vendredi 25 février 2011

Stéphane Mallarmé : Poètes en musique #5

Je pose, à mes risques esthétiquement, cette conclusion (si par quelque grâce, absente, toujours, d'un exposé, je vous amenai à la ratifier, ce serait pour moi l'honneur cherché ce soir): que la Musique et les Lettres sont la face alternative ici élargie vers l'obscur; scintillante là, avec certitude, d'un phénomène, le seul, je l'appelai l'Idée.
« La Musique et les Lettres »,
conférence donnée à Oxford, 1er mars 1894


- On a touché au vers.

La poésie de Stéphane Mallarmé (1842-1898) est hautaine, savante et hermétique jusqu'à l'abstraction.
Manifeste d'une nouvelle poétique, Crise de vers (1895) affirme une écriture de la rupture avec la représentation, la description et la narration : "Le remarquable est que, pour la première fois, au cours de l'histoire littéraire d'aucun peuple, concurremment aux grandes orgues générales et séculaires, où s'exalte, d'après un latent clavier, l'orthodoxie, quiconque avec son jeu et son ouïe individuels se peut composer un instrument, dès qu'il souffle, le frôle ou frappe avec science; en user à part et le dédier aussi à la Langue."
Cette révolution sur l'usage radical du langage trouva un puissant écho dans les avant-gardes plastiques et musicales du XXe siècle. De nombreux compositeurs modernes (Debussy, Ravel, Milhaud, Hindemith) et contemporains (Boulez, Amy, Ballif, Boucourechliev, Pesson) créèrent des pièces vocales à partir des textes de Mallarmé, ou s'inspirèrent de sa théorie poétique dans l'écriture d'oeuvres instrumentales.

Claude Debussy Placet futile par Sandrine Piau. Maurice Ravel Surgi de la croupe et du bond par Sarah Walker. Claude Debussy Apparition par Diana Damrau, Xavier De Maistre (harpe). Henri Sauguet Tristesse d’été par Jean-François Gardeil. Pierre Boulez : Improvisation I - sur Mallarmé "Le vierge, le vivace et le bel aujourd'hui"

Stéphane Mallarmé, La musique et les lettres, Perrin et Cie (Paris), 1895
La Musique et les lettres", conférence prononcée à Oxford le 1er mars 1894 et à Cambridge le 2 mars 1894
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k113400g



Liste non-exhaustive des compositeurs ayant mis des poèmes de Stéphane Mallarmé en musique (par ordre chronologique)

Pierre de Bréville (1861-1949) Sainte

Claude Debussy (1862-1918) Trois Poèmes de Stéphane Mallarmé : 1. Soupir ; 2. Placet futile ; 3. Éventail. Apparition. L'Après-Midi d'un faune

Déodat de Séverac (1872-1921) : Un rêve

Henri Büsser (1872-1973) : Rien au réveil que vous n’ayez

Maurice Ravel (1875-1937) : Trois Poèmes de Stéphane Mallarmé : 1. Soupir (à Igor Strawinsky) ; 2. Placet futile (à Florent Schmitt); 3. Surgi de la croupe et du bond (à Erik Satie). Sainte

Louis Durey (1888-1979) : Six Madrigaux de Mallarmé : 1. Offert avec un verre d'eau ; 2. Départ ; 3. Jour de l'an ; 4. Eventail I ; 5. Eventail II ; 6. 1er avril 1887

Kaikhosru Shapurji Sorabji, né Leon Dudley Sorabji (1892-1988) : Apparition

Arthur Lourié (1892-2006) : Rondel

Darius Milhaud (1892-1974) : Chansons bas, opus 44 (contient : Le savetier, La marchande d’herbes aromatiques, Le cantonnier, Le marchand d’ail et d’oignons, La femme de l’ouvrier, Le vitrier, Le crieur d’imprimés, Le marchand d’habits), Deux petits airs, opus 51 (contient : Indomptablement a dû…, Quelconque une solitude…)

Paul Hindemith (1895-1963) : Hérodiade

Henri Sauguet [Jean Pierre Poupard] (1901-1989) : Renouveau ; Tristesse d’été (in six mélodies sur des poèmes symbolistes)

Claude Arrieu (1903-1990) Chansons bas

Ferenc Farkas (1905-2000) : Bel éventail (in Quatre quatrains avec 4 cordes)

Marius Flothuis (1914-2001) : Hommage à Mallarmé

Claude Ballif (1924-2004) : Un coup de dés : contre-sujet musical pour choeurs symphoniques, six percussions et un ruban sonore ; Chansons bas, opus 3

Serge Nigg (1924-2008) : Le Chant du dépossédé ; Jérôme Bosch Symphonie : d'après des notes poétiques de Stéphane Mallarmé

André Boucourechliev (1925-1997) Thrène

Michel Philippot (1925-1996) Toast funèbre [Ambiance II]

Pierre Boulez (1925-) : Pli selon pli : portrait de Mallarmé : 1. Don ; 2. Improvisation I - sur Mallarmé "Le vierge, le vivace et le bel aujourd'hui" ; 3. Improvisation II - sur Mallarmé "Une dentelle s'abolit" ; 4. Improvisation III - sur Mallarmé ; 5. Tombeau.
La Troisième Sonate pour piano
(est une transposition musicale du Livre mallarméen)

Michel Puig (1930-) Divagations-Mallarmé

Alain Weber (1930-) : Octuor : ["Dans ces parages du vague en quoi toute réalité se dissout" (Mallarmé)]

Yves Prin (1933-) : Action-Réflexe III

Daniel Meier (1934-2004) : Trois poèmes de Stéphane Mallarmé ; Rondeaux

Jean-Marie Morel (1934-) : Chansons en contrebas : huit pièces brèves pour contrebasse en ut et piano d'après Stéphane Mallarmé

Marcel Dortort (1935-) : Sonnet de Mallarmé

Gilbert Amy (1936-) : D'un espace déployé... ; ...D'un désastre obscur

Georges Bœuf (1937-) : Solitaire vigie (Hérodiade). Le Prophète

Renaud François (1943-) : Amies

Alain Louvier (1945-) : 4 poèmes de Mallarmé

Marc Monnet (1947-) : Siècle pierre tombeau : Miroir poétique autour de poèmes de Stéphane Mallarmé "Pour un tombeau d'Anatole"

John Borstlap (1950-) : Placet futile

Jean-Louis Dhermy (1950-) : Le phénomène futur

Frank Ferko (1950-) : 3 songs on poems of Mallarmé

Peter-Jan Wagemans (1952-) Drie Mallarmé Liederen

Christophe Havel (1956-) : La Marchande d'herbes aromatiques

Gérard Pesson (1958-) Fureur contre informe (pour un tombeau d'Anatole)

Bruno Giner (1960-) : Abolit bibelot

Patrick Burgan (1960-) : Apparitions

Brice Pauset (1965-) Symphonie III (Anima Mundi) [une interprétation du Livre de Mallarmé]

Matthias Pintscher (1971-) : Hérodiade-Fragmente

Takuya Imahori (1978-) Un Coup de dés jamais n'abolira le hasard

Sites ressources :

http://www.recmusic.org
http://www.musiquecontemporaine.fr

Soupir : chanson de la semaine #47



Poème de Stéphane Mallarmé
Musique de Maurice Ravel
Chant : Marie-Thérèse Escribano
En 1913, Maurice Ravel composa un cycle de mélodies : Trois poèmes de Stéphane Mallarmé. Chaque pièce est dédiée à un compositeur : Soupir à Igor Stravinski, Placet futile à Florent Schmitt, Surgi de la croupe et du bond à Erik Satie.
La partition est écrite pour voix et ensemble (piccolo, flûte, clarinette, clarinette basse, quintette à cordes, et piano)
La même année 1913, Claude Debussy écrivait également une oeuvre intitulée Trois Poèmes de Stéphane Mallarmé pour chant et piano (Soupir ; Placet futile ; Éventail).



SOUPIR

Mon âme vers ton front où rêve, ô calme soeur,
Un automne jonché de taches de rousseur,
Et vers le ciel errant de ton oeil angélique,
Monte, comme dans un jardin mélancolique,
Fidèle, un blanc jet d'eau soupire vers l'Azur!
- Vers l'Azur attendri d'octobre pâle et pur
Qui mire aux grands bassins sa langueur infinie,
Et laisse sur l'eau morte où la fauve agonie
Des feuilles erre au vent et creuse un froid sillon,
Se traîner le soleil jaune d'un long rayon.

Illustration : François Boucher Un automne pastoral (1749)

samedi 19 février 2011

Revue de presse, revue de blogs du 6 au 19 février


Cecile Chaminade (1857-1944)
Concertino Op. 107 par Kathleen Hiltz
archive.org


01. Radiohead, The King of Limbs : tout ça pour ça??
- Les Inrocks, 18/02

02. La guerre des chiffres : 8 millions de titres pour Deezer, et après ? - Vialet's blog, 18/02

03. Is YouTube Destroying or Saving Music? - Music think tank, 18/02

04. Google Music, à quoi ça va ressembler... - Electron Libre, 18/02

05. Pubs TV : la culture tubes - Samuel Degasne, 17/02

06. Halte à la concentration musicale à la radio - Le Monde, 19/02
On attend maintenant le manifeste du SNEP contre la concentration musicale (tout court)

07. Victoires de la musique [classique] 2011 : un palmarès formaté pour la télé - Rue89, 16/02

08. Les tablettes stars de 2011 comparées - Comment ça marche, 16/02

09. Mahler... et après (Vienne 1850-1950) - Qobuz, 15/02

10. Google s'attaque aux "fermes de contenus" - Le Monde, 15/02

11. De l'impossible transition du bien matériel au bien numérique - Blog qzxcd/Mediapart, 15/02

12. Une « revue du web » n’est pas une contrefaçon - Legalis.net, 15/02

13. La curation en long, en large et (souvent) en travers - Atelier des médias, 14/02
voir aussi : Typepad et Geek c'est chic

14. Déplacer la discussion des services en ligne de bibliothèque vers les espaces numériques personnels ? - La Bibliothèque apprivoisée, 14/02

15. Les pratiques culturelles des internautes, plus denses et plus éclectiques - Ina Global, 11/02

16. Faire co-exister les ventes de CD avec le Cloud et les Téléchargements - TEAMS, 11/02

17. Les réseaux sociaux : reflet des différences culturelles ? - Ina Global, 10/02

18. Hadopi au royaume des labels indépendants – Interviews croisées - La Fille du rock, 10/02

19. Activision met fin à la série Guitar Hero - Le Monde, 10/02

20. L’entre-soi - Blog de Christine Vaufrey, 09/02

21. Deezer, Spotify, YouTube et les autres... m’ont tué - Libération, 09/02

22. Spécial Charles Trenet (I) Un infernal héritage numérique (II) Une sélection discographique - Qobuz, 9&15/02

23. La constitution des hiérarchies culturelles - Implications philosophiques, 15/02

24. Comment bien diffuser une chanson sur le web - TEAMS, 06/02

25. 10 Online Resources for Free, Legal Music - Mashable, 06/02

26. SÉGOL Julien Pour une musicologie de l’analyse plurielle. Entretien avec Jean Michel Bardez - in Transposition. Musique et sciences sociales , février 2011

vendredi 18 février 2011

Théophile Gautier : Poètes en musique #4

Parmi tous les poètes de ce siècle, trois surtout ont été mis à contribution par les compositeurs. Nous voulons parler de Victor Hugo, d'Alfred de Musset et de Théophile Gautier, dont une certaine quantité de pièces détachées, — d'ailleurs presque toujours les mêmes, — ont été constamment reproduites sous des formes musicales aussi nombreuses que variées. Toutefois, Théophile Gautier l'emporte encore sur ses deux rivaux, quant au douteux privilège d'avoir inspiré le plus grand nombre de poésie tombées de sa plume magistrale.
Charles Spoelberch de Lovenjoul (1899-1902)


En commençant, il y a quelques semaines, ce travail de recensement des poètes mis en musique, nous supposions que répertorier les oeuvres musicales inspirées par un seul et unique poète serait une entreprise raisonnable, c'était une présomption très imprudente émise dans la méconnaissance du dossier Théophile Gautier.
A la fin du XIXe siècle, le vicomte Charles de Spoelberch de Lovenjoul (1836-1907) avait dressé un catalogue contenant 477 oeuvres. (Le chapitre Poésies de Théophile Gautier mises en musique est consultable plus bas.)
Un siècle plus tard, on estime aujourd'hui à près de trois cents, le nombre des compositeurs ayant porté les poésies de Théophile Gautier en musique.
Comme le souligne Andrew G. Gann : "Certains des compositeurs de ces mélodies sont célèbres, comme BerliozLes Nuits d'été»), Offenbach, Bizet, Massenet, d'Indy et de Falla; la plupart sont inconnus aujourd'hui. Tels sont les musiciens amis avec lesquels Gautier a collaboré, quelquefois très étroitement: François Bazin, Allyre Bureau, Xavier Boisselot, Hippolyte Monpou. Seuls parmi eux Félicien David et Ernest Reyer sortent un peu de l'oubli, mais à leur époque tous étaient les jeunes espoirs de la musique française. Si Gautier choisissait de travailler avec eux, c'est qu'ils partageaient un idéal artistique qui visait, au-delà de la romance de consommation courante, à la véritable mélodie. "
Andrew G. Gann, Théophile Gautier parolier, Department of Modern Languages and Literatures, Mount Allison University



Hector Berlioz : Villanelle (Les Nuits d'été) par Véronique Gens. Reynaldo Hahn : Infidélité par Susan Graham. Henri Duparc : Au pays où se fait la guerre par Kiri Te Kanawa. George Bizet : Absence par José Carreras. Gabriel Fauré : La chanson du pêcheur par Bernard Tétu. Hector Berlioz : Le spectre de la rose (Nuits d'été) par Janet Baker. Hector Berlioz : Absence (Nuits d'été) par Barbara Hendricks. Gabriel Fauré : La chanson du pêcheur par Janet Baker. Ernest Chausson : Les papillons par Barbara Hendricks. Manuel de Falla : Chinoiserie par Ingrid Surgenor.

I. Poésies de Théophile Gautier mises en musique, pp. 1-32
Charles Spoelberch de Lovenjoul, Bibliographie et littérature, Paris : H. Daragon, 1903 :
[en ligne] [http://www.archive.org/details/bibliographieet00spoe]


Liste non-exhaustive des compositeurs ayant mis des poèmes de Théophile Gautier en musique (par ordre chronologique)

Hector Berlioz (1803-1869) : Les nuits d'été : 1. Villanelle ; 2. Le spectre de la rose ; 3. Sur les lagunes ; 4. Absence ; 5. Au cimetière (Lamento) ; 6. L'Île Inconnue (Barcarolle)

Hippolyte Monpou (1804-1841) : Lamento ‑ La chanson du pêcheur (Sur la mer)

Henri Reber (1807-1880) : Villanelle

Félicien César David (1810-1876) : Absence (Reviens! Reviens! ) ; Amour pour amour ; Tristesse de l'odalisque (in "Les perles d'Orient "). Lamento - La chanson du pêcheur ; Sultan Mahmoud

François Emmanuel Joseph Bazin (1816-1878) : Le soupir du Maure

Ernest Reyer (1823-1909) : Le goum

Charles Gounod (1818-1893) : Lamento - La chanson du pêcheur ; Barcarolle ; Primavera

Louis Lacombe (1818-1884) : Lamento - La chanson du pêcheur

Jacques Offenbach (1819-1880) Lamento - La chanson du pêcheur ; Barcarolle (in "Les voix mystérieuses")

Pauline Viardot-García (1821-1910) : Lamento ‑ La chanson du pêcheur ; Sérénade

Edouard Lalo (1823-1892) : L'esclave

Eduard Lassen (1830-1904) : Pastel

Jean Theodore Radoux (1835-1911) : Le spectre de la rose

Georges Bizet (1838-1875) : Absence

Jules Massenet (1842-1912) : L'esclave

Émile Pessard (1843-1917) : Le spectre de la rose

Charles Marie Jean Albert Widor (1844-1937) : Soupir

Émile Paladilhe (1844-1926) : Lamento ‑ La chanson du pêcheur

Gabriel Fauré (1845-1924) : Tristesse ; Seule! ; Les matelots ; Chanson du pêcheur (Lamento)

Francesco Paolo Tosti (1846-1916) : Les papillons

Henri Duparc (1848-1933) : Au pays où se fait la guerre ; La fuite ; Lamento

Paul Puget (1848-1917) : Infidélité

Benjamin Louis Paul Godard (1849-1895) : Les papillons

Ernest Lavigne (1851-1909) : Absence ; Villanelle

Paul Hillemacher (1852-1933) et Lucien Hillemacher (1860-1909) : Noël

Ernest Amédée Chausson (1855-1899) : La dernière feuille ; La caravane ; Les papillons

André Gédalge (1856-1926) : La chanson du pêcheur ; Villanelle

Cécile Chaminade (1857-1944) : Les papillons

Claude Achille Debussy (1862-1918) : Coquetterie posthume ; Les papillons

Florent Schmitt (1870-1958) : Par la Tempête

Reynaldo Hahn (1874-1947) : Seule! ; Infidélité

Manuel de Falla (1876-1946) : 3 mélodies : Chinoiserie ; Les colombes ; Seguidille

Jacques Guillaume de Sauville de la Presle (1888-1969) : Tombée du jour ; Prière du marin

Raúl Hugo Espoile (1889-1958) : La dernière feuille

Montserrat Campmany i Cortés (1901-1995) : Absence

Elsa Barraine (1910-1999) : La source

Gérard Condé (1947-) : Une larme du diable : fantaisie d'après "Omphale"

Philippe Hersant (1948-) : Lamento

Patrice Pertuit (1963-....) : La dernière feuille


Sites ressources :

http://www.theophilegautier.fr/
http://www.mta.ca/faculty/arts-letters/mll/french/gautier/index.htm
http://www.recmusic.org
http://www.musiquecontemporaine.fr

jeudi 17 février 2011

Apaisement : chanson de la semaine # 46



Le poème de Paul Verlaine, La lune blanche fait partie du recueil La bonne chanson (1870). Il fut mis en musique par Ernest Chausson (1855-1899) sous le titre Apaisement, au sein d'un cycle de quatre mélodies (Op. 13) comprenant également des poèmes d'Henri Cazalis, d'Auguste Villiers de l'Isle-Adam et de Leconte de Lisle.
La mélodie est interprétée par la contralto Marie-Nicole Lemieux.



La lune blanche
Luit dans les bois ;
De chaque branche
Part une voix
Sous la ramée...

Ô bien-aimée.

L’étang reflète,
Profond miroir,
La silhouette
Du saule noir
Où le vent pleure...

Rêvons, c’est l’heure.

Un vaste et tendre
Apaisement
Semble descendre
Du firmament
Que l’astre irise...

C’est l’heure exquise.

Disponible à la médiathèque :
Mélodies / Claude Debussy, Ernest Chausson, comp. ; Christine Schäfer, S ; Stella Doufelix, mezzo-soprano ; Irwin Gage, piano, Deutsche Grammophon, 2000

ill. :
Aert van der Neer (cc. 1603–1677), Nocturne

lundi 14 février 2011

Le Capharnaüm : collecte #64


La plupart des marmots veulent surtout voir l'âme, les uns au bout de quelque temps d'exercice, les autres tout de suite. C'est la plus ou moins rapide invasion de ce désir qui fait la plus ou moins grande longévité du joujou. Je ne me sens pas le courage de blâmer cette manie enfantine : c'est une première tendance métaphysique. Quand ce désir s'est fiché dans la moelle cérébrale de l'enfant, il remplit ses doigts et ses ongles d'une agilité et d'une force singulières. L'enfant tourne, retourne son joujou, il le gratte, il le secoue, le cogne contre les murs, le jette par terre. De temps en temps il lui fait recommencer ses mouvements mécaniques, quelquefois en sens inverse. La vie merveilleuse s'arrête. L'enfant, comme le peuple qui assiège les Tuileries, fait un suprême effort ; enfin il l'entrouve, il est le plus fort. Mais où est l'âme ? C'est ici que commencent l'hébétement et la tristesse.

Il y en a d'autres qui cassent tout de suite le joujou à peine mis dans leurs mains, à peine examiné ; et quant à ceux-là, j'avoue que j'ignore le sentiment mystérieux qui les fait agir. Sont-ils pris d'une colère superstitieuse contre ces menus objets qui imitent l'humanité, ou bien leur font-ils subir une espèce d'épreuve maçonnique avant de les introduire dans la vie enfantine ? - Puzzling question !

Charles Baudelaire, Morale du joujou (1853) [extrait], Bibliothèque électronique de Lisieux

Miguel Poveda Sin Frontera

Miguel Ángel Poveda León est un chanteur de flamenco né à Barcelone en 1973. APrès avoir été édité par Harmonia Mundi, puis par Discmedi, Miguel Poveda a signé son dernier album Coplas Del Querer en 2010 chez Emarcy/Universal.
Article Wikipédia en espagnol
http://www.miguelpoveda.com/

Broadcast and The Focus Group Witch Cults

Broadcast and The Focus Group est la réunion de Broadcast, groupe originaire de Birmingham, constitué autour de James Cargill et de la chanteuse Trish Keenan) et de The Focus Group (Julian House). L'album Investigate Witch Cults Of The Radio Age (Warp, 2010) distille une électro psychédélique hantée par les sonorités du premier Pink Floyd période Syd Barrett.
Triste nouvelle : La chanteuse Trish Keenan est décédée le 14 janvier 2011 d'une pneumonie.
Article Wikipédia en anglais, Myspace
http://futurecrayon.blogspot.com/

Zen Guerrilla Empty Heart

Zen Guerrilla est un groupe de rock formé au début des années 90 à Newark, Delaware et qui s'est installé ensuite à San Francisco. La formation est constituée par : Andy Duvall (batterie), Marcus Durant (chant/harmonica), Carl Horne (guitare basse), et Rich Millman (guitare) Leurs disques ont été édités successivement par Compulsiv, Alternative Tentacles, et Sub Pop jusqu'en 2001.
Article Wikipédia en anglais

Joan Colomo L'ocell

Joan Colomo est un chanteur et musicien catalan qui a joué dans plusieurs formations : The Unfinished Sympathy, La Célula Durmiente, Zeidun. Il chante en espagnol, en catalan et en anglais. Le blog Ampli lui a consacré un entretien, où il présente ses goûts musicaux assez éclectiques. Son disque Contra Todo Pronostico est distribué par Stick Figure
Myspace


Звуки Му [Zvuki Mu] - Постовой [Postovoy, le gardien]


Zvuki Mu (litt. Les sons de Mu) est un groupe de post punk expérimental formé à Moscou au début des années 80. Son leader Peter Mamonov [Пётр Мамонов] est également l'acteur attitré des films de Pavel Lounguine dont Taxi Blues (1990), et dernierement Tzar (2009)
Article Wikipédia en russe
http://www.zvuki.ru/A/P/210


illustration : Phénakistiscope http://fr.wikipedia.org/wiki/Ph%C3%A9nakistiscope

vendredi 11 février 2011

Arthur Rimbaud : Poètes en musique #3

« … tout en me rendant compte après quelques essais que c’était pratiquement impossible de mettre en musique du Rimbaud. Vous pouvez mettre du Verlaine, du Baudelaire, tout ce que vous voulez,… mais Rimbaud, il y a quelque chose d’impénétrable, c’est un matériau qui résiste. Je me suis dis que je ne mettrais pas en musique ses textes, ou alors d’une manière extrêmement périphérique, mais au contraire, je vais m’intéresser à porter ce texte par une structure précise, par l’apport de matériaux électro-acoustiques, des transformations de sons, toute une série d’objets musicaux extérieurs au texte, mais que je vais essayer de faire fructifier pour rendre ce texte, à la fois musical en quelque sorte, et encore plus prenant. J'ai voulu réalisé ça comme ça. Mais l’idée qu’un texte automatiquement, on peut le mettre en musique, c’est une idée complètement chimérique… »
Gilbert Amy, entretiens, Le Portrait, France Musique, 24/01/2011




Retransmission de l'interprétation d'"Une Saison en enfer" de Gilbert Amy, d'après les poèmes d'Arthur Rimbaud, lors d'un concert du GRM à la Maison de Radio France en 1980. Interprètes : Jean Pierre Drouet ; Michel Hermon ; le Choeur de Radio France ; Jean Thibaudeau. [début de la pièce à partir de 2'34'']
CD (Ina - GRM, 1992) disponible à la médiathèque de Dole


Playlist musicale

Découvrez la playlist Rimbaud en musique : Benjamin Britten : Phrase (in « Les Illuminations ») par Ian Bostridge ; Léo Ferré : Ma bohême ; Gabriel Dupont : Les effarés par Florence Katz ; Léo Ferré : On est pas sérieux quand on a dix sept ans ; Benjamin Britten : Being Beauteous (in « Les Illuminations ») par Sandrine Piau ; Félix Leclerc : Sensation

Liste des compositeurs ayant mis des poèmes d'Arthur Rimbaud en musique (par ordre chronologique)

Pierre de Bréville (1861-1949) : Le dormeur du val, Les corbeaux

Gabriel Dupont (1878-1914) : Les Effarés ; Ophélie (in "Poèmes d'automne")

Daniel Ruyneman (1886-1963) : Bonheur (in "Cinq mélodies, no. 2.")

Johanna Bordewijk-Roepman (1892-1971) : Les Illuminations : 1. Fleurs ; 2. Antique ; 3. Bottom

Darius Milhaud (1892-1974) : Veillées (in "L'amour Chante, no. 7")

Hendrik Andriessen (1892-1981) : Trois Pastorales : 1. Tête de faune ; 2. Le dormeur du val ; 3. Sensation

Paul Hindemith (1895-1963) : Bal des pendus (in "Zwei Balladen")

Hanns Eisler (1898-1962) : À quatre heures du matin, l'été,...

Hans Krása (1899-1944) : 3 Lieder : 1. Quatrain ; 2. Sensation ; 3. Les amis

Léon Orthel (1905-1985) : 1. Le dormeur du val ; 2. Rêve pour l'hiver ; 3. Première soirée

Ferenc Farkas (1905-2000) : Quatrain (in "Quatre quatrains avec 4 cordes")

Elisabeth Lutyens (1906-1983) : Bonheur

Rudolf Escher (1912-1980) : Univers de Rimbaud, no. 2. : 1. Le mal ; 2. Le dormeur du val ; 3. L'étoile a pleuré rose ; 4. Oraison du soir ; 5. Ma bohème (fantaisie)

Benjamin Britten (1913-1976) : Les Illuminations : 1. Fanfare ; 2. Villes ; 3a. Phrase ; 3b. Antique ; 4. Royauté ; 5. Marine ; 6. Interlude ; 7. Being Beauteous ; 8. Parade ; 9. Départ

Charles Trenet (1913-2001) Les corbeaux

Léo Ferré (1916-1993) Aube ; Chanson De La Plus Haute Tour ; Faim ; La Maline ; Le Buffet ; Le Dormeur Du Val ; Le Loup Criait Sous Les Feuilles ; Le Sonnet Du Trou Du Cul ; Les Assis ; Les Chercheurs De Poux ; Les Corbeaux ; Les Douaniers ; Les Mains De Jeanne-Marie ; Les Pauvres A L'Eglise ; Les Poètes De Sept Ans ; L'Eternité ; L'étoile A Pleure Rose ; Ma Bohème ; Mes Petites Amoureuses ; Morts de Quatre-vingt-douze et de Quatre-vingt-treize ; On N'Est Pas Sérieux Quand On A 17 Ans ; Rêvé Pour L'Hiver ; Stupra ; Voyelles

Dinu Lipatti (1917-1950) : Sensation

Charles Chaynes (1925-) Poèmes Rimbaldiens, baryton et orchestre

Hans Werner Henze (1926-) : Being Beauteous

Lee Hoiby (1926-) : Trois Poèmes de Rimbaud : 1. Le coeur volé ; 2. L'éternité ; 3. Rêve pour l'hiver

Einojuhani Rautavaara (1928-) Ma bohème

Bernard Rands (1935-) : From "Soleil et Chair" (in "Canti del sole")

Gilbert Amy (1936-) Une Saison en enfer pour soprano, piano, percussion et bande magnétique

Michael Nyman (1944-) L'orgie Parisienne ou Paris se Repeuple : Allez! on préviendra les reflux d'incendie... ; Quand tes pieds ont dansé si fort dans les colères

Alain Louvier (1945-) : Une cloche de feu rose dans les nuages...

Philippe Hersant (1948-) : Illuminations (: Veillées I. Démocratie. Enfance IV. A une raison) ; Allégorie

Matthias Pintscher(1971) L'espace dernier

Patrick Burgan (1960-) : Les étrennes des orphelins

Sophie Lacaze (1963-) Voyelles

Christophe Sirodeau (1970-) L' Etoile

Sources :

The Lied, Art Song, and Choral Texts Page http://www.recmusic.org/lieder/
Le portail de la musique contemporaine http://www.musiquecontemporaine.fr/

jeudi 10 février 2011

Blume : chanson de la semaine #45

Poème de Paul Celan (1920-1970), Blume, interprété ici par la chanteuse Ute Lemper, est la dernière partie du cycle : 6 Celan songs, for low female voice & ensemble composé par Michael Nyman en 1990 et comprenant : Chanson einer Dame im Schatten, Es war Erde in inhen, Psalm, Corona, Nächtlich Geschürzt.



BLUME

Der Stein.
Der Stein in der Luft, dem ich folgte.
Dein Aug, so blind wie der Stein.

Wie waren
Hände,
wir schöpften die Finsternis Leer, wir fanden
das Wort, das den Sommer heraufkam :
Blume.
[...]
FLEUR

La pierre.
La pierre dans l'air, celle que je suivais.
Ton oeil, aussi aveugle que la pierre.

Nous étions
mains
nous vidions les ténèbres, découvrant
le mot qui gravissait l'été :
fleur.
[...]



Textes de Paul Celan disponibles à la Médiathèque de Dole :
  • Choix de poèmes / textes réunis par Paul Celan ; trad. de l'allemand et présentation par Jean-Pierre Lefebvre. - Paris : Gallimard, 1998 (Poésie)
  • Grille de parole / Paul Celan ; trad. de l'allemand Martine Broda.,Bourgois, 2001 (Détroits)
  • La rose de personne = [Die Niemandsrose] / Paul Celan ; trad. de l'allemand Martine Broda, Corti, 2002

Conférences audiovisuelles sur Paul Celan disponibles en ligne :

Sur Wikipédia : Paul Celan, Michael Nyman, Ute Lemper

samedi 5 février 2011

Revue de presse, revue de blogs du 23 janvier au 5 février 2011


Camille Saint-Saëns Carnaval des animaux - Aquarium
New York Philharmonic, Leonard Bernstein (archive.org)


1. Interview de Claire Giraudin - "Les Français et la musique", Vacarm, 05/02

2. 2011 – Le piratage musical est maintenant insignifiant, Korben, 04/02

3. Europeana s'associe avec Google Books, ActuaLitté, 03/02

4. Parution du Bulletin des bibliothèques de France, n° 1, 2011, Enssib, 03/02
dossier : Valorisation et production des savoirs en bibliothèque

5. Midem 2011 : un billet d’humeur, IRMA, 03/02

6. EMI racheté : les Beatles, Pink Floyd et Coldplay sont devenus américains !, C'est ma tournée, 02/02

7. Pourquoi Facebook c’est de la merde dans un contexte d’affaires, Michelle Blanc, 02/02

8. 2010 Music Website Heat Map, Virtual Music, 02/02
Vu des États-Unis, Deezer et Spotify sont tous petits (ils arrivent en 28e et 30e position) loin derrière les leaders : le géant Youtube, Pandora, Playlist, Grooveshark, LastFM.

9. Spotify serait contraint d’imposer des limites à la gratuité pour satisfaire les labels, ZDNet, 02/02

10. L’audience des sites pirates était frelatée, Electron Libre, 02/02

11. Dissémination – pour faire le point, Bibliothèques [reloaded], 01/02

12. Streaming, gratuité, Deezer : de la valeur de la musique en 2011, tribune de la SPPF, PC Inpact, 31/01

13. Streaming : pour Peter Sunde, une technologie centralisée qui peut être censurée, Le Monde, 31/01

14. Marin Karmitz "vend" la culture française à New York, Le Monde, 31/01

15. En France, le rap à la peine, Next Libération, 31/01

16. Les punks institutionnalisés Villa Médicis, Le Monde, 28/11

17. Midem: Musique = Trop d’outils, de diktats, pas assez de “pourquoi”., Don’t believe the hype, 28/01

18. Midem 2011, reflet d’une industrie de la musique en pleine mutation, ZDNet / Digital JukeBox, 28/01

19. Industrie musicale : longue vie aux hackers !, Owni Music, 28/01

20. Grand corps malade, Face Ecran, 27/01

21. Roger Muraro, une rencontre-podcast: Grand spécialiste de la musique du XXe siècle..., Qobuz, 27/01

22. L’industrie musicale se berce au streaming, Ecrans, 25/01

23. Le marché français du disque poursuit sa longue chute, Le Monde, 24/01

24. Pascal Nègre " Le disque physique a encore de l'avenir ", Le Figaro, 24/01

25. Bilan 2010 : Le marché de la musique enregistre une nouvelle baisse de 5,9%, Nouvel Obs, 24/01

26. Frédéric Mitterrand, la diversité culturelle et l'amnésie, Le Monde au Midem, 23/01

Guillaume Apollinaire : Poètes en musique #2

Le pont Mirabeau par Guillaume Apollinaire (1913)


Poète majeur du début du XXème siècle, Guillaume Apollinaire (1880-1918) participa aux avant-gardes de l'art moderne (Cubisme, Futurisme, Dadaïsme, Surréalisme) et se lia d'amitié avec de nombreux peintres, écrivains, musiciens. Il côtoya Erik Satie et les compositeurs du groupe des Six, dont plusieurs membres de ce groupe - en premier lieu Francis Poulenc, mais aussi Louis Durey, Arthur Honegger et Germaine Tailleferre - mettront ses textes en musique.


Playlist musicale

Découvrez la playlist Apollinaire en musique Louis Bessières : Saltimbanques par Yves Montand ; Arthur Honegger À la Santé par Brigitte Balleys ; Francis Poulenc : Avant le cinéma par Claudine Carlson ; Léo Ferré : Automne malade ; Francis Poulenc : Dans le jardin d’Anna par David Lefort ; Léo Ferré : Le pont Mirabeau ; Francis Poulenc : Rosemonde par David Lefort ; Guy Sacre : Les heures par Jean-François Gardeil ; DJ Spooky, C.M. Von Hausswolff, Gnaoua De Abenb Binizi, Pont Mirabeau


Liste des compositeurs ayant mis des poèmes de Guillaume Apollinaire en musique (par ordre chronologique)

Louis Durey (1888-1979) : Le Bestiaire : La Tortue ; La Chèvre du Thibet ; Le Serpent ; Le Chat ; Le Lièvre ; Le Lapin ; Le Dromadaire ; La Souris ; La Colombe ; Le Lion ; La Mouche ; La Puce ; La Sauterelle ; Le Dauphin ; Le Poulpe ; La Chenille ; La Méduse ; L'Ecrevisse ; La Carpe ; Le Paon ; Le Cheval ; L'Eléphant ; Le Hibou ; Ibis ; Les Sirènes ; Le Bœuf. Cantate de la prison, op. 32

Bohuslav Martinů (1890-1959) : 3 mélodies : La neige blanche ; L'adieu ; Saltimbanques. Automne malade [Chorý Podzim] (in « Deux chansons »)

Germaine Tailleferre (1892-1983) : L'adieu du cavalier, op. 154

Arthur Honegger (1892-1955) : Six Poèmes de Guillaume Apollinaire : 1. À la "Santé" ; 2. Clotilde ; 3. Automne ; 4. Saltimbanques ; 5. L'adieu ; 6. Les cloches

Jean Binet (1893-1960) : Clotilde

Georges Dandelot (1895-1975) : Clotilde ; Le pont Mirabeau (in "Cinq Poèmes Précieux")

Francis Poulenc (1899-1963) : Quatre Poèmes de Guillaume Apollinaire : 1. L'Anguille ; 2. Carte-Postale ; 3. Avant le Cinéma ; 4. 1904. Calligrammes - Poèmes de la paix et de la guerre : 1. L'Espionne ; 2. Mutation ; 3. Vers le sud ; 4. Il pleut ; 5. La Grâce exilée ; 6. Aussi bien que les cigales ; 7. Voyage. Le Bestiaire : 1. Le dromadaire ; 2. La chèvre du Thibet ; 3. La sauterelle ; 4. Le dauphin ; 5. L'écrevisse ; 6. La carpe. Deux Mélodies inédites du Bestiaire : Le serpent ; La colombe. Banalités : 1. Chanson d'Orkenise ; 2. Hôtel ; 3. Fagnes de Wallonie ; 4. Voyage à Paris ; 5. Sanglots. Deux poèmes de Guillaume Apollinaire : 1. Allons plus vite ; 1. Dans le jardin d'Anna. Deux Mélodies sur des poèmes de Guillaume Apollinaire : Le pont ; Un poème Deux Mélodies de Guillaume Apollinaire : 1. Montparnasse ; 2. Hyde Park. La blanche neige ; Marie (in "Sept chansons "). La souris (in « Deux mélodies »). Chanson (in « Trois Poèmes de Louise Lalanne ». Il y a : Allons plus vite ; Bleuet ; Sanglots. La grenouillère. F. Poulenc adaptera le drame sur-réaliste Mamelles de Tirésias (1917) en opéra-bouffe en 1947

Jean Apothéloz (1900-1965) : Chansons sur des textes de Guillaume Apollinaire pour chant et piano : 1. Le pont Mirabeau ; 2. Les cygnes; 3. Clotilde ; 4. Marie ; 5. Les cloches ; 6. L'adieu

Maurice Jaubert (1900-1940) : La traversée (in "Trois Sérénades ")

Ernesto Halffter Escriche (1905-1989) : Automne malade

Pierre Capdevielle (1906-1969) : Cinq poèmes

Dmitri Chostakovitch (1906-1974) : Symphonie nº 14 est composée de 11 mouvements chacun correspondant à un poème ; dont six textes de G. Apollinaire : Loreley ; Le Suicidé ; Les Attentives I ; Les Attentives II ; À la Santé ; Réponse des cosaques zaporogues au sultan de Constantinople

Jacques Leguerney (1906-1997) : Clotilde

Murray Adaskin (1906-2002) : Inscription pour le tombeau du peintre Henri Rousseau douanier

Edward Staempfli (1908-2002) : Drei Lieder : Un soir d'été ; Or nous regardions ; Automne malade

René Leibowitz (1913-1972) : À Henry Kahnweiller :Cinq mélodies

Louis Bessières (1913-) : Saltimbanques

Jacques Chailley (1910-1999) : 6 choeurs

Suzanne Baron Supervielle (1910-2004) : A la santé

Marjo Tal (1915-2006) : Hôtel

Léo Ferré (1916-1993) : La chanson du mal-aimé, Le pont Mirabeau, Automne malade

Claude Ballif (1924-2004) : Le cortège d'Orphée

Denise Roger (1924-2005) : Complaintes ; À la santé ; La blanche neige ; Le pont mirabeau

Antoine Duhamel (1925-) : Rhénane d'automne

Jacques Castérède (1926-) : La chanson du mal-aimé

Claude Lefebvre (1931-) : Océan de Terre

Barbara Kolb (1939-) : L'adieu

José Antônio Resende de Almeida Prado (1943-) La fleur ardente (in "Portrait de Nadia Boulanger ")

Guy Sacre (1948-) : 5 Poèmes d'Apollinaire : 1. Le secret ; 2. L'adieu ; 3. Il pleut ; 4. Les heures ; 5. Funérailles

Olivier Greif (1950-2000) : Les saltimbanques, op. 3

John Carbon (1951-) : Bestiaire : Orphée

Kaija Saariaho (1952-) : Il pleut

Willem Dragstra (1956-): Cités

Robert Zuidam (1964-) : Mutation

Hans van Zijp : Il y a

Régis Campo (1968-) : Les bestiaire

Paul D. Miller "DJ Spooky" (1970-) : Le pont Mirabeau



Source principale :

The Lied, Art Song, and Choral Texts Page http://www.recmusic.org/lieder/

vendredi 4 février 2011

Morente ... maestro : Vases communicants #3

Sur le principe des Vases Communicants, Mediamus et Ampli s'invitent mutuellement le premier vendredi du mois, chacun publiant sur le blog de l'autre. Nous donnons la parole à nos amis bibliothécaires musicaux catalans, aujourd'hui Lórien de Loth :


Enrique Morente

(Granada, 25 décembre 1942 – Madrid, 13 décembre 2010)


Ce jour de décembre dernier, nous étions plusieurs auteurs de ce blog réunis autour d’un pichet de bière pour déguster quelques gambas, discuter de nos projets futurs et fêter le plaisir d’être ensemble, lorsque nous arriva la triste nouvelle de la mort du chanteur Enrique Morente, une grande figure de l’histoire du flamenco et de musique tout simplement. Nous trinquons à ton souvenir, artiste!

J’ai eu la chance de le voir le 6 mars 2010 au Théâtre Josep Maria de Segarra à Santa Coloma de Gramenet dans la cadre du festival Catalunya Arte Flamenco. Tout un luxe.

Pour rendre hommage à Enrique Morente, et donner la mesure de son art, voici un extrait du film Iberia (2005) de Carlos Saura.


Le site d’Enrique Morente et l'article Wikipédia.

Enrique Morente dans les catalogues des bibliothèques publiques Argus (Generalitat de Catalogne) et Aladí (Diputació de Barcelone).

Le Flamenco sur le blog AMPLI.


***

... disponible aussi à la médiathèque de Dole :
Sueña La Alhambra / Enrique Morente, chant. - EMI Music Spain, 2005
"Enrique Morente est l'un des cantaores les plus importants du flamenco, et très probablement l'un des plus révolutionnaires. L’expérimentation est toujours de mise avec les deux titres accueillant la guitare de Pat Metheny ou lorsqu’il réussit la prouesse de rendre flamenco une composition du seigneur du tango Piazzolla. Autre invité prestigieux, Tomatito vient poser son illustre guitare sur une solea d’une grande retenue..." (Mondomix)


Vasos comunicants #3: L'Europa de les musiques gitanes, 4. França

jeudi 3 février 2011

A la Santé ! : chanson de la semaine #44

Ce poème de Guillaume Apollinaire (1880-1818) a été publié en 1913 dans le recueil Alcools. Le texte est inspiré de l'expérience douloureuse de l'auteur qui fut incarcéré pendant une semaine à la prison de la Santé en septembre 1911. Il était accusé de complicité de vol d'objets d'art au musée du Louvre, et sera par la suite innocenté.
A la Santé ! est composé de 6 parties numérotées. Dmitri Chostakovitch en a mis en musique de larges extraits pour en faire le 7ème mouvement de la Symphonie nº 14 (op. 135) pour soprano, basse, cordes et percussions créée en 1969.
Dans cette symphonie, outre des textes de Federico García Lorca, Wilhelm Küchelbecker et Rainer Maria Rilke, on retrouve 5 autres poèmes de Guillaume Apollinaire : Loreley, Le Suicidé, Les Attentives I, Les Attentives II, Réponse des cosaques zaporogues au sultan de Constantinople qui furent traduits et adaptés en russe par Mikhail Pavlovich Kudinov (1922-1994).
Le texte original en français est interprété ici par Dietrich Fischer-Dieskau, avec le Concertgebouw Orchestra Amsterdam, dirigé par Bernard Haitink




Avant d’entrer dans ma cellule
Il a fallu me mettre nu
Et quelle voix sinistre ulule
Guillaume qu’es-tu devenu

Adieu adieu chantante ronde
Ô mes années ô jeunes filles
Le Lazare entrant dans la tombe
Au lieu d’en sortir comme il fit

Non je ne me sens plus là
Moi-même
Je suis le quinze de la
Onzième

Dans une fosse comme un ours
Chaque matin je me promène
Tournons tournons tournons toujours
Le ciel est bleu comme une chaîne
Dans une fosse comme un ours
Chaque matin je me promène

Que deviendrai-je ô Dieu qui connais ma douleur
Toi qui me l’as donnée
Prends en pitié mes yeux sans larmes ma pâleur

Et tous ces pauvres cœurs battant dans la prison
L’Amour qui m’accompagne
Prends en pitié surtout ma débile raison
Et ce désespoir qui la gagne

Le jour s’en va voici que brûle
Une lampe dans la prison
Nous sommes seuls dans ma cellule
Belle clarté Chère raison

Septembre 1911.

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...