samedi 27 février 2010

revue de presse, revue de blogs de la semaine



Artie Shaw - Moonglow
Archive.org



01. « De “Maréchal, nous voilà”, ça finit en musique manouche », Rue89 / mondomix, 27/02

02. Disparition de Bernard Coutaz, Qobuz, 27/10

03. Obama cultive la culture, Qobuz, 26/02

04. Autoformation en bibliothèque, abracadabibliothesque, 26/02

05. La tendance.... est aussi dans les instruments de musique, Sawnd, 26/02

06. Droit d'auteur : RapidShare doit également filtrer les livres numérisés, Numérama, 25/02

07. Of Course On-Demand Music Replaces Sales - It’s Supposed To, Wired - Epicenter, 25/02

08. Médiation au défi de la sélection ? ou sélection au mépris de la médiation ?, Bertrand Calenge : carnet de notes, 25/02

09. Labels participatifs, les raisons d’un échec ,Électron libre, 24/02

10. Retour sur l’étude sur le téléchargement pair-à-pair au Québec, Donne ta musique, 23/02

11. Microsoft contraint à l’ouverture , ReadWriteWeb, 22/02

12. Actions de médiation des collections : petite typologie, Lirographe, 22/02

13. Organize your online music with ExtensionFM, Music Machinery, 22/02. Sur le sujet Fine tuning

14. Photos, livres, musiques, what else ?, Les petites cases, 21/02

15. Rock, Rock, Rock - French rock'n'roll 1956-1959, Chronicart, 21/02

16. Ministre de la Culture (de l'évaluation) bis ?, Sun Ship, 21/02

17. Label histoire : IRFAN , Samuel Degasne, 21/02

18. Faut-il accepter l'argent du conseil piloté par Marin Karmitz ?, Le Monde, 19/02

vendredi 26 février 2010

Le swing et la Big Band Era . Une histoire du Jazz. 1ère époque (5/6)

par @macimo

Une manière d’interpréter le jazz
Le swing c’est le balancement caractéristique de la musique de jazz obtenue en jouant les croches de façon ternaire et en accentuant toujours la partie faible du temps. Le fameux cha ba da ba da ba, une pulsation marquée généralement par la cymbale charleston.

L’ère des grands orchestres
Le swing désigne une période faste pour le jazz. Appelée middle jazz ou swing era cette période commence à la fin des années 20 et se poursuit jusqu’à la fin de la seconde guerre mondiale, marquant l’âge d’or et l’apogée des big banBuild your own custom video playlist at embedr.comds.



Un big band est un orchestre composé d’au moins 10 musiciens
Entre 1930 et 1945, le nombre se stabilise autour d’une quinzaine des musiciens, organisés en sections :
  • anches : trois à cinq saxophones,
  • trompettes : de deux à cinq,
  • trombones : deux ou trois,
  • section rythmique : piano, contrebasse, guitare, batterie et autres percussions.
Ce format dit classique est encore assez souvent privilégié par les orchestres qui se consacrent a ce répertoire.

Le Swing, une des premières musiques urbaines
Après la fermeture des bars de Storyville, le quatier réservé de la Nouvelle-Orléans en 1917, les musiciens se voient forcés d'émigrer dans les grandes métropoles du Nord : Kansas City, Chicago, New York.

Kansas City et la prohibition

Située au confluent des rivières Missouri et Kansas, Kansas City, appelée la nouvelle Storyville, était dans les années 1930 une ville multiculturelle , dynamique et prospère. Cette prospérité était due en partie à la politique du Maire de l’époque, Tom Pendergast qui accordait quelques libéralités quand à la réglementation concernant les débits de boisson. Cette permissivité ne fut pas sans conséquence quand à l’attrait que la ville exerça sur le public et les musiciens de Jazz . On pouvait notamment y entendre l’orchestre de Count Basie, (formé à partir de plusieurs groupes de la ville) dans lequel évoluèrent des solistes comme Herschel Evans et Lester Young.

Chicago

A Chicago (Illinois), les offres d’embauche étaient dés le début des années 20 plus importantes.
C’est dans cette ville que l’orchestre typique de la Nouvelle-Orléans va petit à petit se transformer, confronté à un nouveau public plus urbain.
La section des saxophones va prendre de l’importance, et l’instrument deviendra également soliste.
La contrebasse et la guitare remplacent désormais le tuba et le banjo.
Des jeunes musiciens de la middle class blanche s’intéressent à cette musique créant ainsi un style plus policé et commercial et qui va plaire au public blanc qui fréquentait les dancing de Chicago. Le clarinettiste Benny Goodman, natif de Chicago, faisait parti de ces musiciens.

New York

Le Jazz est né à la Nouvelle-Orléans, il a grandi à Chicago mais c'est à New York que l'histoire du swing va prendre son essor avec le big band de Fletcher Henderson dès la fin des années 20.
Durant cette période le Cotton Club accueille l’orchestre de Duke Ellington et celui de Cab Calloway.
Car la musique swing doit être comprise d’abord comme une musique de danse, elle accompagne de nombreux pas à la mode : boogie-woogie, jive, suzie Q, etc.
L’utilisation de la radio favorisa considérablement la popularité de cette musique.

Los Angeles

La Californie, en particulier Los Angeles, est depuis le début du XXe siècle est un des hauts lieux du Jazz. Au début de la Seconde Guerre mondiale, la Californie connaît un fort boom économique et l'activité des clubs de Jazz se fait plus intense Des grands orchestres à la musique audacieuse apparaissent comme l'orchestre de Woody Herman avec son Second Herd et celui de Stan Kenton. Ces deux formations vont compter en leur sein beaucoup de futures vedettes du Jazz West Coast. Wikipédia, Jazz West Coast

Le big band, facteur de mixité raciale ?
La lente dissolution de la ségrégation raciale s'amorça chez les musiciens au milieu des années trente, quand Benny Goodman engagea le pianiste Teddy Wilson, le vibraphoniste Lionel Hampton et le guitariste Charlie Christian.

La fin des big bands
Après avoir connu un immense succès la plupart des grandes formations orchestrales vont péricliter pour des raisons économiques à la fin des années 40, laissant la place à des formations plus réduites appelées combos.


Articles Wikipédia
http://fr.wikipedia.org/wiki/Swing_%28courant%29
http://fr.wikipedia.org/wiki/Big_band

Disques
  • Grands orchestres Duke Ellington, Count Basie, Benny Goodman
  • Swing : era big bands, 1934-1947
  • Duke Ellington and his orchestra 1930
  • At Carnegie Hall 1938 Benny Goodman
  • Jazz dance music : 1923-1941. - Frémeaux et Associés
  • Cotton Club : Harlem 1924 - Broadway 1936. - Frémeaux et Associés
  • Cab Calloway.- Masters of jazz
  • Duke Ellington and His Orchestra 1924-1927. - Classics
  • Benny Goodmanat Carnegie Hall 1938. - Columbia

Méthodes partitions
  • Easy piano / Ellington ; Arr. by John Brimhall. - Warner Bros.
  • Benny Goodman Swing Classics : Clarinet solos with piano accompaniment - Hal Leonard.
  • Méthode de clarinette : du swing au be-bop [mus. imprimée]. / Michel Pellegrino. - HL music
Films et Concerts en DVD
  • Count Basie at Carnagie Hall, 1981
  • Kansas city (1996) un film de Robert Altman ; Avec Michael Murphy, Miranda Richardson, Harry Belafonte. [Evocation de Kansas City, ville de tous les dangers, dans les années trente à travers les aventures d'une jeune télégraphiste qui kidnappe la femme d'un homme politique influent, afin d'obtenir la libération de l'homme qu'elle aime, petit malfrat tombé dans les griffes des gangsters.]

mercredi 24 février 2010

samedi 20 février 2010

Revue de presse, revue de blogs : actualité de la semaine


John Bubbles, Buck and Bubbles
Back Home In Indiana
Archive.org


01. 3 sites gratuits pour écouter de la musique en ligne Branchez-vous! Techno, 20/02

02. Sondage à la con #10 | Peut-on respecter le droit d’auteur sur internet ?, B comme BoxSons, 20/02

03. Cosma : «Une bonne musique de film doit être populaire», Le Figaro, 19/02

04. Le Guide pour les Groupes Indépendants | Etape 13 | Petit Comparatif Improbable de 5 Agrégateurs Numérique, B comme boxsons, 19/02

05. Les jeunes et les médias (2) : Nathan, 14 ans, sur Twitter depuis 2 ans, Empreintes digitales, 18/02

06. Musique et numérique : l’approche des politiques à travers le monde, La valeur de la musique, 18/02

07. Industrie du disque: chronique d'une mort (lente) annoncée , Marianne2, 18/02

08. Qu’est-ce qu’il nous chante, Besson ?, Nos Enchanteurs…, 18/02

09. Lettre ouverte aux maisons de disques même si elles ont rien demandé, Don't believe the Hype, 17/02

10. Enterre-t-on le CD vivant ?

11. Jiwa se déconnecte de la Belgique, faute de droits, PCinpact, 17/02

12. Believe signe avec Spotify, Musique Info, 17/02

13. 5 Reasons You Should Be Scared of Apple, Cracked, 17/02
5 raisons pour lesquelles vous devriez avoir peur d'Apple.

14. les meilleurs flops technologiques de la musique , Sawnd, 16/02

15. La valeur de la musique devient contextuelle, ZDNet, 16/02

16. La Guerre des Formats feat. Apple, MXP4, Opendisc, MusicDNA & Guests, Industrie Musicale, 16/02

17. Humoristes et médias sociaux: leçons québécoises, Transnets, 16/02

18.La réalité du marché, mais qu'est-ce qu'on nous chante ?, 16/02

19. La Guerre des Formats feat. Apple, MXP4, Opendisc, MusicDNA & Guests industrie musicale, 16/02

20. La réalité du marché, mais qu'est-ce qu'on nous chante ?, 16/02

21. Les comédies musicales misent sur les valeurs sûres, Le Figaro, 16/02

22. Le CD est un format d'avenir, selon le prochain PDG d'Universal Music, Numérama, 16/02

23. Les jeux musicaux ont perdu le sens du rythme, Electron libre, 15/02

Jazz et comédies musicales. Une histoire du Jazz. 1ère époque (4/6)

par @macimo
"La comédie musicale est un genre théâtral, mêlant comédie, chant et généralement danse.
Apparue au XXe siècle, elle se situe dans la lignée du mariage du théâtre et de la musique classique qui avait donné naissance aux siècles précédents au ballet, à l'opéra, à l'opéra-bouffe et à l'opérette. elle s'est particulièrement développée aux États-Unis, se dissociant à partir des années 1910 du genre classique par l'intégration de musiques « nouvelles » comme le jazz. De fait, le terme évoque de nos jours principalement les États-Unis et plus spécialement Broadway." (Wikipédia)


La comédie musicale américaine constitue un vaste répertoire d’œuvres écrites essentiellement entre les années 1920 et 1960 par une génération exceptionnelle de paroliers et de compositeurs. De ce vivier de talents ont émergé des noms internationalement célèbres comme Irving Berlin (1888-1989), George Gershwin (1898-1937), Cole Porter (1891-1964), mais aussi le compositeur Kurt Weill (1900-1950)
Dès les années 30, les artistes jazz furent les premiers à réinterpréter ce répertoire. Chanteurs, musiciens, formations, orchestres, tous s’emparèrent de ces standards pour imprimer leur style personnel sur des airs à la mode.

Broadway
Situé au niveau de Times Square, Broadway est le quartier des théâtres de New York. Dans les années 1920 il se jouait plus de 200 pièces et comédies musicales par an dans le secteur. Il doit sa réputation mondiale aux comédies musicales qui y tiennent le haut de l'affiche.


« Tea for two, and two for tea... »
Vincent Youmans (1898-1946) n’avait pas 30 ans lorsqu’il composa la partition de No, no, Nanette (1925).
Cette comédie musicale en 3 actes, sur un livret d'Otto Harbach et de Frank Mandel et des paroles d'Otto Harbach et d'Irving Caesar, raconte l'histoire de Nanette. Jeune protégée du millionnaire Jimmy Smith, Nanette est amoureuse de Tom Trainor, neveu de l'avocat Billy Early dont la fonction est de favoriser le mécénat que Mr Smith exerce pour les jeunes comédiennes pleine de talents. Cette comédie légère sert de support à un spectacle mené tambour battant avec ses entrées et sorties de boys et de girls.
De cette comédie musicale un peu oubliée, il reste un air mémorable, tea for two, bien connu de tous les cinéphiles du dimanche soir. :-)



Quels standards de jazz également hérités des comédies musicales :
  • The Man I Love de George Gershwin - Strike Up the Band, (1927)
  • I got rhythm de George Gershwin - Treasure girl (1928)
  • But Not for Me de George Gershwin - Girl Crazy (1930)
  • Over the rainbow de Harold Arlen - The Wizard of Oz (film de 1939)
  • All the Things You Are de Jerome Kern - Very Warm for May (1939)
  • April in Paris de Vernon Duke - Walk A Little Faster (1932)
  • My Foolish Heart de Victor Young dans le film du même nom (1949)
  • All of You de Cole Porter - Silk Stockings (1954)

Ressources web

http://fr.wikipedia.org/wiki/Com%C3%A9die_musicale
http://fr.wikipedia.org/wiki/Broadway_Theatre
http://en.wikipedia.org/wiki/Musical_theatre
http://en.wikipedia.org/wiki/Lists_of_musicals

Disques
  • From Gershwin's time : the original sounds of George Gershwin 1920-1945 : featuring selections from Gershwin's great Broadway and Hollywood scores / George Gershwin ; AL Jolson, Yan & Schenck, Arthur Lange's Orchestra... [et al.]. - Sony Classical, 1998
  • To Broadway from Hollywood . Volumes 1-3 / George Gershwin. - IMP, 1998
  • George and Ira Gershwin in Hollywood : motion picture soundtrack anthology. - Turner, 1997
  • An American in Paris - Singin' in the rain / music by Nacio Herb Brown, Roger Edens, George Gershwin ; Gene Kelly, Frank Sinatra, Debbie Reynolds... - Blue Moon, 1995
  • An American in Paris : original motion picture soundtrack / to the music of George Gershwin ; avec Gene Kelly, Leslie Caron, Oscar Levant, Georges Guetary, ... - Turner : EMI, 1996
  • Judy Garland. 4 volumes : Pigskin Parade (1936), The Wizard of Oz (1939), Ziegfeld girl (1941), For me and my gal (1942), Girl crazy (1943), Meet me in Saint Louis (1944) - IMP, 1995
  • Wonderful town (1954) de Leonard Bernstein, comp. ; Kim Criswell (Ruth), Audra Mc Donald (Eileen), chant... ; Sir Simon Rattle, dir. - EMI music internationa, 1999
Partitions
  • Unforgettable : the magic of the musicals : 31 of the most memorable hits... : piano solos. - Wise Publications, 1998
  • Show tunes : you've always wanted to play : easy tunes for piano solo. - Chester Music, 2000
Comédies musicales hollywoodiennes
  • Le chanteur de jazz [= The jazz singer] (1927), un film d'Alan Crosland, avec Al Jolson
  • The Gay Divorcee (1934) de Mark Sandrich, avec Fred Astaire, Ginger Rogers
  • Top hat (1935) de Mark Sandrich, avec Fred Astaire, Ginger Rogers
  • Le Magicien d'Oz (1939) de Victor Fleming, avec Judy Garland
  • Ziegfeld Follies (1946) de Vincente Minelli, avec Fred Astaire, Judy Garland, Esther Williams
  • La Belle de Moscou (1949) de Rouben Mamoulian avec Fred Astaire et Cyd Charisse
  • Un jour à New York (1949) de Gene Kelly et Stanley Donen, avec Gene Kelly et Frank Sinatra
  • Chantons sous la pluie (1951) de Gene Kelly et Stanley Donen, avec Gene Kelly, Donald O'Connor, Debbie Reynolds
  • Un Américain à Paris (1951) de Vincente Minelli avec Gene Kelly, Georges Guetary
  • Tous en scène (1953) de Vincente Minelli, avec Fred Astaire, Cyd Charisse
  • Une étoile est née (1954) de George Cukor avec Judy Garland
  • Brigadoon (1954) de Vincente Minelli avec Gene Kelly, Cyd Charisse
  • Cabaret (1972) de Bob Fosse avec Liza Minelli, Michael York

vendredi 19 février 2010

Moulin de Brainans : Concerts Février / Mai 2010

Samedi 20 février : ONDE DE CHOC
vendredi 26 février : VIEUX FARKA TOURE + SUMBUL PALAUQUI
Samedi 27 février : The ELDERBERRIES + RADIO MOSCOW + LADS IN VERTIGO
Jeudi 04 mars : MINISTÈRE DES AFFAIRES POPULAIRES + ALEE
Samedi 06 mars : The WASHING MACHINE CIE & Invités
Samedi 13 mars : MASS HYSTERIA + SYMBIO + BARSON BUD'S
vendredi 19 mars : DANAKIL + DILO
Vendredi 26 mars : PIGALLE + INNERSEA
Samedi 10 avril : SHAKA PONK + 1KUB & The Wicked Wicked
Samedi 17 avril : MOLECULE feat LEEROY + LA CANAILLE
Samedi 24 avril : DIDIER SUPER + J CANTALOU
Vendredi 30 avril : SLUG + BEST OF MASTER CLASS
Samedi 01 mai : BHALE BACCE CREW + ANAPATH + BIDIBANG
Dimanche 09 mai : MUSIC' ADO
Jeudi 13 mai : The COMMITMENTS + COSMIX BANDITOS

Le Capharnaüm : collecte #59

Il y a plus d'idoles que de réalités dans le monde : c'est là « mon mauvais œil » pour ce monde, c'est là aussi « ma mauvaise oreille »...
Poser ici des questions avec le marteau et entendre peut-être comme réponse ce fameux son creux qui parle d'entrailles gonflées - quel ravissement pour quelqu'un qui, derrière les oreilles, possède d'autres oreilles encore, - pour moi, vieux psychologue et attrapeur de rats qui arrive à faire parler ce qui justement voudrait rester muet....

Frédéric Nietzsche, Le crépuscule des idoles ou Comment on philosophe au marteau [= Götzen-Dämmerung, oder, Wie man mit dem Hammer philosophirt], extrait de l'avant-propos (30 septembre 1888), trad. de Henri Albert, Mercure de France, 1952, pp. 85-86.
ill. Edvard Munch, Friedrich Nietzsche (huile, 1906)


Mae Clark That Little Odd Rhythm

Extrait du film Hats off (1936), comédie musicale américaine de Boris Petroff, scénario de Samuel Fuller, musique de Ben Oakland, paroles de Herb Magidson avec Mae Clarke, John Payne, Helen Lynd (fiche Imdb)




Console My Dog Eats Beats

Console est un projet parallèle de Martin Gretschmann du groupe The Notwist. Le titre My dog eats beats est enregistré sur le disque Rocket In The Pocket (Matador, 1998)
Page Wikipédia en français, en allemand
http://console.li/

Ute Lemper Alles Schwindel

Alles Schwindel [Tout n'est que mensonge] ("Papa ment, Maman ment, leur bouche n'arrête pas de mentir!"). La chanson a été écrite par Mischa Spoliansky, un pianiste et compositeur d'origine russe émigré en Allemagne au début du XXe, il fuira le régime nazi en 1933 pour s'installer en Angleterre. On peut retrouver ce titre sur le disque Berlin Cabaret songs, Decca (coll. Entartete musik. music suppressed by third reich)
Ute Lemper est une chanteuse allemande née à Münster en 1963.
Article Wikipédia en français, en allemand
http://www.utelemper.com/

Kamel El Harrachi Dzair

Kamel El Harrachi est un chanteur algérien né en 1973. C'est le fils de Abderrahmane Amrani, mieux connu sous son nom de scène Dahmane El Harrachi (1925-1980), musique chaâbi, à qui l'on doit la célèbre chanson Ya Rayah (Le voyageur) reprise par Rachid Taha.
Sa page MySpace, fiche RFI musique. Album : Ghana Fenou (Turn Again Music, 2009)


Barbara Morgenstern Come To Berlin

Barbara Morgenstern est une chanteuse et musicienne de la scène électronique allemande née à Hagen en 1971. Son cinquième album BM (2008) est sorti sur le label Monika entreprise
Page MySpace, article wikipédia en français, anglais et allemand.

mercredi 17 février 2010

Benito Urgu e i Barrittas "Gambale Twist" : chanson de la semaine #27

Twist à Cagliari

Benito Urgu e i Barrittas Gambale Twist (1964)


« E lassa s'erveche, picca su caddu,
curre curre a ti cambiare pro su twist a ballare
bogadi su cambale pro ballare su twist »

traduit approximativement du sarde :
« Laisse tes moutons, prend ton cheval,
Cours, cours te changer pour danser le twist
Bougez vos jambes pour danser le twist"

Benito Urgu est un chanteur, et un artiste de cabaret italien né en Sardaigne en 1939.
En 1962, après son service militaire, il forme i Visconti avec Francesco Salis (guitare), Albano Giulio (guitare basse), Nello Cocos (batterie) et Guido Cocos (claviers) Le groupe prendra ensuite le nom de i Barrittas.

source : Benito Urgu
http://it.wikipedia.org/wiki/Benito_Urgu
I Barrittas
http://it.wikipedia.org/wiki/I_Barrittas

lundi 15 février 2010

L'histoire du rock au tableau noir


Photo extraite du film Rock academy (School of Rock, 2003) de Richard Linklater, avec Jack Black et Joan Cusack (fiche allociné)


Dewey Finn (Jack Black), un chanteur, guitariste de hard rock se fait virer de son groupe par les autres membres à cause de son arrogance et son jeu de scène trop envahissant. Ayant besoin d’argent, il accepte de faire une suppléance comme prof de musique pour une classe de cinquième dans une prestigieuse école privée new-yorkaise, et va y développer une pédagogie musicale peu conventionnelle.
Le diagramme avec lequel il expose les racines et influences du rock, et ses différents courants a fait l'objet d'une transcription fidèle sur le site franksreelreviews.


samedi 6 février 2010

Revue de presse, revue de blogs


Vess Ossman (1868-1923)
A Bunch of Rags (1898)

01. « Internet, révolution culturelle », Le monde diplomatique, 05/02

02. Les statistiques du dépôt légal en 2009 , gl connection, 05/02

03. Des e-books en prêt à Issy-les-Moulineaux, 01net, 05/02

04. Doit-on acheter des mauvais disques pour la bonne cause ? , facile la musique, 04/02

05. Facebook, premier lecteur d'informations ?, Technotes, 04/02

06. Un nouveau président, Desperate Librarian Housewife, 03/02
Interview du nouveau président de l'ABF, Pascal Wagner

07. Jacques Toubon, la mission Zelnik c’est lui, Electron libre, 03/02

08. Du filtrage au désespoir , Art-rock, 02/02

09. Les Français et la musique : un plébiscite, IRMA, 02/02

10. LE RAPPORT ZELNIK À L’ÉPREUVE DU MIDEM : Les professionnels réagissent et commentent, IRMA, 02/02

11. Un arbre et des perles : comment utiliser pearltrees? gotsky blog, 01/02

12. Du bruit à l’ISELP, Debloque's Weblog, 01/02

13. Facebook et compagnie pour la communication des bibliothèques, Archimag, février

14. Episode 8 - Spéciale iPad [vidéo], On refait le Mac, 31/01
Même sujet Transnets

15. SFR intensifie son positionnement sur la musique, GL CONNECTION, 30/01

16. Apple et les industries de la mémoire, Bloc-notes de Jean-Michel Salaün, 30/01

17. 10 Conclusions post Midem à avoir à l'esprit, Sawnd, 29/01

18. Le collaboratif dans les bibliothèques ou la tentation du mot-valise, bibliobsession, 26/01

19. Comprendre l’adolescent multimédia, ReadWriteWeb, 26/01

20. Youtube Disco s'attaque à Deezer et Spotify ?, Flutuat, 25/01

21. Comment les bibliothèques américaines utilisent-elles le web social?, Bibliomancienne, 25/01

22. Producteurs, auteurs, haro sur le baudet ministériel, Électron Libre, 24/01

23. Deezer, ou les raisons d’un beau gâchis, Électron Libre, 24/01

24. Etape 12 | Distribue ta musique sur internet. Enfin essaie., b comme boxsons, 24/01

25. Le disque creuse son sillon numérique, Ecrans.fr, 22/01

26. Fillon vs Hadopi et les bons chiffres de l'industrie du disque, Art-rock, 20/01

jeudi 4 février 2010

Les années de crise au fil de la chanson. 1ère partie, 1930-1934






1930

J'ai deux amours
Musique de Vincent Scotto, paroles de Géo Koger & Henri Varna, par Joséphine Baker
On dit qu'au delà des mers
Là-bas sous le ciel clair
Il existe une cité
Au séjour enchanté
Et sous les grands arbres noirs
Chaque soir
Vers elle s'en va tout mon espoir

J'ai deux amours
Mon pays et Paris


C'est pour mon papa
Paroles: René Pujol, Charles-Louis Pothier. Musique: Casimir Oberfeld, par Georges Milton
L'habit qui n'va pas, c'est pour mon papa
Les plus beaux vêtements, c'est pour ma maman !
Le livreur c'est tout le temps pour ma mère
Les factures, c'est tout l'temps pour mon père
Les vieux pyjamas, c'est pour mon papa
Les dessous troublants, c'est pour ma maman

1931

Le doux caboulot
Paroles: Francis Carco. Musique: Jacques Larmanjat, par Marie Dubas
Le doux caboulot
Fleuri sous les branches
Est tous les dimanches
Plein de populo.



Les gars de la marine
Musique de W.R Heymann, Paroles de Jean Boyer,
Extrait du film "Le Capitaine Craddock"
C'est nous les gars de la Marine,
Quand on est dans les Cols Bleus,
On a jamais froid aux yeux.
Partout, du Chili jusqu'en Chine
On les reçoit à bras ouverts
Ces vieux loups de mer .

1932

A petits pas (La valse marseillaise)
Musique de Vincent Scotto, Paroles de René Sarvil-Roger Ferréol par Alibert
Les jeunes, les petites
Ici ne dansent pas
Le slow ou la gigite,
Qu'ils appellent la rumba.
Tendrement enlacés et les yeux

C'est la valse marseillaise
Qu'on fait bien à l'aise,
Un, deux, trois, comm' ça,
A petit pas.

Couchés dans le foin
Musique de Mireille, paroles de Jean Nohain, par Pills et Tabet
Il ne faut pas que je vous cache
Que j'eus toujours la sainte horreur des vaches.
Dans ma famille, c'est un tort,
Hélas ! le métier de toréador
N'a jamais été notre fort.

Couchés dans le foin
Avec le soleil pour témoin

Je t’ai donné mon cœur
Musique: Franz Lehar Paroles: André Mauprey, Jean Marietti.
Adaptation de Dein ist mein ganzes Hertz dans l’opérette Le Pays du sourire
Je t'ai donné mon coeur
Tu tiens en toi tout mon bonheur
Sans ton baiser il meurt
Car sans soleil meurent les fleurs


1933

C’est vrai
Musique: Casimir Oberfeld , Paroles: Albert Willemetz., par Minstinguett
Oui c'est moi me voila je m'ramène
J'ai vu London j'ai vu Turin
L'Autriche-Hongrie
Mais de Vienne il fallait que j'revienne
Car je n'peux pas moi je vous l'dis
M'passer de Paris
Ce Paris qui pourtant vous chine tant et tant

On dit que j'aime les aigrettes
Les plumes et les toilettes
C'est vrai

Le chaland qui passe
Musique: Cesare-Andrea Bixio , Paroles: André de Badet. Par Lys Gauty
Ne pensons à rien, le courant
Fait de nous toujours des errants
Sur mon chaland, sautant d'un quai
L'amour peut-être s'est embarqué
Aimons-nous ce soir sans songer
A ce que demain peut changer
Au fil de l'eau point de serments :
Ce n'est que sur Terre qu'on ment !

Ici l'on pêche
Paroles et Musique: Jean Tranchant, par lui-même
Près du grand chemin de halage
Où les bateaux vont doucement
Dans un berceau de verts feuillages
Se cache un petit restaurant
L'air embaume les pommes frites
Les gaufres et les lilas blancs
Les bleuets et les marguerites
Prennent rendez-vous sous les bancs

À Paris, dans chaque faubourg
Musique: Maurice Jaubert , Paroles: René Clair, par Lys Gauty
Chanson du film Quatorze Juillet de René Clair
À Paris dans chaque faubourg
Le soleil de chaque journée
Fait en quelques destinées
Éclore un rêve d'amour


Tango de Marilou
Paroles: Robert Marino. Musique: Mario Mariotti, par Tino Rossi
Marilou Marilou
Souvient toi du premier rendez-vous
Dans nos cœurs à grands coups
S'éveillaient les désirs les plus fous



Ce petit chemin
Musique: Mireille . Paroles: Jean Nohain, par Jean Sablon
Ce petit chemin... qui sent la noisette
Ce petit chemin... n'a ni queue ni tête
On le voit
Qui fait trois
Petits tours dans les bois
Puis il part
Au hasard
En flânant comme un lézard

1934

Les beaux Dimanches de printemps

Musique: Gaston Gabaroche , paroles de Jean Laurent, par Reda Caire
Les beaux dimanches de printemps
Quand on allait à Robinson
Danser sous les lampions tremblants
Ou s'allonger sur le gazon



Avec les pompiers
Musique: Henry Himmel Paroles: Charlys, Couvé.
Nous avons bien rigolé
La fanfare a défilé
Avec les pompom...
Avec les pompom...
Avec les pompiers



Le bistrot du port
Paroles: A.Saudemont & Gaston Groener. Musique: Pierre Candel, par Lys Gauty
Dans le bistrot du port,
On y parle d'amour,
De pêche et de partance,
D'espoirs et de retours
Et l'on y fait bombance.
" Bois un coup, mat'lot encore une lampée,
Profite de ton temps, et tire ta bordée ! "



L'étranger
Musique: Juel, Marguerite Monnot, Paroles: Robert Malleron, par Edith Piaf
Il avait un air très doux,
Des yeux rêveurs un peu fous
Aux lueurs étranges.
Comme bien des gars du Nord,
Dans ses cheveux un peu d'or,
Un sourire d'ange.

Un amour comme le nôtre
Musique: Charles Borel-Clerc Paroles: Axel Farel, par Lucienne Boyer
Pourquoi lis-tu tant de romans ?
Pierre Benoît ou Paul Morand ?
Penses-tu trouver dans leurs livres
De quoi rêver des nuits des jours
Quand le plus beau roman d'amour
Nous sommes entrain de le vivre

Sources :

Les fanfares de la Nouvelle-Orléans. Une histoire du Jazz. 1ère époque (3/6)



La Nouvelle-Orléans est la plus grande ville de l'État de Louisiane au Sud des États-Unis. Creuset de la culture caraïbe, située sur l'un des méandres du fleuve Mississippi, la New Orleans est une ville de grand métissage culturel.
Les musiciens noirs et métis purent acquérir des instruments de musique de facture européenne. Ils se mirent alors à interpréter à l’occasion des fêtes (Carnaval, parades, défilés) et des cérémonies (mariages, enterrements) une musique inspirée des marches militaires dont celles de John Philip Sousa (1954-1932). Cela donna naissance à diverses formations orchestrales : marching bands, brass bands, street bands, etc.

Composition d’un orchestre de la Nouvelle-Orléans
La section rythmique
  • Les percussions : La grosse caisse, les cymbales, et la caisse claire. Instruments au départ joués séparément. C’est plus tard que ces trois instruments furent réunis sous le nom de batterie.
  • Les cordes : le banjo, instrument qui serait un descendant du luth ouest-africain appelé ekonting
  • Les cuivres : Le tuba, le soubassophone ou sousaphone (en hommage au grand chef de fanfare John Philip Sousa)
La section mélodique
  • La trompette : c’est l’instrument "roi", c’est elle qui joue le thème
  • Le trombone ponctue la mélodie par un contrepoint rythmique, avec des effets de glissandi(le tailgating)
  • La clarinette joue dans un registre aigu des mélismes sinueux
  • Le saxophone, qui arrive plus tardivement dans ce type de formation, joue à ses débuts un rôle plutôt harmonique.

Naissance de l’improvisation collective
Certes, l’improvisation se pratiquait déjà à l’époque baroque, mais c’est bien à la Nouvelle-Orléans qu’elle devient collective, transcendant ainsi de simples thèmes en de véritables joyaux d’invention musicale polyphonique.

(Ill. King Oliver's Creole Jazz Band, 1921)



Morceau joué : Thats a Plenty de Lew Pollack (1895-1946)


Articles
http://fr.wikipedia.org/wiki/Brass_band
http://fr.wikipedia.org/wiki/Jazz_Nouvelle-Orléans
http://www.jazzmen.fr/jazz-nouvelle-orleans/
http://fr.wikipedia.org/wiki/John_Philip_Sousa

Disques
  • Jazz New Orléans 1918-1944. - Frémeaux & Associés
  • Sidney Bechet par Christian Béthune. - Vade Retro
  • Louis Armstrong : New York - Chicago 1925-1940 .- Frémeaux & Associés
  • An introduction to Jimmie Noone: his best recordings 1923-1940.
  • - Mélodie, 1996
Livres
  • Storyville : roman / Lois Battle - Presses de la Cité, 1994
Films
  • Cent ans de jazz : racines (1987), un film réalisé par Claude Fléouter. - FR3, INA, DLL
  • Louis Armstrong, le premier "Africain américain" (1996), un film de Sylvie Faguer. - Adav (1 VHS)
  • Sidney Bechet un film de Philippe Koechlin. - Program 33
  • Legendary New Orleans Musicans un documentaire de Preston Mc Clanaham
  • Louis Armstrong en concert, morceaux choisis. - Zylo : Universal, 2006

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...