vendredi 24 septembre 2010

Musiques et cultures tsiganes : des ressources en ligne



En complément des discographies présentant les musiques tziganes en Europe (Roumanie, Hongrie, Balkans), voici une sélection de ressources documentaires (playlists, bibliographies, dossiers documentaires, podcasts, vidéos) concernant la culture, la langue et la condition de vie des communautés tsiganes en Europe.


Playlists musicales


Music Lodge (04/09/2010)Musiques Tziganes
"Que faut-il faire des roms, des gens du voyages, des tziganes ? On me demande jamais mon avis, et pourtant, j'ai une réponse très simple : les remercier, chaleureusement, pour cette si belle musique qu'est la musique tzigane." Playlist Deezer



Télérama (13/09/2010) : Mondo Sono #88 : Musiques tziganes par Hélène Azoulay
La playlist rend hommage aux Roms, en présentant quatre musiciens et formations d’Europe Centrale et de l’Est (Bulgarie, Tchéquie, Hongrie, Roumanie).



La Blogothèque (15/09/2010) : Mercredix #62 : Rom Express par Ulrich
"Américaine, allemande, française, tchèque, serbe, roumaine, belge ou macédonienne, la musique tzigane ne se raccompagne pas à la frontière."
La playlist est proposée sur Spotify

Dossiers documentaires, références bibliographiques

Bibliothèque municipale de Lyon : Ne les expulsez pas, écoutez-les, Points d'actu, 11/08
Musiques du monde, musiques métisses, ... Musiques des Roms (musiques tsiganes), ... flamenco(s), rumbas et autres musiques gitanes, ... jazz manouche, Influences rroms, gitanes, manouches sur les musiques gadjé.


FNASAT - Fédération nationale des associations solidaires d'action avec les Tsiganes et les Gens du voyage : La musique tsigane : une palette unique à l'extraordinaire variété
Musiques, Répertoire des musiciens par pays, Annuaire d'artistes et de spectacles


Université de Bretagne Occidentale, Buboblog, 16/09 : Roms, gitans, tsiganes, manouches… par Perrine Helly
versant ethnologique, versant historique, versant sociologique, versant juridique, versant artistique.



La Médiathèque de Belgique (2000) : Les Tsiganes Par Martine Bemelmans & Françoise Viot
L'histoire - Le peuple, la musique - Leur influence dans la musique classique - Discographie

Podcasts, Vidéos, Documentaires, Entretiens

RFI, Danse des mots : La langue rromani (1/2) et (2/2) par Yvan Amar
Le rromani : état des lieux d’une langue qui permet à quelques centaines de milliers de personnes de parler à travers l’Europe.


DOSSIER : QUI SONT LES ROMS ? (vidéo INA)
JT Soir Orléans - 05/12/2002 - 02min32s
Qui sont les Roms ? Retour sur leur histoire faite de persécutions et sur leurs conditions de vie en France avec l'exemple d'une famille venue de Roumanie.
retrouver ce média sur www.ina.fr



Archives Audiovisuelles de la Recherche (AAR) : Les groupes marginaux et les minorités en Europe moderne (1600-1800) par Pavel Hilm, chercheur à l'Université Charles à Prague.
Histoire de la société paysanne dans la région de Krummau aux 17e et 18e siècles, Image sociale des groupes marginaux - Approche micro-historique, Mécanismes sociaux de l'exclusion, Persécution des Bohémiens, Identité bohémienne...

Revue de presse, revue de blogs de la semaine

Georges Bizet Carmen Suite
London Philharmonic Orchestra,
Thomas Beecham (1939) - archive -



01. Itunes: désormais un vieux soft, sawnd, 24/09

02. Quel avenir pour les bibliothèques ?Archimag (Béta), 23/09
Des options radicales à l'étude

03. Mulve : dix ans après Napster, la bête revient..., Electron Libre, 23/09

04. Présentation du nouveau profil Artiste MySpace, gotsky blog, 23/09

05. Online aural alternatives: The best ways to get digital music, JournalStar, 23/09
Une sélection de plateformes pour écouter et découvrir de la musique

06. NKM, Mitterrand, la numérisation du patrimoine, l’INA et mySkreen, Electron Libre, 22/09

07. Home Studio, mix, DJ : l’iPad, instrument de création et de production musicale ultime ?, Presse Citron, 21/09

08. L'innovation dans l'industrie musicale tuée par des rapports orientées, Industrie Musicale, 21/09

09. Google Music sur le point de créer un drôle de précédent, ZDNet, 21/09

10. Evoluer ou disparaître ? Oui et non, Bibliothèques [reloaded], 20/09

11. Quel type de compte Facebook faut il pour un musicien ?, Ownimusic, 20/09

12. LiB on Music in Libraries – “we’re doing it wrong”, Tame the web, 20/09
Musique en bibliothèques, on s'y prend mal

13. Une thèse sur la Techno Minimale par Mathieu Guillien, boing poum tchak, 16/09

jeudi 23 septembre 2010

Les Balkans (L'Europe des musiques tsiganes ; 3)

Présentation des collections discographiques de la médiathèque de Dole
Les pays des Balkans comme troisième étape de ce voyage à travers l'Europe des musiques tziganes, après la Roumanie, et la Hongrie et avant la Russie, l'Espagne et la France.



(crédit : Wikipédia)

La péninsule balkanique est une région montagneuse située au Sud-Est de l'Europe, elle est bordée de l'Ouest à l'Est par la mer Adriatique, la mer Ionienne, la mer Égée, la mer de Marmara et la mer Noire.
Les Balkans englobent en totalité : l'Albanie, la Bosnie-Herzégovine, la Bulgarie, le Kosovo, la Macédoine, le Monténégro et la Grèce, partiellement la Serbie, la Croatie, la Slovénie, et de manière plus parcellaire encore la Roumanie et la Turquie.



Djaïma
Chanteuse et violoniste bulgare, née à Toutrakan, qui mélange la musique des balkans, la musique tzigane et les musiques du monde. Elle chante en en rromani. - Bulgarie -
Rromano ilô, 4Ground Music, 2009

Yuri Yunakov
Saxophoniste bulgare. Dans cet "orchestre de mariage" il est accompagné par des musiciens d'exception notamment l'accordéoniste Neshko Neshev. - Bulgarie-
Balada : Bulgarian wedding music, Crossroad, 1999

Ljiljana Buttler
La chanteuse, née Ljiljana Petrovic en 1944 à Belgrade (Serbie) et décédée le 26 avril 2010 à Düsseldorf, est une chanteuse serbe. Populaire en Yougoslavie avant la guerre, elle abandonne sa carrière et émigre en Allemagne en 1987. Revenue dans les Balkans, elle a enregistré en 2002 un album remarqué, The Mother of Gypsy Soul avec le groupe Mostar Sevdah Reunion, suivi en 2005 de The legends of life. - Serbie -
Frozen roses, Snail Records, 2009

Esma Redzepova
Chanteuse et actrice macédonienne née en 1945, figure emblématique de la communauté rom (tzigane d’Europe de l’Est). - Macédoine -
Gypsy carpet : the return of the Gypsy Queen : Nouvelles flammes de coeur, Network /Harmonia Mundi, 2007


Kocani Orkestar
Kočani Orkestar est un groupe macédonien de musique balkanique.
Il est originaire de Kočani, petite ville de Macédoine, près de la frontière bulgare. Le groupe appelé ‘Kocani Orkestar’ est une des premières fanfares à se faire connaître internationalement, notamment grâce au succès rencontré par le film d’Emir Kusturica "Le temps des gitans" (Wikipédia) - Macédoine -
L'orient est rouge, Cram World, 1997
Alone at my wedding, Cram Wolrd, 2002


Emir Kusturica and The No Smoking Orchestra
Groupe de rock très populaire dans toute l'ex-Yougoslavie et formé en 1980 à Sarajevo. - Serbie -
Unza unza time, Barclay, 2000
Live is a miracle : in Buenos Aires, Warner, 2005
Emir Kusturica's Time of the Gypsies = Le temps des gitans : punk opera, Decca : Universal, 2007

Goran Bregovic & his Wedding and Funeral Band
Goran Bregović est un compositeur et musicien issu de l'ancienne Yougoslavie, né le 22 mars 1950 à Sarajevo, habitant à Belgrade, Serbie. Il a composé la musique de plusieurs films d'Emir Kusturica, Le Temps des Gitans (1990), Arizona Dream (1993) et Underground (1995). - Serbie -
Underground : Music inspired and taken from a film by Emir Kusturica, Mercury, 1995
Ederlezi : Songs for weddings and funerals : [ten years of work on film music], Mercury, 1998
Songbook, Mercury, 2002
Karmen : with a happy end, Mercury, 2007
Alkohol : Sljivovica et Champagne, Mercury, 2009

Sandy Lopicic Orkestar
Le groupe, composé d’une fanfare avec cinq instruments à vent, d’une batterie, d’un violon, d’une vielle à roue, d’un accordéon et de trois voix fabuleuses, éblouit par le sound imposant et endiablé de son big band, les solos de jazz, les arrangements parfaits et virtuoses de ses petites formations. Au-dessus de tout cela, flottent les « magic voices » (taz) avec les harmonies en filigranes des trois chanteuses de Serbie, Bosnie et Albanie, qui « chacune pour soi, imposent par leur présence et leur timbre vocal un caractère original unique : plein de joie de vivre, de soul balkanique, fragile, mélancolique et érotique avec élégance.» - Serbie, Bosnie, Albanie -
Border Confusion, Network, 2003
Balkea, Network, 2004

Anthologie de fanfares
Un événement absolument unique au monde : chaque été, le plus grand festival de fanfares a lieu à Guca en serbie. Une édition rare même pour les connaisseurs et les amateurs de fanfares et de rythmes inhabituels venus des Balkans. Avec les « orkestars » de Boban Markovic, Dusan Radetic, Fejat Sejdic, Milan Nikolic, Nani Ajdinovic, Ljubisa Stamenkovic, Jovica Ajdarevic, Bakija Bakic, Slobodan Salijevic, Milovan Babic, Durmis Ismailovic, Ekrem Sajdic, Meka Ajdinoic, Sinisa Stankovic et les ensembles de Milicia Stosic, Paganke, Spasoje Jovic, Vica Choir, Vladan Baralic, Ferus Mustafov, Budimir Ilic, Aca Novkovic. (network) - Serbie -
Golden Brass Summit : Fanfares en Délire, Network, 2001 (Coffret haut format comprenant deux CDs)

Fanfara Tirana
Cette fanfare serait la premiére du pays. Avant elle, deuis la fin du 19e siècle, trompettiste et souffleurs de bombardons n'entonnaient que des marches militaires et les airs patriotiques de la puissance en cours ò Tirana (Empire Ottoman, Monténégro, Gréce, Serbie, Empire austro-hongrois, Italie, Allemagne, Chine maoiste), ignorant tout du registre jouisseur des noces et des fiançailles. (myspace) - Albanie -
Albanian wedding Brass Explosion, Piranha, 2007


Anthologie d'ensembles des Balkans
avec Djeli mara (Serbie) / Saban Bajramovic feat. Mostar Sevdah Reunion. 2. Pet je kumi (Croatie) / Cinkusi. 3. Asfalt tango (Roumanie) / Fanfare Ciocarlia. 4. U lijepom starom gradu visegradu (Bosnie/Herzégovine) / Mostar Sevdah Reunion. 5. Nesatova sa/sa (Macédoine) / Maleshevski Melos. 6. Chaje shukarije (Macédoine) / Esma Redzepova. 7. Disko dzummbus (Serbie) / Boban Markovic Orkestar. 8. Hora de la bolintin (Roumanie) / Toni Iordache. 9. Karafili edhe zamaki (Kosovo) / Gonda Manakovska. 10. Belmont (Bulgarie) / Yuri Yunakov. 11. Jarnana (Albanie / Turquie) / Ayde Mori. 12. A pirin medley (Bulgarie) / Angelite. 13. Taranjkanje (Croatie)/ Marusic Is Trio. 14. Trigona (Grèce) / Kristi Stassinopoulou. 15. Do mare ciften (Albanie) / Ensemble Tirana
Balkans : brass, fiddle and accordion : defying boundaries (Music Rough Guide), World Music

samedi 18 septembre 2010

Revue de presse, revue de blogs de la semaine


Orchestra Lăutarii (Moldavie)
Ciocârlia


01. Patrimoine virtuel, Desperate Librarian Housewife, 18/09
à propos de la sonothèque de Haute-Normandie

02. Public Domain Mark : la pièce manquante du puzzle ?, S.I.Lex, 17/09

03. Un nouveau dispositif de podcast à l’Université de Grenoble, Tourner la page, 17/09

04. Soundcloud, la carte de visite en ligne du musicien, Toc arts, 17/09

05. La filière musicale veut être traitée comme le cinéma, Le Monde, 16/09

06. Concentration majors/indépendants : rock the music industry !, OWNImusic, 16/09

07. Musique : Google prépare la grande offensive, Ecrans, 16/09
voir aussi l'article sur PCInpact : Google Music se précise, avec un service de streaming étonnant

08. eMusic négocie des accords avec des majors pour se relancer, nouvelobs, 15/09

09. Médias sociaux: demain on rase gratis!, Ma(g) BU, 14/09

10. Quelques ressources pour le bibliothécaire spécialisé en jeux vidéo, Jeux vidéo et Bibliothèques, 14/09

11. Do you speak rock français ?, Owni Music, 13/09

12. iTunes Instant - Recherche de musiques sur iTunes en temps réel, Accessoweb, 13/09

13. Le tango retrouve la mémoire, Le Monde, 12/09

14. Les musiciens sont-ils numériquement révolutionnaires ?, IRMA, 30/08

La Hongrie (L'Europe des musiques tsiganes ; 2)

Présentation des collections discographiques de la médiathèque de Dole
La Hongrie comme deuxième étape de ce voyage à travers l'Europe des musiques tziganes, après la Roumanie, et avant la Bulgarie, la Serbie et les pays des Balkans, la Russie, l'Espagne et la France.

où l'on apprend que la musique tsigane a contribué à forger l'identité musicale hongroise...



Besh O Drom
Groupe de musique hongroise. Leur musique mélange folk et instruments modernes (le cymbalum et les platines, par exemple), dans des styles allant du jazz aux musiques traditionnelles des Balkans, avec de multiples influences et traditions musicales juives, afghanes, égyptiennes, libanaises, arméniennes, bulgares, roumaines, macédoniennes, grecques... et hongroises.
Nekemtenemmutogatol! [Can't make me !], Asphalt Tango, 2002
Ha Megfogom Az Ördögöt [Once I catch the devil], Abeille Musique, 2006

Hegedos
Composé de musiciens professionnels, le groupe se consacre à l'interprétation, la recherche et l'enseignement de la musique traditionnelle hongroise et des styles vocaux et instrumentaux du Bassin des Carpates. Les musiciens de Hegedös ont appris les chants et les danses auprès des bergers, des paysans et des musiciens tziganes. (source Mondomix)
Musique de danse hongroise, Buda Musique, 2002

L'orchestre symphonique des 100 violons tziganes de Budapest
Cette formation musicale rassemblant un important effectif interprète aussi bien des airs traditionnels hongrois qu'un répertoire d'œuvres de compositeurs classiques inspirés par la musique tzigane (Khatchaturian, Liszt, Brahms, Strauss...)
La Danse Du Sabre de Khatchaturian, La Danse Hongroise de Brahms, Hommage A Bihari de Szentirmay, [etc.], Columbia, 1999

Kálmán Balogh and the Gypsy Cimbalom Band
Kálmán Balogh est l'un des principaux musiciens de cymbalum hongrois, descendant d'une célèbre famille de musiciens gitans. Diplômé de l'Académie Franz Liszt de musique de Budapest, il a effectué de nombreuses tournées à travers le monde.
Musique d'Europe centrale et des Balkans , Dom : Abeille Musique Distribution, 2002

Janos et Regina Zerkula (Gyimes) / Taraf Magyarszovat (Szovat)
Les populations hongroises établies en Transylvanie (Roumanie) perpétuent des traditions musicales anciennes dont la richesse rythmique et les harmonies archaïques rappellent les documents recueillis voici un siècle par Béla Bartók. Ainsi en témoignent ces danses et ces lamentations jouées et chantées par deux ensembles villageois. Le premier, originaire des Carpates orientales, est composé d'un violon et d'un ütögardon (instrument rythmique construit sur un corps de violoncelle). Le second, originaire de la Grande Plaine, est un ensemble de cordes tsigane accompagné par une chanteuse villageoise. (source mcm.asso.fr)
Musiques hongroises de Transylvanie Traditions du Gyimes et de la Grande Plaine, Inédit / Maison des Cultures du Monde, 2001

Kek Lang
Originaire du village de Nyirvasvári à l'Est de la Hongrie, le groupe est représentatif de la tradition des Rom Valaques. (source centraleasteurope.bbfr.net)
Chants roms : Familles gitanes et chansons de Hongrie, Long Distance, 2001

Franz Liszt
"Liszt a composé 19 rhapsodies, et toutes pour la même raison : légitimer ce qu’il pensait être la musique hongroise. Bartók montrera qu’il s’agissait en fait de musique tzigane." (wikipedia - Liszt)
Rhapsodies hongroises : intégrale par Denis Pascal, Polymnie, 1999 (2 CD)

Livre-CD
Les Tsiganes de Hongrie et leurs musiques / Patrick Williams. - Cité de la Musique/Actes Sud, 1996. - 142 p. ; 18 cm. - (Musiques du Monde)
Ce livre est accompagné d'un CD dont la cote est : CD 022 LAG
Qu'y a-t-il de commun entre le violoniste tsigane du restaurant de Budapest et les chants d'une communauté tsigane du fin fond de la campagne hongroise? Et à qui appartiennent les mélodies et les rythmes qui ont tant séduit Liszt et Brahms? Ce livre montre qu'il existe non pas " une ", mais " des " musiques tsiganes liées en Hongrie à deux grands groupes tsiganes d'expressions musicales extrêmement différentes : la musique instrumentale des Rumungre dans laquelle se nouent le sentiment national hongrois et la sensibilité tsigane (dont la fameuse Marche de Rákáczi pourrait être l'œuvre emblématique) ; le chant des Rom vlax, à l'image de leur vie communautaire, dans laquelle Patrick Williams nous fait pénétrer pour la première fois (4ème de couv.).

vendredi 17 septembre 2010

La Roumanie (L'Europe des musiques tsiganes ; 1)

Présentation discographique des collections de la médiathèque de Dole
La première étape d'un voyage qui nous emmènera à travers l'Europe, en Hongrie, en Bulgarie, en Serbie, dans les Balkans, en Russie, mais aussi en Espagne et en France.



Roumanie

Roberto de Brasov
Issu de la tradition tzigane roumaine, natif de Brasov, ville située au pied des Carpates, région connue pour ses musiciens et ses poètes exceptionnels, l'accordéoniste Roberto de Brasov est musicien depuis sa plus tendre enfance. (source Mondomix)
Le swing des Carpates, Buda Musique, 2002

Panseluta Feraru
Les Lautaris (du terme " Lauto ", " luth ") sont le ferment de la tradition musicale roumaine. Ces musiciens et chanteurs tsiganes (Tigani) habitent la capitale comme les campagnes de la Valachie. (source : les Orientales)
Chants lautar de Bucarest, Long Distance, 2003


Rona Hartner
Actrice et chanteuse roumaine d’origine allemande, née en 1973 à Bucarest, elle fut révélée par le film Gadjo Dilo
Nationalité vagabonde, Follow me, Pias, 2008


Gabi Lunca
Chanteuse tzigane roumaine née en 1938. Elle épouse l'accordéoniste Ion Onoriu, qui l'accompagne lors de ses récitals à Bucarest puis dans toute la Roumanie. (source Wikipédia)
Sounds from a Bygone Age. vol. 5, Asphalt Tango, 2008


Mahala Rai Banda
Ce groupe tzigane, originaire de la banlieue de Bucarest, a été fondé par deux musiciens intimement liés au fameux Taraf de Haïdouks, ave la collab du DJ Shantel
Mahala Rai Banda, Crammed Discs, 2005

Costica Olan
Costica Olan appartient à l'une des deux grandes familles de musiciens tsiganes du « Banatul de Munte », le Banat des Montagnes (région de Caransebes).
Enfant il apprend d'abord le fluier (petite flûte) puis le saxophone, l'instrument paternel et enfin le taragot et le saxo soprano dont il devient un maître incontesté.
Il joue aujourd'hui en famille, au sein du Taraf de Caransebes. (source : DROM)
Si Taraful Olanilor, Cinq Planètes 1999
Taragot de Roumanie, Cinq Planètes 2000

Taraf de Caransebes
Formation originaire du Banat, une région des Balkans au sud-est de l'Europe, divisée entre trois pays : Roumanie, Serbie, Hongrie. Ici avec Erik Marchand, musicien breton
Dor, RCA Victor : Sony BMG, 1998


Taraf de Haïdouks
Taraf de Haïdouks est un ensemble musical de Roms de Roumanie, originaire de Clejani. Il est le plus célèbre groupe du genre dans l'ère post-communiste.
Musique des tziganes de Roumanie, Crammed Discs, 1991
Dumbala Dumba , Crammed Discs, 1998
Band of Gypsies, Crammed Discs, 2001
Maškaradǎ, Crammed Discs, 2007 (Contient des réinterprétations de pièces classiques de Béla Bartók, Khachaturian, Albeniz et autres compositeurs qui se sont inspirés des musiques tsiganes.)

Valeriu Cascaval
Joueur de cymbalum moldave joue avec l’Orchestre d’Etat « Lautarii ». Les Lăutari ou Lautari sont des musiciens traditionnels de Roumanie. La plupart sont des Tsiganes, mais pas tous : par exemple, dans le Maramureş, une bonne partie d'entre eux sont roumains ; en Moldavie, de plus en plus de Roumains concurrencent les Tsiganes (source Wikipédia)
Cymbalum de Moldavie, Cinq planètes, 1997

Dumitru Farças, Tarak Mociu, Florea Pascu
Artistes roumains et tsiganes enregistrés dans les studios de Bucarest
Wild sounds from Transylvania, Wallachia & Moldavia, World Network, 1999


Urs Karpatz
Dans la lignée des grands maîtres tsiganes disparus, Urs Karpatz propose une musique personnelle sans frontière, tout en s’affichant fidèle au grand creuset tsigane qui s’étend d’Europe Centrale au Nord de l’Inde via les Balkans. Urs Karpatz est composé de 8 musiciens polyphoniques et polyrythmiques : percussions, cithare, guitare, accordéons, violon alto et à pavillon, contrebasse, cymballums, saxophone, clarinette, et flûte. Mes membres sont pour majorité de culture roumaine, les autres ont subi des influences ukrainiennes, hongroises, grecques et françaises.

Films

Fanfare Ciocarlia
Gypsy brass legends : the story of the band [film]. - Asphal Tango, 2005. - 1 DVD vidéo (70 min.)
La Fanfare Ciocarlia ("alouette" en roumain) est une fanfare roumaine composée, à l'origine, de douze musiciens. En octobre 1996, deux Allemands, Helmut Neumann et Henry Ernst, découvrent une fanfare dans un village de Roumanie, Zece Prajini. Celle-ci ne jouait alors que pour les mariages et autres baptêmes.


Musiciens tziganes de Roumanie (1992), un film de P. Pailleaud, J. Bouquin et J.C. Brisson. - Zarafa Films. - 1 DVD vidéo (52 min.) : coul. PAL


Les Roms, un peuple européen, Philippe Rekacewicz, Le Monde Diplomatique, juillet 2010
http://www.monde-diplomatique.fr/cartes/roms

jeudi 16 septembre 2010

Les bibliothèques survivront [vidéo]

Libraries Will Survive


En s'inspirant de la chanson "I will survive", le tube disco chanté par Gloria Gaynor en 1978, des bibliothécaires de Rappahannock County (Virginie) ont réécrit les paroles pour évoquer le stress occasionné par les coupes budgétaires.
Méthode Coué ou chant du cygne ?
En tout cas, une belle réalisation qui a su attirer l'attention du très branché magazine Wired.
-> Librarians Rock. Well, Anyway, They Disco, Epicenter/Wired, 16/09

Le site LibraryPoint : The Central Rappahannock Regional Library : http://www.librarypoint.org/

mercredi 15 septembre 2010

Modeste Moussorgski "Trépak" : chanson de la semaine #36

« L’art n’est pas un but en soi, mais un moyen de communiquer avec des personnes. »
Modeste Moussorgski


Modeste Petrovitch Moussorgski
"Chants et danses de la mort. 3, Trepak"
texte d'Arseni Arkadievitch Golenichtchev-Koutouzov
par Aleksander Liver [Александр Ливер]


Лес да поляны, безлюдье кругом ;
Вьюга и плачет и стонет.
Чуется, будто во мраке ночном,
Злая, кого-то хоронит.

Глядь, так и есть! В темноте мужика
Смерть обнимает, ласкает ;
С пьяненьким пляшет вдвоём трепака.
На ухо песнь напевает :

"Ой, мужичок, старичок убогой,
Пьян напился, поплёлся дорогой ;
А мятель-то, ведьма, поднялась, взыграла,
С поля в лес дремучий невзначай загнала.

Горем, тоской, да нуждой томимый,
Ляг, прикорни, да усни, родимый!
Я тебя, голубчик мой, снежком согрею,
Вкруг тебя великую игру затею.

Взбей-ка постель, ты мятель-лебёдка!
Гей, начинай, запевай погодка!
Сказку, да такую, чтоб всю ночь тянулась,
Чтоб пьянчуге крепко под неё заснулось.

Ой, вы леса, небеса, да тучи,
Темь, ветерок, да снежок летучий,
Свейтесь пеленою, снежной, пуховою;
Ею, как младенца, старичка прикрою.

Спи, мой дружок, мужичок счастливый,
Лето пришло, расцвело! Над нивой
Cолнышко смеётся, да серпы гляют ;
Песенка несётся, голубки летают..."
Dans la forêt et les clairières, pas une âme qui vive.
La tempête de neige hurle et gémit.
Il semble que dans l'obscurité de la nuit
La neige cruelle enterre un pauvre bougre.

Voyez, c'est bien cela! Dans l'obscurité,
La mort embrasse un paysan ;
Elle danse le trépak* avec l'ivrogne,
Et lui souffle cette douce chanson à l'oreille :

« Hé, pauvre paysan, malheureux vieillard,
tu t'es saoulé et tu as perdu ta route,
Et la tempête de neige, la sorcière, s'est levée, s'est déchaînée,
Des clairières, elle t'a mené au cœur de la forêt,

Tourmenté par le chagrin, la misère et la tristesse
Allonge-toi, et fais un somme, mon ami !
Je te réchaufferai d'une couverture de neige,
et autour de toi j'organiserai un grand spectacle.

Secoue la couche, neige blanche comme le cygne!
Hé, fais nous entendre ta chanson, furieuse tempête!
Chante nous une histoire qui durera toute la nuit,
Afin que l'ivrogne sombre dans le sommeil!

Ô forêts, cieux et nuages,
Obscurité, vents et neige virevoltante!
Enveloppez-le dans un duvet de neige soyeuse ;
Afin que je couvre ce petit vieillard comme un enfant…

Dors, mon ami, heureux paysan,
L'été est venu et tout est fleuri !
Le soleil sourit et les faucilles dansent dans les champs,
Une chanson s'élève et les colombes s'envolent!… »




* Le trépak est une danse traditionnelle russe. Cf. article worldlinguo


Enregistrement disponible à la médiathèque :
Modeste Moussorgski : Songs and dances of death [Chants et danses de la mort] par Marjana Lipovšek (mezzosoprano) et Graham Johnson, piano. - Sony Classical, 1996

mardi 14 septembre 2010

Moulin de Brainans : les prochains concerts [playlist]

JEUDI 7 OCTOBRE (20h)
Présentation de la nouvelle saison du
Moulin de Brainans à la Médiathèque de Dole

LES CONCERTS DE L'AUTOMNE EN 29 VIDEOS




18 sep : LA CARAVANE PASSE + EMILIE & CIE + GALAKTYK KOWBOY
01 oct : HK & LES SALTIMBANKS + RAGEOUS GRATOONS + PARAL-LEL
09 oct : SOAN + MELL
10 oct : JOHN MAYALL + MILKYMEE
16 oct : BAZBAZ + FLORENT MARCHET
22 oct : BLACK SUN EMPIRE + THE UNIK + DJ PANIK + NO SIGNAL
29 oct : ELISE CARON + MINA AGOSSI / THEATRE DE LONS LE SAUNIER
06 nov : LES FATALS PICARDS + LPB CLUB
10 nov : CITRIK BIRTHDAY #8
20 nov : BATTLE POLYMIX
27 nov : JOHN LEE HOOKER Jr + STRANGERS KNOW MORE
03 déc : 69DB + CRYSTAL DISTORTION + DRAGONGAZ + CERCUEIL
04 déc : ZIGGI RECADO + MANGO
11 déc : VON MAGNET + ALIEN DUCH
18 déc : JURA ROCK N ROLL PARTY # 4 avec 7 WEEKS


http://www.moulindebrainans.com/

lundi 13 septembre 2010

Musique de chambre

La femme infidèle [extrait] (1968) de Claude Chabrol avec Stéphane Audran et Michel Bouquet



Claude Chabrol (1930-2010) http://fr.wikipedia.org/wiki/Claude_Chabrol

vendredi 10 septembre 2010

Revue de presse, revue de blogs de la semaine


Deux guitaristes dans un camp de gitans
Francis Alfred Moerman et Alain Dubreuil
Document INA - FR3 Orléans, 1983


01. Musique : les labels doivent encore transformer l'essai dans le numérique, Les échos, 10/09

02. Amazon achète l'e-boutique de musique Amie Street, Le journal du net, 10/09

03. Poétiques playlists, Ecrans, 09/09

04. metro map Desperate Librarian Housewife, 10/09
Rock’n'Roll Metro Map : l'histoire du rock sur un plan de métro

05. Musique en ligne : vers une nouvelle distribution des royalties ?, Degroup News, 08/09

06. L'art du titre connaît des évolutions inattendues qui n'en finissent d'ailleurs pas de surprendre, Bibliobs.nouvelobs08/09

07. Rentrée universitaire : 30 000 heures de cours en podcast, 01net, 08/09

08. Bientôt plus d’applications auront été téléchargées que de chansons sur iTunes, Techcrunch, 08/09

09. DEEZER EMMENAGE DANS LE STUDIO 13/16 AU CENTRE POMPIDOU…, Deezer, 08/09

10. EMI la maison de disques qui n'enregistre que des pertes, Capital, 08/09

11. La médiation pour quelles collections ?, Le Lirographe, 07/09

12. Comment Apple a réinventé la musique, Sur le ring, 07/09

13. De la musique dans le catalogue, Bibliothèque = Public, 07/09

14. Manœuvres d’été dans le « cloud » : Spotify en terrain miné (3/4), aux frontières de la copie privée (4/4), Electron Libre, 6-7/09

15. Ping : un million de membres, et quelques déboires plus loin, Les numériques, 06/09

16. LE GRUNGE EN 4 MINUTES… OU PRESQUE, Grenoble Bibliothèques musicales on line, 06/09

17. « Plutôt bacs ou blogs?» Découverte et Recommandation musicale à l’ère numérique., Bazar musikal, 28/07

En 20 ans, l'accès à l'information musicale a changé, et ce n'est pas grave!

Le blog hypebot a publié un graphique comparant la journée d'un auditeur de radio, amateur de musique aujourd'hui et en 1990.


source : Chart: The New 24 Hour Song Discovery Cycle (Hypebot.com), via Dont believe the hype (le blog de Virginie Berger)

Traduction :
2010, entre 9h du matin et 11h30 sur soir
  • 9 heures : entend une chanson géniale à la radio, et n'a aucune idée de qui la chante,
  • tape dans Google les deux lignes de textes dont il se souvient,
  • puis regarde la vidéo sur Youtube,
  • puis lit la biographie complète du groupe sur Wikipédia,
  • puis télécharge illégalement l'intégralité de la discographie du groupe,
  • puis fait une mashup avec la chanson et une vidéo qui circule sur Internet... et 7000 vues [sur Youtube] !,
  • puis rejoue la chanson muni d'un instrument en plastique grâce à un jeu vidéo musical... et parvient à établir un nouveau record !,
  • puis regarde le groupe passer au Jay Leno show [Tonight show sur NBC],
  • puis va sur le net pour dire à tout le monde à quel point le groupe craint maintenant.

1990, entre 9h du matin et 11h30 sur soir
  • Entend une chanson géniale à la radio, et n'a aucune idée de qui la chante,
  • et en fin de soirée entend à nouveau la chanson géniale à la radio mais n'a toujours aucune idée de qui la chante.

Si non è vero è ben trovato!
Le parallèle contrasté est amusant et contient sa part de vérité (une large part de vérité même), ainsi que sa part d'ironie (tout ça pour ça). Mais la démonstration tend à accréditer une hypothèse selon laquelle il n'existe pas, et n'a jamais existé de lieux ressources où l'auditeur puisse venir poser une question, demander un renseignement. Concevoir ainsi l'auditeur mélomane, passé ou présent, comme un être isolé du monde et ne comptant que sur ses propres moyens est une vue de l'esprit. Car l'écoute de la musique est une pratique qui se situe dans un cadre social, on peut à ce propos se référer aux travaux d'Antoine Hennion sur la sociologie de la musique et des amateurs.

1990, le temps d'avant, c'était le temps d'avant
En 1990, à l'âge d'or du disque compact, les disquaires étaient encore nombreux et constituaient un réseau assez dense de professionnels passionnés, chez qui les amateurs pouvaient venir demander un conseil et un renseignement.
Dans un même temps, depuis la fin des années 80, une grande partie des bibliothèques municipales et départementales s'étaient déjà transformées en médiathèques et proposaient un secteur musique, aussi appelé discothèque, avec des collections de disques organisées et des ouvrages de référence (dictionnaires, encyclopédies, guides d'écoute) permettant une recherche documentaire assez approfondie. A cette époque, Allmusic guide n'était encore qu'un épais volume imprimé mais qui rendait déjà bien des services. De son côté, l'amateur de musique classique venait à la discothèque consulter le catalogue général annuel des disques classiques de Diapason pour trouver les références d'un disque, ou fixer son choix sur une interprétation.
Une époque bénie pour les discothécaires, qui se sentaient utiles, reconnus dans leurs compétences, d'autant qu'ils avaient suivi une formation initiale diplômante, le Certificat d'Aptitude aux fonctions de bibliothécaire (CAFB) - option musique.
Pendant près de vingt ans, les discothèques, ces nouveaux services de prêt de musique enregistrée, ont rencontré un important succès auprès du public. Les usagers avaient accès à des collections de musique enregistrée riches et diversifiées. Une opportunité sans précédent était offerte à chacun, de découvrir d'autres musiques - celles justement que l'on entend pas ou rarement à la radio - telles que le jazz et les musiques afro-américaines, la musique classique et contemporaine, les musiques du monde traditionnelles ou modernes, les musiques de films.
Les fabricants de K7 vierges, puis de CD-R vécurent sans doute leurs plus belles années car pendant près de vingt ans, la discothèque fut selon la formule d'Arsène Ott, la fiancée du pirate.

2010, le paysage après la bataille
Aujourd'hui, le paysage de l'information musicale est très différent. Comme le révèle l'enquête réalisée en 2008 par le Département des Études de la Prospective et des statistiques du Ministère de la Culture (DEPS), les nouvelles technologies liées au développement du numérique ont radicalement transformé les pratiques culturelles des Français. L'étude constate une progression de la culture de l'écran.
Comme le note Julià Figueres Pérez, bibliothécaire musical à Barcelone, "les intermédiaires traditionnels pour la fourniture de la musique enregistrée (magasins de disques et bibliothèques publiques) ne sont plus incontournables. Il faut compter désormais avec les plates-formes de vente et d’échange de fichiers musicaux, ainsi qu’avec les sites web des producteurs et des éditeurs (artistes ou labels) dont l’audience est devenue massive et préférentielle. La mission du bibliothécaire est d’être un intermédiaire entre l’information et les utilisateurs. Alors qu’en est-il aujourd’hui ?" [Spotify et les bibliothèques]
Coté disquaires, c'est la Bérézina : le nombre des disquaires indépendants en France a chuté, passant de quelque 3000 à la fin des années 1970 à environ 200 aujourd'hui. [Le Parisien, 02/2010]
Doit-on en déduire, qu'à l'instar des magasins de disques, les médiathèques sont également appelées à disparaître ? L'offre musicale en ligne, par son abondance et son accessibilité, rend-elle définitivement obsolètes les collections acquises au fil des années par les bibliothèques ? Que peuvent nos discothèques face à Deezer ? se demandait déjà en 2008 l'auteur du blog Bibliothèques 2.0. A première vue, le combat semble mal engagé pour les médiathèques , même si une analyse de détail de l'offre proposée par les sites de streaming [Musique dans les nuages] révèlent aussi les failles du tout numérique en ligne. Un seul exemple : on ne peut pas écouter aujourd'hui les Beatles ou Pink Floyd sur Deezer ou sur Spotify.

Bibliothèques musicales hybrides
De plus en plus de bibliothèques musicales présentent et proposent aujourd'hui leurs services et leurs collections en ligne. Ces bibliothèques ne sont pas pour autant devenues des bibliothèques virtuelles, totalement dématérialisées, mais des bibliothèques hybrides. L’intitulé bibliothèques hybrides, souligne la complémentarité, l’intégration du physique et du numérique. "Ce concept reconnaît donc que ni les services « traditionnels », ni les services électroniques ne sauraient en eux-mêmes constituer des solutions appropriées." (Peter Brophy , bbf 2002 - Paris, t. 47, n° 4). Elles sont répertoriées sur le portail Bibliopedia [Bibliothèques musicales hybrides]

Musique et médias sociaux
L'information musicale doit compter aujourd'hui avec les réseaux sociaux commme le rappelait récemment un aticle du Guardian : Twitter power: how social networking is revolutionising the music business [Le pouvoir de Twitter : comment les réseaux sociaux sont en train de révolutionner l'industrie musicale] : "Les barbus passionnés derrière le comptoir de leur magasin de disques qui étaient toujours prêts à faire découvrir des douzaines de nouveaux artistes ont ouvert un blog, ils peuvent désormais atteindre une audience plus large et plus uniquement les clients passant dans leurs magasins".
L'information musicale a un bel avenir, pour peu qu'elle continue de se concrétiser dans ce lieu de socialisation qu'est la médiathèque, lieu de contact, d'échange et d'assistance et qu'elle se donne les moyens de s'ouvrir à l'écoute et de partager ses ressources sur les différents réseaux sociaux.

Épilogue - pour retrouver Mediamus ici et là sur les réseaux :

le fil RSS
le Netvibes des arts (dont la musique) à la Médiathèque de Dole
la page Facebook
le compte Twitter
le compte Delicious (signets en ligne)
le compte Diigo (signets en ligne)
le compte Slideshare (présentations)

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...