vendredi 5 juillet 2013

Posseït : la poésie chantée catalane #3

Avec cette édition de Juillet des Vases communicants, nous poursuivons la découverte de la poésie chantée catalane.



Marta Bramon, bibliothécaire à la bibliothèque de Banyoles, et membre de l'équipe des Musictecaris nous présente aujourd'hui Posseït [Possédé], un petit texte du poète contemporain Gabriel Ferrater (1922-1972), chanté par Miguel Poveda, sur une musique de Juan Gómez "Chicuelo".

L’album Desglaç [Dégel] de Miguel Poveda, sorti en 2005, est une collection de textes de poètes catalans contemporains (Jacint Verdaguer, Joan Margarit, Maria Mercè Marçal, Joan Brossa o Sebastià Alzamora) qui n’avaient jamais été chanté auparavant. Comme c’est l’unique fois où le chanteur de flamenco utilise la langue catalane, sa démarche a été particulièrement bien accueillie en Catalogne.


Gabriel Ferrater, s'est suicidé en 1972, il était très populaire et reconnu par le milieu intellectuel catalan.
Son oeuvre : Les dones i els dies, Da nuces pueris (1960), Menja't una cama (1962), Teoria dels cossos (1966) compte parmi les œuvres poétiques majeures de la littérature catalane de l'après-guerre.
Les dones i els dies [Les Femmes et les jours]) est disponible en édition française aux éditions du Rocher (Coll. Anatolia), traduite par William Cliff.

Montserrat Roser i PuigEroticism in the poetry of Gabriel Ferrater, University of Kent at Canterbury :
Dans Possédé, la mort est en même temps assimilée à la paix, et en même temps, elle se révèle incapable de la délivrer. Significativement, l’un des deux amants meurt et l’autre continue dans une quête de réalisation encore plus sexuelle.


(Traduction proposée à titre indicatif, réalisée avec l'aide de Martha Bramon)

Posseït

Sóc més lluny que estimar-te. Quan els cucs
faran un sopar fred amb el meu cos
trobaran un regust de tu. I ets tu
que indecentment t´has estimat per mi
fins al revolt: saciada de tu,
ara t´excites, te m´en vas darrera
un altre cos, i em refuses la pau.
No sóc sinó la mà amb què tu palpeges.
Possédé

C’est beaucoup plus que de t’aimer. Quand les vers
Feront un dîner froid avec mon corps
Ils trouveront un arrière-goût de toi. Et toi
qui indécemment t’aimais toi-même par moi
jusqu'au virage : rassasiée de toi,
excitée, tu t'en vas en quête
d’un autre corps, et moi qui refuse la paix.
Je ne suis que la main avec laquelle tu touches.

Sources et références :
Wikipédia : Gabriel Ferrater - Miguel Poveda -
L'album Desglaç - Mondomix - Wikipédia -

Aucun commentaire:

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...