mercredi 25 mai 2011

Alphonse de Lamartine : Poètes en musique #12

Comme un enfant bercé par un chant monotone,
Mon âme s'assoupit au murmure des eaux.
Le vallon


Il y a chez Alphonse de Lamartine, une discordance entre le poète et l'homme public. Il a 30 ans lorsqu'il publie les Méditations , un recueil de poèmes empreint de mélancolie, évoquant l'Isolement, le Souvenir, la Retraite, l'Automne, la fleur séchée, le Désespoir, etc. Une telle poésie de la douleur et du recueillement contraste avec le parcours de sa vie : Lamartine fut un homme plein de vigueur et d'énergie, amateur de chasse, il meurt à 79 ans, après avoir mené carrière dans la diplomatie en Italie, puis comme député, portant des convictions royalistes puis républicaines. Ministre des affaires étrangères pendant le gouvernement provisoire après la révolution de 1848, il essuiera la même année une défaite cuisante lors de sa candidature malheureuse à l'élection présidentielle qui amena au pouvoir le futur Napoléon III. Lamartine est, avec Victor Hugo, l'un des poètes les plus influents du Romantisme français, possédant une double ambition littéraire et politique. Il côtoya dans les salons, les compositeurs Sigismund Neukomm et Franz Liszt. Son oeuvre fut beaucoup mis en musique au XIXe siècle, notamment le Lac par Louis Niedermeyer (que vous avons présenté précédemment). Au XXe siècle, Georges Brassens fit une très belle adaptation en chanson de la Pensée des Morts.


Playlist musicale

Découvrez la playlist Lamartine en musique


Liste non-exhaustive des compositeurs dont les oeuvres sont inspirées par les poèmes d'Alphonse de lamartine (par ordre chronologique)


Sigismund Neukomm (1778-1858) Hymne de la nuit

Louis Niedermeyer (1802-1861) : L'invocation ; Le lac ; La voix humaine ; L'isolement ; L'automne ; Le soir

François Gabriel Grast (1803-1871) : Adieux à la mer ; Le vallon ; L'automne

Hector Berlioz (1803-1869) : Prière du matin (Hymne de l'enfant à son réveil)

August Morel (1809-1881) : L'invocation

Félicien César David (1810-1876) : Le jour des morts (La pensée des morts) ; La providence à l'homme

Franz Liszt (1811-1886) : Harmonies poétiques et religieuses : dix pièces pour piano dont les titres sont empruntés à des poèmes de Lamartine (1. Invocation ; 2. Ave Maria (transcription d'un choral écrit en 1846) ; 3. Bénédiction de Dieu dans la solitude ; 4. Pensée des morts ; 5. Pater Noster ; 6. Hymne de l’enfant à son réveil ; 7. Funérailles ; 8. Miserere ; 9. Andante lagrimoso ; 10. Cantique d’amour).
Les Préludes : poème symphonique serait partiellement basé, selon certains analystes sur les méditations poétiques d’Alphonse de Lamartine (pour d'autres la référence vient de Joseph Autran)

Charles Gounod (1818-1893) : Au rossignol ; Chant d'amour ; Solitude ; Seule! (La pensée des morts) ; Le vallon ; Le soir

Victor Massé (1822-1884) : Le crucifix

Edouard Lalo (1823-1892) : Viens! (Chant d'amour) ; Prière de l'enfant à son réveil

Anton Grigoryevich Rubinstein (1829-1894) : La Prière de femme

Eduard Lassen (1830-1904) : Le moulin de Milly (in "12 mélodies")

Camille Saint-Saëns (1835-1921) : Le lac ; Le poète mourant ; Mélodie ; Le golfe de Baya

Georges Bizet (1838-1875) , Douce mer, strophes d' "Adieux à la mer" ; Chant d'amour ; Le grillon

Eugène Gigout (1844-1925) Le vallon

Benjamin Godard (1849-1895) : Jocelyne, opéra en 4 actes sur un livret de V. Capoul et Silvestre d'après A. de Lamartine

Ernest Lavigne (1851-1909) : Chant d'amour

André Gédalge (1856-1926) : Adieu Graziella

Erik Satie (1866-1925) : Élégie in "Quatre Petites Mélodies" (1. Elégie (Alphonse de Lamartine). 2. Danseuse (Jean Cocteau). 3. Chanson (Texte du XVIIIe siècle). 4. Adieu (Raymond Radiguet)

Guillaume Lekeu (1870-1894) : La fenêtre de la maison paternelle ; Les pavots

Martin Lunssens (1871-1944) : Hymne du matin

Henri Rabaud (1873-1949) : 6 mélodies, sur des poèmes d'A. de Lamartine, T. Gautier, G. Vicaire et A. Silvestre

Guido Alberto Fano (1875-1961) : Le lis

Alejandro Inzaurraga (1882-1956) : Pourquoi me fuir? (L'hirondelle)

Glauco Velasquez (1883-1914) Le livre de la vie est le livre suprême

Ernest Willem Mulder (1898-1959) : Parle-moi que ta voix me touche

Marcel Landowski (1915-1999) : Le pont de l'espérance : oratorio scénique en 6 tableaux pour soprano, baryton, chœur mixte, 2 danseurs & orchestre, textes de Lamartine

Georges Brassens (1921-1981) : Pensée des morts

Roger Boutry (1932-) : Les voiles : pour chant et piano

Jean-Paul Holstein (1939-) : En souvenir de Lamartine : trois méditations poétiques pour saxophone-alto et orchestre à cordes

Philippe Boivin (1954-) L'homme dont le désert... (Le Désert, ou l’immatérialité de Dieu)

Bechara El-Khoury (1957-) : Le chant d'amour, op. 44 : pour soprano & orchestre

Patrick Burgan (1960-) : Le lac

Alain Michel Riou : Inconciliables mondes : opéra de chambre en trois tableaux (textes de Lamartine et de la Fontaine)


Sources et références bibliographiques

The Lied, Art Song, and Choral Texts Page
http://www.recmusic.org/lieder/

Le portail de la musique contemporaine
http://www.musiquecontemporaine.fr/

Aucun commentaire:

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...