dimanche 22 septembre 2013

Les vendredis [جمعه ] : chanson de la semaine #124

Esfandyar Monfaredzadeh - Shahyar Ghanbari - Farhad sur la pochette de Jome

Farhad Mehrad (persan : فرهاد مهراد‎), simplement appelé Farhad est l'un des chanteurs iraniens les plus populaires de ces dernières décennies.
Né en 1946 à Téhéran, il meurt à Paris en 2002 des suites d'une hépatite C. Auteur-compositeur, il interprétait aussi bien des chansons à texte en s'accompagnant au piano et à la guitare que des succès pop-rock anglo-saxons des années 60 et 70, des Beatles (Let It Be, Yesterday), de Ray Charles et de Leonard Cohen. Militant de la Révolution iranienne en 1978, il sera contraint au silence pendant 15 années par le gouvernement islamique qui redoutait sa popularité.
Ce n'est qu'en 1993, qu'il put à nouveau sortir un album Khab Dar Bidari (Dormir tout éveillé) avec lequel il renoue avec un immense succès populaire.

Jome [Les vendredis] (ca. 1973), sa chanson la plus connue, fait référence au spleen accompagnant le jour de repos hebdomadaire en Iran. Une chanson bien plombante, à l’instar de nos classiques "Je hais les dimanches", écrite par Charles Aznavour et interprétée par Edith Piaf et Juliette Gréco ou "Le Dimanche à Orly" de Gilbert Bécaud.




Merci à Neda Howaizi pour sa participation à la traduction :

جمعه

توی قاب خیس این پنجره‌ها
عکسی از جمعه‌ی غمگین می‌بینم
چه سیاهه به تنش رخت عزا
تو چشاش ابرای سنگین می‌بینم

داره از ابر سیا خون می‌چکه
جمعه‌ها خون جای بارون می‌چکه

نفسم در نمی‌آد، جمعه‌ها سر نمی‌آد
کاش می‌بستم چشامو، این ازم بر نمی‌آد

داره از ابر سیا خون می‌چکه
جمعه‌ها خون جای بارون می‌چکه

عمر جمعه به هزار سال می‌رسه
جمعه‌ها غم دیگه بی‌داد می‌کنه
آدم از دست خودش خسته می‌شه
با لبای بسته فریاد می‌کنه

داره از ابر سیا خون می‌چکه
جمعه‌ها خون جای بارون می‌چکه

جمعه وقت رفتنه, موسم دل‌کندنه
خنجر از پشت می‌زنه, اون که همراه منه

داره از ابر سیا خون می‌چکه
جمعه‌ها خون جای بارون می‌چکه
Les vendredis

Dans le cadre des fenêtres mouillées
Je vois la photo d’un certain vendredi triste
Comme il est noir le vêtement de deuil sur son corps
Je vois des nuages ​​lourds dans ses yeux

Il coule du sang de ces nuages noirs
les vendredis, il coule du sang au lieu de la pluie

Le souffle de la vie n’arrive pas à sortir de moi, ces vendredi n’en finissent pas
Si seulement je pouvais fermer les yeux mais je n’y arrive pas !

Il coule du sang de ces nuages noirs
les vendredis, il coule du sang au lieu de la pluie

L’âge du vendredi est vieux de mille ans
Le chagrin est accablant ces vendredis
L’homme se fatigue de lui-même
et c’est avec les lèvres scellées qu’il crie

Il coule du sang de ces nuages noirs
les vendredis, il coule du sang au lieu de la pluie

Le vendredi c’est le moment de partir, c'est le temps de l'abandon
Il me poignarde dans le dos celui qui m’accompagne

Il coule du sang de ces nuages noirs
les vendredis, il coule du sang au lieu de la pluie



Farahd Mehrad - Wikipédia : en français - en anglais - en persan

samedi 7 septembre 2013

Playlist de septembre : 15 albums à découvrir sans attendre

À découvrir sans attendre, une nouvelle rubrique mensuelle curieuse de l'actualité musicale, pour partager nos recommandations et promouvoir de nouveaux artistes, méritant une écoute attentive dans l'abondance des sorties du moment.
Ce mois-ci, une sélection sous influence lo-fi, néo-psychédélique et dream pop.

Poolside 
"Pacific Standard Time" (Poolside Music, 2012)
Duo de Los Angeles formé par Filip Nikolic et Jeffrey Paradis. Farniente et hédonisme à l'heure californienne.
(Disco pop chill-out)



Junip 
"Fields" (Mute, 2010)
Junip est un groupe folk pop suédois réduit à la formule du duo : José González (chant, guitares) et Tobias Winterkorn (orgue, Moog synthétiseur Moog), après le départ d'Elias Araya (batterie).
Les héritiers d'America et de Crosby, Still, Nash & Young.
(Folk pop mélodique)



The Deviants 
"Ptooff !" (Alive Records, 1967)
The Deviants sont certainement moins connus que The Yardbirds ou The Pretty Things mais tous aussi influents, car ce groupe anglais de la fin des années 60 dont le leader Mick Farren vient de mourir, transmettait une énergie transgressive très proche du rock américain de l'époque (The Doors, Franz Zappa). Prémisses d'une punk attitude, quelques années avant l'apparition des Stooges.
(Rock psychédélique / Proto-punk)



Kurt Vile 
"Wakin on a Pretty" (Matador, 2013)
Après l'excellent "Smoke Ring for My Halo" (2011), le songwriter, qui vient d'être nommé citoyen d'honneur de sa ville, Philadelphie, confirme un talent très prometteur.
(Folk rock)



Unknown Mortal Orchestra 
"Unknown Mortal Orchestra" (Fat Possum, 2011)
Parler de rock psychédélique lo-fi n'est pas suffisant pour définir l'originalité du son de ce trio basse-guitare-batterie américano-néo-zélandais. Des compositions sinueuses et accrocheuses.
(Pop/rock fuzzy à guitare)



Ducktails 
"The Flower lane" (Domino Records, 2013)
Formation new-yorkaise, Ducktails est le side-project de Matt Mondanile (membre de Real Estate). Avec "The Flower lane", Ducktails reprend dignement le flambeau de la pop mélodique et ouvragée, dans la lignée du magistral Steve McQueen (1985) de Prefab Sprout.
(Dream pop)



Destruction Unit 
"Deep trip" (Sacred Bones, 2013)
Formation originaire de Tempe (Arizona), formée par 5 musiciens dont 3 guitaristes. Leur style ? The Guardian le définit comme de l' "ambient sludge, prog-metal - murky motorik psych-drone space-rock. "
(Noisy rock / Shoegaze metal)



Foxygen 
"We are the 21st century ambassadors of peace & magic" (Jagjaguwar, 2013)
Duo de rock psychédélique californien. En élève appliqué, Foxygen a bien révisé ses classiques sixties et seventies : The Rolling Stones d'abord, mais aussi Bob Dylan, The Beatles. Le parfait exemple pour illustrer la thèse de Simon Reynolds sur la retromania du rock contemporain. Séduisant cependant.
(Pop néo-psychédélique)



Jon Hopkins 
"Immunity" (Domino Records, 2013)
John Hopkins est un producteur de musique électronique londonien. Immunity fait défiler des paysages sonores toujours changeants : de la techno trance, à l'ambient. Stressant ou relaxant, selon son humeur, obsédant comme un road-movie sur une autoroute perdue.
(Electro )



Jagwar Ma 
"Howlin" (Marathon Artists, 2013)
Groupe australien né sous les bonnes étoiles des Beach Boys, des Happy Mondays et d'Animal Collective.
(Pop néo-psychédélique)



Julianna Barwick 
"Nepenthe" (Dead Oceans Records, 2013)
Née en Louisiane, et à présent installée à Brooklyn, Julianna Barwick construit sa musique à partir essentiellement de boucles et de samples de sa voix.
Une musique cosmique avec voix éthérées, à la confluence de Brian Eno et des Cocteau Twins.
(Ambient)




Weird dreams 
"Choreography" (Tough Love, 2011)
Rêves Etranges est un groupe formé de 4 musiciens londoniens réunis autour d'une passion pour les Beach Boys et David Lynch.
Voix réverbérées aux accents nostalgiques et arpèges de guitare en accords mineurs.
(Dream pop)



Mac Demarco 
"2" (Captured Tracks, 2012)
Originaire de Colombie britannique, aujourd'hui installé à Montréal, Mac Demarco, à seulement 23 ans, fait figure d'espoir en multipliant prix, bonnes critiques et acclamations sur le continent Nord-Américain. Le sale gosse intenable du rock lo-fi canadien revient avec sa  nonchalance et son jeu de guitare appris des anciens : George Harrison, Neil Young.
(Pop rock lazy)



Chris Cohen
"Overgrown Path" (Captured Tracks, 2012)
Chris Cohen est le guitariste de Deerhoof et le leader de The Curtains, il joue également avec d'autres formations comme Ariel Pink's Haunted Graffiti, Cass McCombs et White Magic. Avec ce premier album, Chris Cohen délivre un soft rock subtil et parfois expérimental.
(Dream pop)



Matthew Dear 
"Beams" (Ghostly International, 2012)
Matthew Dear est un DJ Producteur originaire du Texas, installé ensuite à Detroit, il officia d'abord dans le glitch et la minimal techno sous l'influence du son de Motor City (Disco D, Richie Hawtin) . Avec "Beams", son 6e album, il démontre également ses talents de crooner dans le sillon de Dave Gahan.
Recommandé pour remonter le moral d'un fan de Depeche Mode dépité par le récent et dispensable "Delta Machine". Et recommandé tout court.
(Electro pop)


... Albums en commande, et bientôt dans nos bacs...

vendredi 6 septembre 2013

Vinyes verdes vora el mar : la poésie chantée catalane #5

Vases communicants - septembre 2013.



Marta Bramon, bibliothécaire à la bibliothèque de Banyoles, et membre de l'équipe des Musictecaris nous présente aujourd'hui :
Vinyes verdes vora el mar, poème catalan très populaire de Josep Maria de Sagarra (1894-1961).
Il est interprété par Ovidi Montllor (1942-1995), chanteur et acteur originaire de Valence, accompagné par le guitariste Toti Soler.
Album : "Ovidi montllor diu Sagarra" (Dahíz Produccions, 2000)



Vinyes verdes vora el mar,
ara que el vent no remuga,
us feu més verdes i encar
teniu la fulla poruga,
vinyes verdes vora el mar.

Vinyes verdes del coster,
sou més fines que la userda.
Verd vora el blau mariner,
vinyes amb la fruita verda,
vinyes verdes del coster.

Vinyes verdes, dolç repòs,
vora la vela que passa;
cap al mar vincleu el cos
sense decantar-vos massa,
vinyes verdes, dolç repòs.

Vinyes verdes, soledat
del verd en l'hora calenta.
Raïm i cep retallat
damunt la terra lluenta;
vinyes verdes, soledat.

Vinyes que dieu adéu
al llagut i a la gavina,
i al fi serrellet de neu
que ara neix i que ara fina...
Vinyes que dieu adéu!

Vinyes verdes del meu cor...
Dins del cep s'adorm la tarda,
raïm negre, pàmpol d'or,
aigua, penyal i basarda.
Vinyes verdes del meu cor...

Vinyes verdes vora el mar,
verdes a punta de dia,
verd suau cap al tard...
Feu-nos sempre companyia,
vinyes verdes vora el mar!
Vignes vertes de bord de mer,
Quand le vent ne marmonne pas,
vous devenez plus vertes et plus encore
votre feuille craintive,
Vignes vertes de bord de mer

Vignes vertes des coteaux,
vous êtes plus fines que la luzerne.
Vert sur bleu marine,
vignes au fruit vert,
vignes vertes des coteaux.

Vignes vertes, doux repos,
près de la voile qui passe,
Votre corps se courbe vers la mer,
mais pas trop,
vignes vertes, doux repos.

Vignes vertes, solitude
Dans le vert à l’heure chaude.
Grappes de raisins et ceps
sur le sol lumineux;
vignes vertes, solitude.

Vignes qui disent adieu
au voilier et à la mouette,
et à la fine couche de neige
qui née et qui meurt...
Vignes qui disent adieu !

Vignes vertes de mon cœur...
Dans votre cep s’endort l’après-midi,
raisin noir, feuille d'or,
eau, roche et effroi.
Vignes vertes de mon cœur...

Vignes vertes de bord de mer,
Plus vertes au point du jour,
vert tendre dans la soirée ...
Offrez-nous toujours votre compagnie
vignes vertes de bord de mer!

mardi 3 septembre 2013

Revue de presse, revue de blogs - Août 2013


Unknown Mortal Orchestra - So Good At Being In Trouble


Culture et actualité musicale
Industrie musicale 
Musique numérique 
Politiques, institutions et pratiques culturelles

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...