein.
Die ganze Scene ist tierisch drauf,
das muss das schärfste sein.
Warum ich sie so mag?
Daa daa daa - ahaa!
Sie hört die Neue Welle
von Ideal bis Hubert Kah (*).

New Wave Country, Country New Wave
Ich steh auf Country, sie auf New Wave.
Goldener Reiter - Yippie-ayee
Ich steh auf Country, sie auf New Wave
. [...]"

(*) Hubert Kah

Leonard Bernstein : "What is classical music ?"

Le compositeur et chef d’orchestre du New York Philharmonic, Leonard Bernstein donna à partir de 1958 une série de concerts pédagogiques à l’intention du jeune public : les Young people’s concerts. Au total plus de 53 émissions, produites et diffusées par la chaîne de télévision CBS jusqu'en 1972. "Qu'est-ce que la musique classique ?" tel était le thème du concert enregistré au Carnegie Hall et diffusé le 24 janvier 1959. L'émission fut produite et réalisée par Roger Englander, le réalisateur et producteur attitré de la série.

What is classical music ? (commentaires et sous-titres en français, 58 min)


Young People's Concerts l'article en anglais sur Wikipédia

lundi 20 avril 2009

The Rest Is Noise : Audio Guide

Un guide d'écoute en ligne de la musique du XXe siècle
Alex Ross, critique musical au journal The New Yorker a publié en 2008 The Rest Is Noise: Listening to the Twentieth Century. [Critique du livre dans le New York Times]
L'ouvrage, destiné à un lectorat anglophone, a pour but de faire découvrir et apprécier la musique du XXe siècle au plus grand nombre. Un défi de taille, car le siècle dernier a été le siècle de toutes les avant-gardes et de toutes les ruptures stylistiques. Et ces révolutions esthétiques successives ont laissé une grande partie des auditeurs sur le bord de la route. Même les amateurs de musique classique, aimant se définir comme des mélomanes manifestent souvent à l'égard de la musique moderne et contemporaine des sentiments mêlés d'hostilité, d'indifférence et de perplexité !
Ainsi le Pierrot Lunaire (1912) d'Arnold Schoenberg , une œuvre presque aujourd'hui centenaire, n'a pas encore trouvé les faveurs du public.

Pour compléter et donner de l'écho à son ouvrage, Alex Ross a eu la bonne idée de proposer sur son blog un guide audio de la musique du XXe siècle divisé chronologiquement en 3 parties et 15 chapitres.
Il est ainsi possible d'écouter de courts extraits sonores de quelques œuvres représentatives de chaque période. Il a également illustré le texte de sa présentation de vidéos en widget, de reproductions d'œuvres d'art et de liens vers des ressources disponibles en ligne.
Les extraits sonores proposés à l'écoute sur ces pages sont autorisés dans le cadre de la licence ASCAP de diffusion sur Internet, et par l'accord qu'il a obtenu de plusieurs éditeurs discographiques.

LE SOMMAIRE (trad. en français)

PARTIE I: 1900-1933
1. L'ÂGE D'OR : Mahler, Strauss, et la Fin de Siècle
2. DOCTEUR FAUST: Schoenberg, Debussy, et l'atonalité
3. DANSE DE LA TERRE : Le Rituel, le Folklore, le Jazz
4. LES HOMMES INVISIBLES : Compositeurs américains, de Charles Ives à Duke Ellington
5. APPARITION DANS LES BOIS: La solitude de Jean Sibelius
6. LES FILETS DE LA VILLE : le Berlin des années 20

PARTIE II: 1933-1945
7. L'ART DE LA PEUR : La musique dans la Russie de Staline
8. MUSIQUE POUR TOUS : La musique dans l’Amérique de Roosevelt (1932-1945)
9. FUGUE DE MORT (titre d’un poème de Paul Celan) : La musique dans l’Allemagne hitlérienne

PARTIE III: 1945-2000
10. L’HEURE ZÉRO : L’armée américaine et la musique allemande, 1945-1949
11. LE MEILLEUR DES MONDES: La Guerre Froide et l’avant-garde des années 50.
12. “GRIMES! GRIMES!”: La Passion de Benjamin Britten
13. ZION PARK: Messiaen, Ligeti, et l’Avant-Garde des années 60
14. BEETHOVEN AVAIT TORD : Bebop, Rock, et les Minimalistes
15. CATHÉDRALES ENGLOUTIES



Et le reste n'est que bruit ! :-)


merci à Insula Dulcamara pour la découverte de ce site.

samedi 18 avril 2009

Revue de presse, revue de blogs : l'actualité de la semaine



Intervention de M. Patrick Roy,
député à l'Assemblée Nationale (11.04.2009)



01. We Are Hunted, Le Top 100 quotidien de la musique en ligne Techcrunch, 18/04

02. Passera ? Passera pas ? L’accord Google dans la tourmente. SIlex, 18/04

03. YouTube: davantage d'émissions et de films Techno.branchez-vous, 17/04

04. Hadopi, jusqu’à la lie … et après ? SIlex, 17/04

05. Lang : « Les artistes ne peuvent pas vivre d’amour et d’eau fraîche » Ecrans.fr, 17/04

06. Les administrateurs de The Pirate Bay condamnés en première instance Electron lbre, 17/04

07. Netvibes Labs ouvre ses portes ReadWriteWeb, 16/04

08. WorMee, un Deezer à la sauce Orange Ecrans.fr, 16/04

09. François Gerber (Fnac) : « D’ici un mois, nous passerons à la tarification multiple » ZDNet, 16/04

10. La radio se meurt, lentement, Electron libre, 16/04

11. Du métal à l'Assemblée Nationale, Fluctuat, 15/04

12. Goom veut re-inventer la Radio “Pop” sur le web Techcrunch, 15/04

13. Warner frustré par son accord avec MySpace Music Techcrunch, 15/04

14. One year of love: un any de pràctica blogger, AMPLI, 15/04
[Bilan et perspectives : le blog AMPLI fête son premier anniversaire]

15. C'est moi...ou bien ? (Fed Up !) Klog, 15/04
[Non, c'est une impression que nous partageons également, certaines bibliothèques numériques semblent pour l'instant destinées aux chercheurs, et non au grand public]

16. De l’usage des codes QR dans les bibliothèques Bibliobsession, 15/04

17. Deezer s'invite sur les systèmes audio Sonos Numérama, 15/04

18. Jamendo et NKM évoquent la musique libre ZDNet, 14/04
[Même sujet : Tribune.fr, Streetreporters.net, ]

19. Hadopi: NKM joue le coup d'après 20 minutes, 14/04

20. Musique en ligne : beaucoup de services, mais pas de rentabilitéO1.net, 14/04

21. sleevefaces, Desperate Librarian Housewife, 14/04

22. RADIO 2.0: Les radios traditionnelles n’ont toujours pas compris… Digitalmeme.fr, 14/04

23. Olivia Ruiz, l'hirondelle qui fait le printemps Le Figaro, 14/04

24. Arte+7, les émissions de la chaine disponible 7 jours en streaming Stream-actu, 13/04

25. Just Hear it - Recherche et écoute de musique en ligne Accessoweb, 13/04

26. A través del mirall: un any de pràctica musictecària AMPLI 13/04

27. Ton par ton, je leur jette ma manne Ivresse du palimpseste, 12/04

28. Cinéma en bibliothèque : Quelles politiques documentaires pour quels publics ?, Risu, 11/04

29. Le jour des bibliothèques durables Bibliomancienne, 11/04

30. Le retour des Dukes Of Stratosphear Fluctuat, 11/04

31. Le "Martyre" de Debussy, est-ce de la bonne musique ? Le Monde, 10/04

32. Les offres de Vidéo en ligne en bibliothèque Bibliothèques 2.0, 10/04

33. EMI Soundcheck réinvente le sondage Fluctuat, 10/04

34. Numérique, droit d'auteur et pédagogie Framablog, 09/04

35. Ni cigale, ni fourmi, seulement Google et les ...autres BBSI 2.0, 08/04

36. Stereomood, la radio émo Fluctuat, 06/04

37. Academicearth: vidéos de cours de prestigieuses universités Waladex, 25/01

Anton Webern : Pièce pour orchestre III Opus 10 : une mélodie de timbres et de couleurs

Paul Klee Ad Parnassum


"Je ne puis admettre sans réserves la différence que l'on a coutume d'établir entre couleur sonore (timbre) et hauteur sonore. C'est en effet par sa couleur sonore - dont une dimension est la hauteur - que le son se signale. La couleur du son est donc le grand territoire dont une région est constituée par la hauteur du son. Cette dernière n'est rien d'autre que la couleur du son mesurée dans une direction. S'il est possible maintenant, à partir de timbres différenciés par la hauteur, de faire naître des figures sonores que l'on nomme mélodies - successions de sons dont la cohérence même suscite l'effet d'une idée - alors il doit être possible, à partir de pures couleurs sonores - les timbres - de produire ainsi des successions de sons dont le rapport entre eux agit avec une logique en tout point équivalente à celle qui suffit à notre plaisir dans une simple mélodie de hauteurs. [...]
Mélodies de timbre ! Bien fins ceux qui peuvent discerner ici la mélodie du timbre !
Quel esprit hautement cultivé saura trouver plaisir à de telles subtilités !"
Arnold Schoenberg, Traité d'harmonie, trad. de Gérard Gubisch, J-C Lattès, 1983


Anton Webern composa Les Cinq pièces pour orchestre op. 10 en 1913, l'œuvre est contemporaine du Sacre du printemps d'Igor Stravinsky, et fut écrite juste un an après le Pierrot Lunaire d'Arnold Schoenberg.
Mais l'œuvre sera créée seulement 13 ans plus tard, au festival de festival de l'ISCM (International Society for Contemporary Music) de Winterthur (Suisse) en 1926.

L'orchestre de chambre choisi pour l'exécution de l'œuvre est constitué d'instruments provenant de différentes familles :
  • les cuivres : cor, trompette, trombone
  • les claviers : harmonium ou orgue, célesta
  • les cordes pincées : harpes, guitare, mandoline
  • les percussions : cymbale, triangle, cordes, glockenspiel, xylophone, cloche, cloche de vache, grosse caisse, caisse claire
  • les cordes : violon, alto, violoncelle, contrebasse


Anton Webern : Pièce pour orchestre III Opus 10


La pièce III est composée seulement de 11 mesures, pour durée d'exécution d'environ 1'30" . Elle met en jeu 12 instruments : Mandoline, guitare, célesta, harpe, violon, cor, clarinette, guitare, violoncelle, alto, harmonium, trombone.
Il s'agit donc d'une œuvre singulière par sa durée que l'on peut qualifiée d'aphoristique. Pierre Boulez compare d'ailleurs les œuvres de Webern à des haïku : vous avez à peine le temps d'entrer dans l’œuvre, que celle-ci est déjà terminée".
Anton Webern y utilise un langage atonal (10 notes), même s'il ne s'agit pas encore de la technique dodécaphonique mise au point dix ans plus tard par Schoenberg en 1923.

Ce qui constitue véritablement l'originalité des Pièces pour orchestre opus 10 se trouve dans le principe de leur composition : Anton Webern choisit le timbre comme l'élément, comme le sujet central de sa composition.
Ce mode de composition consistant à combiner des sonorités aux timbres variés est défini en allemand par le terme klangfarbenmelodie soit : "mélodie de couleurs sonores" ou "mélodie de timbres ou de couleurs". Der Klang (le son), Die Farben (les couleurs), Die Melodie (la mélodie).

Cette technique de composition a été initiée par Hector Berlioz au milieu du XIXe siècle, mais c'est Arnold Schoenberg avec Farben la 3ème de ses Cinq pièces pour orchestre opus 16 écrites en 1909 qui en radicalisera la pratique.

Anton Webern : Pièce pour orchestre III Opus 10, répétition commentée par Pierre Boulez avec l'ensemble InterContemporain (3 parties)




Sources :
  • Analyse de Cinq pièces Opus 10 (1913) d'Anton Webern par Thierry Alla, professeur au Lycée Max Linder. Libourne. Sur le site de l'Académie de Bordeaux(lien)
  • Webern : Une analyse des 5 pièces op 10, séquence réalisée par Jean-Luc Idray et P. Revol. Sur le site de l'Académie de Grenoble (lien)

mercredi 15 avril 2009

"Composer. Musique, Paradoxe, Flux" la leçon inaugurale de Pascal Dusapin : nouveauté DVD

"Composer n'est pas démontrer. Composer, c'est inventer des impulsions et des flux. C'est comme l'eau d'une rivière. Composer, c'est inventer des chemins de traverse, des éloignements, des distances. C'est comme fuir et s'enfuir toujours. Mais composer, c'est long. Et lent. Très lent. Très, très long et lent... Ça n'avance jamais. C'est parce qu'on ne sait pas ce que ça va devenir. La question paradoxale, ça n'est pas d'achever mais comment ne pas finir. Composer, c'est ne jamais finir. Ça prendrait beaucoup trop de temps de finir, c'est-à-dire tout notre temps. Et pour autant, nous n'aurions jamais fini."
Pascal Dusapin

Leçon inaugurale prononcée par Pascal Dusapin, compositeur de musique contemporaine, nommé au Collège de France sur la chaire de création artistique pour l'année académique 2006-07.
Sur le mode de la conférence doctorale, donc sur un ton sérieux, parfois un peu sentencieux, Pascal Dusapin expose sa conception et sa pratique de la création musicale, ainsi que les analogies et les antagonismes que la musique peut présenter avec d'autres arts tels que l'architecture et la littérature.

Pascal Dusapin Composer. Musique, Paradoxe, Flux [introduction]
video

Composer. Musique, Paradoxe, Flux : leçon inaugurale au Collège de France / Pascal Dusapin. - Collège de France : Cned : Doriane Films, 2007. - 1 DVD vidéo (108 min)+ 1 livret (8 pages)
Notes : Le DVD comprend une présentation de Pascal Dusapin par Jean-marie-Lehn, un entretien entre Pascal Dusapin et Stanislas Dehaene, une présentation du Collège de France, l'Etude n°3 de Pascal Dusapin interprétée par Vanessa Wagner.
Disponible à la Médiathèque de Dole (notice)


Biographie et œuvres de Pascal Dusapin, ressources en ligne :
base Brahms : http://brahms.ircam.fr/composers/composer/1186/
base du CDMC : http://www.cdmc.asso.fr/biographies/d_g/dusapin.htm
Musique nouvelle en liberté : http://www.mnl-paris.com/compositeurs2/dusapinpascal/dusapinpascal.html
site du Collège de France : http://www.college-de-france.fr/default/EN/all/cre_art2006/

vendredi 10 avril 2009

revue de presse, revue de blogs


01. Le site du jour : ToneMatrix Ecrans.fr, 10/04
["Un « synthétiseur sinusoïdale » où on appuie sur une touche pour provoquer un son"]

02. L’usager co-créateur des services en bibliothèques publiques, XGalaup, 10/04

03. Le Monde et Familles de France "contre les dangers de l'Internet", Pointblog, 10/04

04. Le Parlement rejette le projet de loi sur le téléchargement illégal Le Monde, 09/04
[Même sujet : Journal d'un avocat]

05. La Compil’ Pirate Vol.2 disponible en libre accès Ecrans.fr, 09/04

06. Vevo, le croisement de YouTube et Universal Techno.branchez-vous, 09/02
[Même sujet : Nouvel Obs]

07. AimieStreet a racheté Songza… il y a six mois Techcrunch, 09/04

08. Les professionnels de l'information face aux défis du Web de données Les petites cases, 08/04

09. "Le Monde" et Dailymotion réinventent le 13 heures Electron libre, 08/04

10. Du vinyle au MP3 Techno.branchez-vous, 08/04

11. Des aménagements nécessaires au remue-méninges dans les bibliothèques Bibliobsession, 08/04

12. Lettre ouverte aux spectateurs citoyens Ecrans.fr, 07/04/09

13. Adéic : « On paye deux, trois, quatre fois, voire plus, la copie privée pour un même morceau » Ecrans.fr, 07/04

14. Retour sur le salon du livre partie 3 : Elle est où la prise électrique ? Le blogue de la médiathèque de Lisieux, 07/04

15. La Sacem à YouTube : « Diffusez tout, mais payez-nous ! » Ecrans.fr, 07/04

16. Conférence sur site Intranet/Internet, L'Am@azonie, 07/04

17. Détournement de tags TeXtes, 07/04

18. Libre.fm deviendra-t-il le Last.fm (ou le Deezer) de la musique libre ? Framablog, 06/04

19. Blue Note fête soixante-dix ans au service du jazz Le Monde, 06/04

20. Réseau sociaux : un profil selon que vous êtes riche ou pauvre Les 2chos, 06/04

21. Interview d’Alexis Bodoy - Live Radio, la radio wifi d’Orange Digitalmeme.fr, 06/04

22. Présentation d'artistes brésiliens sur le blog L'Am@azonie : Oswaldo Montenegro
, Ana Carolina, Adriana Calcanhoto, Jorge Vercilo

23. La bibliothèque 2.0 est une réalité (en France, aujourd’hui) : une webographie sur la question Scinfolex, 05/04

24. Se former aux questions de droit d’auteurS.I.Lex, 04/04

25. L’Unesco va lancer la Bibliothèque numérique mondiale ebopuquin.fr, 04/04
[Même sujet : Urfistinfo]

26. Où trouver les livres numériques ? La vache qui lit, 02/04

27. De la bonne façon de faire de la musique en slip Bon pour les oreilles, 01/04

28. IRMActu, Lettre d'information de l'IRMA,n°34 , avr. 2009

29. Pub audio sur Deezer Art-rock, 31/03

30. An anthology of noise & electronice music / Sub Rosa (1) et (2), Inactuelles, 31/03

31. St Raphaël : le livre numérique dans les bibliothèques, La vache qui rit, 23/03

mercredi 8 avril 2009

Pour être encore plus heureux : chanson de la semaine #4

Jean Gabin et Gaby Basset
Pour être encore plus heureux (W. Kolb / N. Dostal - R. Pujol)



Il s'agit de la scène finale de Chacun sa chance (1930), un film de Hans Steinhoff et de René Pujol. Musique de Paul Abraham.
Gaby Basset dont c'est le premier rôle à l'écran était alors l'épouse de Jean Gabin.
Chacun sa chance est également un film important pour l'acteur, l'un de ses premiers rôles marquants. Si Jean Gabin avait débuté au cinéma en 1928 dans Ohé! Les valises. [filmographie IMDB], il avait d'abord, en suivant le métier de ses parents commencé au Music-Hall (Folies Bergère, Moulin-Rouge) et à l'opérette (Bouffes-Parisiens). Tout au long de sa carrière, il interpréta de nombreuses chansons, certaines sont restées très connues comme Ce que je sais (1974), Quand on se promène au bord de l'eau (1936). L'intégrale de ses interprétations est éditée sur coffret double CD chez Frémeaux (ce disque est disponible à la Médiathèque de Dole)

mardi 7 avril 2009

mytrempl1 made in jura : le site / le cd


LE SITE
Le Conseil général du Jura a lancé fin mars 2009 un nouveau site Internet, destiné à assurer la promotion des groupes jurassiens et de son tremplin jeunes : www.mytrempl1madeinjura.com

LE CD
En juin dernier, nous avions présenté les résultats du concours 2008, une opération mise en place par le Conseil Général du Jura, en partenariat avec le Moulin de Brainans.
Les 3 Lauréats (Groovy Baby Funky Boost, Benja et Lead Orphans), plus 15 autres groupes sélectionnés (1d’scryptible, Anapath, Bypass, De Passage, Hwarang, Kurt, La Cab Familia, Nadège, Nema, Piuma, Sevendays, Slam In Church, Stuck In Town, Villa Vortex, Zamri) figurent sur un double CD promotionnel édité par le CG 39. Ce disque est disponible en plusieurs exemplaires à la Médiathèque de Dole.

***

Dans le cadre du groupe de travail des bibliothécaires musicaux de Franche-Comté, sous l'égide de l'agence de coopération Accolad, nous participons à alimenter et à mettre à jour le répertoire des acteurs de la musique en Franche-Comté, consultable en ligne sur le site de l'ACIM.

Pour découvrir les œuvres musicales d'artistes franc-comtois, vous pouvez également consulter le fonds musical comtois qui a pour objet la collecte et la conservation de la production discographique locale, il est accessible dans la salle Arts de la Médiathèque. Aujourd’hui cette collection est constituée de plus de 220 enregistrements sur CD référencés sur notre catalogue en ligne.

lundi 6 avril 2009

Henri Pousseur (1929-2009)

Compositeur belge de musique contemporaine, Henri Pousseur travailla aux studios électroniques de Cologne en 1954, de Milan en 1957, et fonda en 1958 celui de Bruxelles. Pionnier de la musique électro-acoustique, il fut en étroit contact avec Pierre Boulez, Karlheinz Stockhausen et Luciano Berio.
En collaboration avec l'écrivain Michel Butor, il composa, notamment Votre Faust (1960-1968), Répons (1960-1965), Le procès du jeune chien (1974-1978), La rose des voix (1982), Déclarations d'orages (1989), Les leçons d'enfer (1991), Le Sablier du Phénix (1993).
Il enseigna à Darmstadt en 1957, puis à Cologne, à Bâle et à l'Université de l'Etat de New-York à Buffalo, avant de revenir en Belgique en 1970, comme professeur de composition puis directeur du Conservatoire royal de Liège et fonda, avec Pierre Bartholomée, le Centre de recherches et de formation musicales de Wallonie.
Dans les années 1980, Maurice Fleuret (alors directeur de la musique et de la danse au ministère de la Culture) lui demanda de mettre en place l'Institut de pédagogie musicale de Paris, dépendant de l'IRCAM (Institut de Recherche et Coordination Acoustique/Musique).
Henri Pousseur est l'auteur de nombreux textes théoriques, notamment Musique, sémantique, société (1972). (bibliographie sur le site)

[d'après la fiche biographique de la base Brahms]


A lire : Renaud Machart, Henri Pousseur, compositeur, Le Monde, 10 mars 2009


Discographie en ligne :
Eight Parabolic Studies (sub rosa, 2002) >deezer
Mixed music 1966-1970 (sub rosa, 2007) >deezer
Electronic experimental and microtonal 1953-1999 (sub rosa, 2008)
[contient : Jeu de miroir de votre Faust] >deezer


Henri Pousseur La Chevauchée fantastique, pièce de Miroir de Votre Faust, pour piano et soprano ad libitum (1964-65) [Le plus court chemin de Mozart à Boulez, en passant par Schumann, Liszt, Wagner, Berg, Webern]
En 1967, l'année de Couleurs croisées, pour orchestre, Pousseur acheva une de ses œuvres maîtresses, la fantaisie variable genre opéra Votre Faust (1960-1967), pour soprano, alto, ténor, basse, 5 acteurs, 12 instruments et bande et résultant d'une collaboration avec Michel Butor (création le 15 janvier 1969 à la Piccola Scala de Milan). Cet ouvrage, où le public a la possibilité d'intervenir et d'orienter l'action dans tel ou tel sens, fait du procédé de la citation littéraire et musicale un usage vaste et subtil et donna naissance à plusieurs « œuvres satellites » comme Miroir de votre Faust (1964-65), Portail de votre Faust (1960-1966), Jeu de miroir de votre Faust (1967), Échos de votre Faust (1967), Ombres de votre Faust, Fresques de votre Faust. (Larousse)


samedi 4 avril 2009

Revue de presse, revue de blogs



01. The future of music Electron libre, 03/04

02. En attendant lundi : Inventez des albums ! Ecrans.fr, 03/04

03. L’HADOPI adoptée…lecture critique…
Digitalmeme, 03/04
[Même sujet L’Hadopi adoptée, Ecrans.fr, Electron libre, Le Monde]

04. La navigation personnelle au travail augmente la productivité techno.branchez-vous, 02/04

05. Après l’Angleterre, YouTube coupe l’accès aux vidéoclips en Allemagne Zdnet, 02/04

06. Maria Rita "Cupido" L'Am@zonie, 02/04

07. Délire surréaliste organisé Figaro, 02/04
[À Bruxelles, la troupe de La Fura dels Baus restitue l'univers haut en couleur de l'opéra de Ligeti, «Le Grand Macabre». Article du Monde]

08. Zotero, c'est arrivé, Bibliothèque = Public, 02/04
[Zotero est un logiciel de gestion bibliographique]

09. La Revue des livres pour enfants chronique des jeux vidéo, JVBIB, 02/04

10. Le faux "Millénium 4" de Rue89 et autres petits et gros poissons Rue89, 01/04

11. "Liberté" signe le retour réussi du roi du raï, Khaled le Monde, 01/04

12. Voler de la musique: est-ce vraiment mal?, Techcrunch, 01/04

13. Hadopi : interview d'un chasseur d'adresses IP Numerama, 01/04

14. Interview Julien Ulrich, nouveau patron de Awdio Digitalmeme.fr, 01/04

15. Loi Création et Internet : la Hadopi attribuera un label pour les offres légales zdnet, 01/04

16. Et le vainqueur est...Gutenberg.org ! Klog, 30/03
[Propos en commentaire : il faut le dire et le répéter que Gallica ne permet pas de télécharger des fichiers lisibles sur une liseuse électronique.]

17. Création, Internet & Vidéos Digitalmeme, 31/03
[Même sujet : Les artistes à l’Odéon pour la loi Hadopi]

18. A mille lieux De tout sur rien, 31/03

19. Von Poehl et Faccini : deux affranchis Figaro, 31/03

20. Spotify vend de la musique via 7Digital Accessoweb, 31/03
Même sujet : Ecrans]

21. Massilia Sound System : « le téléchargement nous profite » Ecrans, 31/03

22. Comment être présent sur Internet ? La leçon de Pharrell Williams… Digitalmeme, 30/03

23. Le compositeur Maurice Jarre est mort Figaro, 30/03

24. Pascal Nègre : un disque d'or gagne 4000 euros par mois Numérama, 30/03

25. Les sociétés d'auteurs et Radio France signent un accord sur l'offre podcast Irma, 30/03

26. Guide du rockeur : Lexique Art Rock, 29/03

27. Téléchargement illégal : le modèle américain de "riposte graduée" se fissure Le Monde, 29/03

28. Toi, tu as le temps Le bibwebzine, 28/03

29. Fizy, le Speedy Gonzales de la recherche de musique sur le web; Trop bon pour durer très longtemps Techcrunch, 28/03

30. Le sort peu enviable des startups de musique en streamingTechcrunch, 28/03

31. Interview de Fred Viktor - Fondateur de Record Memory Digitalmeme, 28/03

32. Ces compositeurs qui travaillent au clavier... de l'ordinateur Le Monde, 28/03

33. Pourquoi EMI autorise Playlist.com à diffuser sa musique et ses clips Numérama, 27/03

34. Prêter des lecteurs à Angers La Feuille, 27/03

35. Les industries culturelles ne sont pas la culture La Feuille, 25/03

36. Rencontres de l'ACIM : un point sur les aspects juridiques Discobloguons, 24/03

37. Les albums de 2009 Alternative sound, 23/03
(un classement provisoire, et mis à jour au fil de l'année)

38. GEORGES JOUVIN : Les larmes de la trompette Blogonzeureux!, 22/03

39. Qu’est-ce qu’un livre à l’heure du numérique ? La Feuille, 21/03

40. Will Oldham - le mystère de l'Ouest Bon pour les oreilles, 12/03

41. L'evolució de la música, la cançó de les cançons AMPLI, 10/03
[L'évolution de la musique, la chanson des chansons, à propos de la conférence d'Armand Leroi, Song of songs]

42. Le silence des bibliothécaires éditorial d'Anne-Marie Bertrand, ENSSIB, Mars 2009

jeudi 2 avril 2009

Voyage temporel à l'ère du space disco : la playlist vidéo

Sous le pseudonyme de Zladko Vladcik, improbable candidat de l'état fictif de Molvania au concours de l'Eurovision, le comédien australien Santo Cilauro parodie un genre aujourd'hui tombé dans l'oubli, et pourtant très en vogue à la fin des années 70, le space disco.

Zlad! Elektronik Supersonik


Genre musical éphémère, le Space disco, est une déclinaison du Disco, le mouvement musical à la mode en Europe à la fin des années 70. Le Space Disco se caractérise par une instrumentation électronique comme l’utilisation de claviers et de synthétiseurs. N'oublions pas que la musique électronique est très populaire dans les années 70, avec un tube estival Popcorn de Hot Butter en 1972, et des formations de Space Rock ou de Synthé Pop qui vendent leurs albums en quantité astronomique (Kraftwerk, Tangerine Dream, Vangelis, Jean-Michel Jarre, …)

Côté look, le Space Disco se choisit une esthétique futuriste et emprunte ses thèmes à la science-fiction, en particulier au Space Opera. En 1967, Stanley Kubrick a profondément marqué les esprits avec 2001, Odyssée de l’Espace, le film laissa son empreinte sur le rock psychédélique de l’époque (Pink Floyd Astronomy Domine, David Bowie Space Oddity)

Le Space Disco est au sommet de sa popularité entre 1977 et 1979, ce qui correspond à la sortie des films au succès sans précédent, marquant plusieurs générations, comme La Guerre des Étoiles, ou Rencontre du troisième type. Ce phénomène musical est également contemporain du début de l’utilisation des laser shows dans les discothèques.

Les musiciens de Space Disco lorsqu’ils se produisent sur scène, ou sur les plateaux de télévision adoptent une tenue vestimentaire tenant autant de l’extravagance du glam rock (période mid 70 : Tommy, Phantom of the Paradise) et que d’une allure futuriste inspirée par les costumes-combinaisons souvent cheap des spationautes, robots et autres extra-terrestres tels qu’on pouvait les voir dans les séries télévisées de science-fiction des années 70 (Star Treck, 1999, Battlestar Galactica). Dans ces séries, les extra-terrestres y étaient souvent représentés avec un crâne chauve [un grand front laisse supposer des capacités psychokynésiques], à leur visage fardé de peinture gris métal ou dorée, et à leurs yeux fixes et écarquillés [comme les Rockets Galactica (1980)].

Ainsi vers 1977, pendant que l’Angleterre punk gueule No Future!, le Space Disco connaît un grand succès en France, en Allemagne et en Italie, pour la principale raison que ces trois pays sont aussi les patries d’origine du Disco.

Parmi les artistes les plus populaires en France, on peut citer Cerrone (Supernature), Didier Marouani et son groupe Space (Magic Fly) Sheila B. Devotion (Spacer) [Notre Space Oddity à nous ! :-)]

En Allemagne, la vague du Space Disco se répand grâce à l’émission Musikladen, de la chaîne NDR, avec des hits de Giorgio Moroder (Battlestar Galactica), Amanda Lear (Black holes), ou Ganymed (Music drives me crazy).

En Italie, ce sont les Rockets qui triomphent, un groupe français resté quasiment inconnu dans l’hexagone et produit par Claude Lemoine (le futur père et producteur de Jordy) et Jean-Pierre Massiera.

Vers 1979, le Space Disco fait aussi des émules en Amérique Latine (principalement en Argentine et au Brésil) où l’anglais , Dee D. Jackson rencontre le succès avec Automatic lover, produit par Giorgio Moroder (le compositeur des BO de Midnight Express et de Scarface).

Le phénomène gagne aussi l’Amérique du Nord, où le Space Disco y est bien accueilli grâce à certaines affinités musicales et vestimentaires avec le P-Funk (abréviation de Parliament, Funkadelic, les deux groupes de George Clinton ou/et de Pure Funk) . Spacer de Sheila B. Devotion, produit par les musiciens du groupe Chic devient l’un des grands hits de l’année 1979 aux USA [et c’est ainsi que notre Sheila nationale, petite fille de français moyen, chanteuse yéyé et à couettes deviendra, le temps d’un tube, une megastar intergalactique, et le modèle de référence de la future Madonna].

Au milieu des années 90, le duo electro house Daft Punk constitué de Thomas Bangalter et Guy-Manuel de Homem Christo s’est largement inspiré de ce courant musical en reprenant l’imagerie : les costumes et les casques intégraux (moitié homme, moitié robot : Human after all), les laser shows (Alive) et la thématique de l’aventure interstellaire (Discovery)

[source principale : http://en.wikipedia.org/wiki/Space_Disco ]

  • The Droids The Force (1976)
  • Space Magic Fly (1977)
  • The Rah Band The Crunch (1977)
  • Cerrone Supernature (1978)
  • Rockets On The Road Again (1978)
  • Dee D. Jackson Automatic Lover (1978)
  • Sarah Brightman & Hot Gossip I Lost My Heart to a Starship Trooper (1978)
  • Laurie Marshall Disco Spaceship (1978)
  • Mistral Starship 109 (1978)
  • Amanda Lear Black holes (79)
  • Ganymed It Takes Me Higher (1979)
  • Sheila b.Devotion Spacer (1979)
  • Player One Space Invaders (1980)
  • Visitors V-I-S-I-T-O-R-S (1981)

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...