vendredi 27 janvier 2012

5 + 1 groupes de rock progressif hongrois : les recommandations d'Hangtárnok #2

En association avec le blog Hangtárnok, nous allons découvrir, tout au long de cette année, les différents répertoires de la musique hongroise. Merci à Marianna qui nous présente aujourd'hui le rock progressif hongrois, en nous recommandant particulièrement 5 groupes "historiques", ainsi qu'1 formation de la scène actuelle.




1.Syrius
(Années d’activité : 1962–1978)
Syrius fut formé à Budapest en 1962 par Zsolt Baronits. Au départ le groupe jouait de la beat music. L’univers musical du groupe évolua en 1970, vers le rock progressif et le jazz-rock fusion avec l’arrivée de Jackie Orszaczky (basse, chant), László Pataki (orgue), Mihály Ráduly (saxophone, flûte) et András Veszelinov (batterie).
Ils ont obtenu un contrat en Australie, où ils enregistrèrent leur album le plus connu Devil's Masquerade (1971). Le groupe fut ensuite rejoint par le guitariste Tibor Tátrai. Pour une raison inconnue, ils ne purent retourner en Australie par la suite, et plusieurs membres quittèrent le groupe qui se sépara en 1978. Syrius se reforma dans les années 2000, pour donné leur dernier concert en 2001 (qui fut enregistré et édité en disque). Un groupe fantastique qui interprétait des titres de Led Zeppelin, de King Crimson ou de Jimi Hendrix sans guitare.

Discographie recommandée: Devil's Masquerade (1971) / Az ördög álarcosbálja (Hungary, 1972), Széttört álmok (1976)
Wikipédia (en hongrois)
http://www.syriusegyuttes.hu/

2. Panta Rhei
(Années d’activité : 1974 – 1982)
Le groupe Panta Rhei formé en 1974, était constitué de Kálmán Matolcsy aux claviers et aux synthétiseurs, Alex Szalay à la guitare, András Szalay à la basse, et Csaba Béke à la batterie. Ils concevaient et construisaient eux-mêmes leur synthétiseurs et comptent parmi les pionniers de la musique électronique. Alliant jazz et rock progressif, le groupe était célèbre en Hongrie pour leur adaptation rock d'oeuvres du répertoire classique, avec notamment des pièces de
Béla Bartók et d'Edward Grieg (voir la vidéo ci-dessous : Bartok: "Tancszvit" ["Dance Suite"])
Le nom du groupe se réfère à la philosophie d’Héraclite : Πάντα ῥεῖ καὶ οὐδὲν μένει / Pánta rheî kaì oudèn ménei / Tout coule et rien ne demeure.

Discographie recommandée: Panta Rhei (1980), PR Computer (1983), Panta Rhei 1975-79 (2002)
Article Wikipédia (en anglais)
http://www.sdss.jhu.edu/~szalay/music/pantarhei.html

3. Solaris
(Années d’activité : 1980-)
Solaris est un groupe de space rock formé en 1980. Leur musique très mélodique et qui incorpore des thèmes d’Europe de l’Est est essentiellement instrumentale et met en avant la guitare, la flûte et les claviers pour des morceaux se développant sur la durée. Le nom du groupe fait référence au roman de science-fiction de l’écrivain polonais Stanisław Lem. Leur premier disque (Marsbéli Krónikák) faisait référence aux Chroniques martiennes de Ray Bradbury.

Discographie recommandée: Marsbéli krónikák (1984)
Wikipedia en anglais et en hongrois
http://www.solaris.hu/

4. East
(Années d’activité : 1975–1994)
East est l’un des groupes de prog rock les plus populaires en Hongrie.
Avec ce nom emblématique, le guitariste János Varga, le joueur de claviers Géza Pálvölgyi, le chanteur Miklós Zareczky, le bassiste Péter Móczán et le percussionniste István Király décidèrent de porter la bannière du rock progressif dans toute l’Europe de l’Est. En 1981, ils sortent leur premier album Játékok (Jeux) qui fut bien accueilli. Bizarrement, la version anglaise est intitulée Blue Paradise. Leur deuxième album Hűség (Foi) (1982) amplifia encore leur succès.

Discographie recommandée: Játékok (1981) / Blue Paradise (version anglaise) (1982), Hűség (1982)


5. Mini
(Années d’activité : 1968–1983, 1993-)
Mini fut formé en 1968 par le chanteur et flûtiste Ádám Török. Le groupe à l'origine était très inspiré par Jethro Tull. Au début des années 70, le groupe s'orienta davantage vers le jazz. C'est avec Syrius, c'est l'un des groupes de rock underground les plus estimés en Hongrie. Leur premier album sorti en 1978, navigue entre space rock et jazz rock dans la lignée de Camel. Aucune guitare dans leur instrumentation, mais beaucoup de flûte, de Fender Rhodes et de nappes de cordes jouées au synthé.

Discographie recommandée: Vissza a városba (Back Into the City) (1978), Úton a Föld felé (Toward the Earth) (1979)
Article Wikipédia en hongrois
http://www.torokadam.hu/

+ 1: After Crying
(Années d’activité : 1986-)
After Crying est le groupe le plus notable de l'actuelle scène prog rock hongroise. [L'audience du groupe est internationale, pour preuve nous avons leur disque De profundis dans nos collections à la médiathèque de Dole :-) (NDTR)] Leur musique est sombre et complexe. Leur discographie offre une grande variété de climats, tant par les compositions que par les arrangements. Ils jouent parfois avec des formations traditionnelles ou des orchestres symphoniques. Certains albums sont d'une beauté très sombre, avec une atmosphère calme installée par les timbres des violons et des violoncelles, au milieu des guitares et des claviers. D'autres albums possèdent un son plus homogène, avec des influences d'Emerson, Lake and Palmer, notamment avec des passages d'orgue Hammond.

Discographie recommandée : Overground music (1990), Show (2003), Struggle for life (concert) (2000)
Wikipédia en anglais
http://www.aftercrying.hu/


D'autres bons groupes de rock progressif hongrois d'hier et d'aujourd'hui :
Kex,
Non Stop, V'73, Color, Kérdőjel, Age of Nemesis, D Sound, Perfect
Symmetry
, Everwood, You and I, Stonehenge, K3, Eclipse, Fugato, Khan
Abyss
.

Aucun commentaire:

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...