mercredi 9 juin 2010

Le veau d'or : chanson de la semaine #33


Boris Christoff interprète Le veau d'or, l'air de Méphistophélès, extrait de Faust, l'opéra en cinq actes composé par Charles Gounod, sur un livret de Jules Barbier et Michel Carré, d'après le Premier Faust de Goethe



ACTE II, SCÈNE 3

Méphistophélès (paraissant tout à coup au milieu des étudiants et interrompant Wagner)
Pardon !

Wagner
Hein ?

Méphistophélès
Parmi vous, de grâce,
Permettez-moi de prendre place !
Que votre ami d'abord achève sa chanson !
Moi, je vous en promets plusieurs de ma façon.

Wagner (descendant de son escabeau)
Une seule suffit, pourvu qu'elle soit bonne!

Méphistophélès
Je ferai de mon mieux pour n'ennuyer personne.
(Les étudiants se groupent autour de Méphistophélès; Valentin le regarde avec défiance et se tient à l'écart avec Siebel.)
I
Le veau d'or est toujours debout ;
On encense
Sa puissance
D'un bout du monde à l'autre bout !
Pour fêter l'infâme idole,
Peuples et rois confondus,
Au tintement des écus,
Forment une ronde folle
Autour de son piédestal !...
Et Satan conduit le bal !

II
Le veau d'or est vainqueur des dieux ;
Dans sa gloire
Dérisoire
Son front abject brave les cieux !
Il contemple, ô rage étrange !
A ses pieds le genre humain
Se ruant, le fer en main,
Dans le sang et dans la fange
Où brille l'ardent métal!...
Et Satan conduit le bal, conduit le bal !

Tous
Et Satan conduit le bal!




Articles Wikipédia : Boris Christoff (1914-1993), Charles Gounod (1818-1893), Faust (1859), l'opéra, Johann Wolfgang von Goethe (1749-1832)

Aucun commentaire:

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...