vendredi 22 novembre 2013

Playlist de novembre : 9 albums à découvrir sans attendre


À découvrir sans attendre, une rubrique mensuelle curieuse de l'actualité musicale, pour partager nos recommandations et promouvoir de nouveaux artistes méritant une écoute plus attentive dans l'abondance des sorties du moment. Une édition d'automne marquée par de l'électro sombre et un peu effrayante : The Haxan Cloak, The FieldGesaffelstein, du néo-rétro 60 : Girls, White Fenceet le retour de quelques statues de Commandeur de la pop : Donald Fagen, Prefab SproutMidlake.




Girls
"Album" (True Panther Sounds, 2009)
Groupe californien formé en 2007 autour de deux membres clés : le chanteur romantique, sorte de ménestrel moderne, Christopher Owens (ex-membre d'Holy Shit au côté de Matt Fishbeck, et Ariel Pink) et le producteur Chet "JR" White à la basse. Girls allie la fraîcheur du rock 'n' roll début années 60, avec des influences plus psychédéliques et garage. Un style empreint d'une sensibilité plutôt britannique présente chez Elvis Costello, Orange Juice et Pale Fountains.
Girls s'est séparé en 2012 après l'album Father, Son, Holy Ghost. Christopher Owens se produit désormais en solo, il  vient de sortir un premier album Lysandre.
(pop indie lo-fi)




Donald Fagen
"Sunken Condos" (Reprise, 2012)
Donald Fagen, chanteur et clavier, est avec Walter Becker, le co-fondateur de Steely Dan, groupe de rock jazz new yorkais installé en Californie, qui pendant les années 70 a recruté pour l'enregistrement de ses albums sophistiqués, le fleuron des musiciens de jazz et de studio (Walter Becker, Larry Carlton, Wayne Shorter, Tom Scott, Mark Knopfler, Jeff Porcaro, Phil Woods, ...). Avec Steely Dan, le temps ne semble pas avoir de prise, ni d'importance, chaque production est construite patiemment, avec une extrême attention portée au détail. Leur dernier album Everything must go date de 2003. Donald Fagen qui mène une carrière solo depuis le rutilant Nightfly (1982), revient 30 ans après avec Sunken Condos, un 4ème album solo, dans un style classique, indémodable.
(pop jazz)




Midlake
"Antiphon" (ATO, 2013)
Il y eut The Trials of Van Occupanther (2006) avec sa pochette dérangeante et ses chansons douces et tristes (Roscoe, Young bride, Bandits...) qui font de l'album un des sommets pop des années 2000. Lui succéda The Courage of the others (2010), décevant car terne et ennuyeux. On aurait pu craindre en 2012 que Midlake ne survive pas au départ de son leader, Tim Smith, chanteur, guitariste et principal auteur-compositeur du groupe.
Mais, le guitariste et choriste Eric Pulino se décida à endosser le rôle de leader laissé vacant. Le résultat s'appelle Antiphon.  On retrouve le style très maîtrisé des barbus texans, un soft rock aux effluves folk-prog britanniques seventies (Pentangle, Fairport Convention, CaravanKing Crimson), avec des arrangements élaborés (clavier, cordes, flûte, ...), et des harmonies vocales savantes, au lyrisme contenu.
(soft rock progressif)




White Fence
"Cyclops Reap" (Castle, 2013)
Ecouter White Fence, groupe néo-psychédélique fondé par Timothy Presley c'est s'offrir un trip spatio-temporel direction l'été de l'amour dans la Californie de 1967. Guitares acides, voix réverbérées, tambourin, tempo lent et distendu. De la belle ouvrage, réplique vintage du Pink Floyd de Syd Barrett, des Beatles période Sgt. Pepper, ou du Procol Harum millésime A Whiter Shade of Pale. Bienvenue en Rétromania.
(pop psychédélique)




The Haxan Cloak
"Excavation" (Aurora borealis, 2013)
The Haxan Cloak, c'est le projet drone de Bobby Krlic, un musicien britannique qui a la fâcheuse réputation (comme Sunn 0))), ou Merzbow) de pilonner les tympans du public venu l'écouter en concert à coups d'infrabasses et de broken beats. Si vous redoutez l'apnée en profondeur, si vous n'êtes pas fan de spéléologie, ou si visiter une friche industrielle la nuit avec une lampe frontale ne vous attire pas plus que ça, ne vous attardez pas trop dans Excavation ;-)
(electro dark et oppressante)




Prefab Sprout
"Crimson/Red" (Universal, 2013)
Prefab Sprout, le groupe sort en 1985 l'album culte Steve Mc Queen,  produit par Thomas Dolby, un disque acclamé par la critique, puis deux albums honorables From Langley Park to Memphis (1988) et Jordan: The Comeback (1990) qui rencontrent un certain succès public en Grande-Bretagne avec The King Of Rock'n'Roll. Et puis, plus grand chose, l'oubli pour le plus grand nombre et Paddy McAloon, le leader, accédant de son vivant au panthéon des songwriters. 20 ans après, Crimson/Red reprend l'histoire là où elle s'était arrêtée, mélodies ciselées, arrangements soignés, voix fraîche. Rien ne semble avoir changé, sinon la figure de jeune premier du chanteur sur laquelle pousse à présent une épaisse barbe grisonnante.
(pop)




The Field
"Cupid's head" (Kompakt, 2013)
The Field est le projet electro ambiant du producteur suédois Axel Willner, édité sur Kompakt, le label de techno minimale basé à Cologne. Transe et hypnose, mouvement et statisme, comme une berceuse d'insomnie, comme le bruit lancinant des rails d'un train.
(ambiant techno)




Gesaffelstein
"Aleph" (Parlophone, 2013)
Gesaffelstein est le projet du musicien electro lyonnais. Gesaffelstein  : mot-valise formé à partir de Gesamtkunstwerk (« œuvre d'art totale » chère à Wagner) et Albert Einstein... en toute humilité bien sûr :-) Mixmag définit le style de Gesaffelstein de techno sombre et menaçante, quoi qu’enchanteresse. On note également l'influence de la musique de films, notamment d'horreur et de l'électro des années 70 et 80 (François de Roubaix, Giorgio Moroder, John Carpenter...) sur Nameless, Alpeh, Wall of memories et du son big beat des années 90 (Prodigy, Chemical Brothers).
(dark techno)




Frankie Rose
"Herein Wild" (Fat Possum, 2013)
Frankie Rose est une artiste indie pop : chanteuse et musicienne, auteure-compositrice vivant à Brooklyn. Elle a fait partie de plusieurs groupes de rock : Crystal Stilts, Dum Dum Girls, et Vivian Girls. Herein wild, son 3ème album, possède une veine dream pop et post punk dans la continuité du précédent Interstellar (2012), mais en contraste avec son 1er Frankie Rose and the Outs (2010) aux influences gentillement psychobilly (The Cramps) et indie rock (Bangles).
(dream pop)

samedi 9 novembre 2013

Les collections sonores de la BNF arrivent sur les plateformes de streaming et de téléchargement

Le 6 novembre, via un dossier de presse, la BNF (Bibliothèque Nationale de France) a annoncé  le début de la diffusion en ligne de ses collections sonores. Aujourd'hui plus de 3000 titres sont déjà disponibles notamment sur Itunes, Amazon, Deezer, Spotify, et Google Play.

C'est le résultat du programme de numérisation réalisé par BnF-Partenaniat avec le concours de deux partenaires privés Memnon Archiving Services et Believe Digital.
L'objectif étant de "numériser et diffuser auprès du large public une collection de 200 000 disques conservés à la BnF" dont 45 000 disques microsillons (17 cm, 25 cm, 30 m), parus entre 1949 et 1962 (la durée de protection des droits voisins étant limitée à 50 ans) et 135 000 disques 78 tours parus entre 1900 et 1957.
Pour Pascal Cordereix, chef de service son au département de l'audiovisuel de la BNF qui avait présenté le chantier de numérisation sur le site de l'ACIM [article] : "Les fonds sonores de la BnF constituent une collection exceptionnelle regroupant tous les genres musicaux et parlés enregistrés entre 1900 et 1962 : musique classique, chanson, jazz, musiques du monde, théâtre."

Dix genres sont représentés dans BnF Collection :
  1. Chanson française et francophone
  2. Musique classique et lyrique
  3. Jazz et Blues
  4. Variétés internationales
  5. Bande originale de film
  6. Variété instrumentale
  7. Chansons, répertoires pour la jeunesse
  8. Documents parlés, théâtre
  9. France : "folklore", chants et musiques traditionnels
  10. Musiques "folkloriques", musiques du monde
Si la numérisation a été confiée à Memnon, c'est Believe Digital qui assure la diffusion  de BNF Collection sur les services de téléchargement, les sites de streaming et les services mobiles & vidéo dont Itunes, Google Play, Spotify, Last Fm, Napster, Deezer, Amazon, MusicMe, ...
L'opération de numérisation/diffusion doit se poursuivre jusqu'en 2020, à raison d'environ 5000 disques par mois. L’exclusivité de distribution pour Believe courant jusqu’à fin 2022.
Bnf Collection sera également présente sur Youtube et Dailymotion via des chaînes dédiées aux différents genres.
On regrettera qu'à cause de question de droit d'auteur, les pochettes originales n'aient pu être reproduites. Dommage également que les informations et métadonnées concernant les enregistrements soient réduites au minimum : artiste, album, titre, date.

Question n° 1 : Où peut-on écouter/télécharger en ligne les titres BnF Collection ? 
Sur : Deezer, Spotify, Itunes (extraits - album en vente à 6,99€), Google Play (extraits - album en vente à 4,99€), Amazon (extraits - album en vente à 6,99€) (copie d'écran) - mais pas (encore) sur MusicMe



Question n° 2 : Est-il possible de faire des recherches en ligne sur le corpus BnF Collection ?
Oui sur Spotify : recherche label:bnf (copie d'écran) et sur Amazon : recherche téléchargements MP3 "BNF Collection", mais pas possible sur : Deezer et Google Play (les albums sont labellisés Believe Digital), ni sur Itunes 

[tests réalisés avec  d'André Verchuren et son orchestre Airs de Paris (1962) et Charlie Parker and his orchestra Norman Granz Jazz: The Genius of Charlie Parker No. 5 (1959)]

Sources et références :

dimanche 3 novembre 2013

Revue de presse, revue de blogs : Octobre 2013

The Burning Of The Temple by Cass Mccombs on Grooveshark
Cass McCombs "The Burning of the Temple, 2012" 
(Big Wheel and others, 2013)


Culture et actualité musicale


Musique numérique


Politique et pratiques culturelles




vendredi 1 novembre 2013

Veles e vents : la poésie chantée catalane #7

Vases communicants - Novembre 2013.



Marta Bramon, bibliothécaire à la bibliothèque de Banyoles, et membre de l'équipe des Musictecaris a choisi de nous présenter aujourd'hui :
Voici l'un des plus célèbres poèmes de la littérature catalane : Veles e vents [Voiles et vents] de Ausiàs March (1397-1459), mis en musique par et interprété par Raimon.



Veles e vents...

Veles e vents han mos desigs complir,
faent camins dubtosos per la mar.
Mestre i ponent contra d’ells veig armar;
xaloc, llevant los deuen subvenir
ab llurs amics lo grec e lo migjorn,
fent humils precs al vent tramuntanal
que en son bufar los sia parcial
e que tots cinc complesquen mon retorn.

Bullirà el mar com la cassola en forn
mudant color e l’estat natural,
e mostrarà voler tota res mal
que sobre si atur un punt al jorn;
grans e pocs peixs a recors correran
e cercaran amagatalls secrets:
fugint al mar, on són nodrits e fets,
per gran remei en terra eixiran.

Amor, de vós io en sent més que no en sé,
de què la part pijor me’n romandrà;
e de vós sap lo qui sens vós està.
A joc de daus vos acompararé.

[...]

Io tem la mort per no ser-vos absent,
perquè Amor per mort és anul·lats;
mas io no creu que mon voler sobrats
pusca esser per tal departiment.
Io só gelós de vostre escàs voler,
que, io morint, no meta mi en oblit;
sol est pensar me tol del món delit
-car nós vivint, no creu se pusca fer:

aprés ma mort, d’amar perdau poder,
e sia tots en ira convertit
e, io forçat d’aquest món ser eixit,
tot lo meu mal serà vós no veer.
Oh Déu, per què terme no hi ha en amor,
car prop d’aquell io em trobara tot sol?
Vostre voler sabera quant me vol,
tement, fiant de tot l’avenidor.

[...]

Amor, de vós io en sent més que no en sé,
de què la part pijor me’n romandrà;
e de vós sap lo qui sens vós està.
A joc de daus vos acompararé.

Texte établi par Oriol Bohigas, revu par Amadeu J. Soberanas et Noemí Espinàs
Voiles et vents …

Voiles et vents doivent accomplir mes désirs,
par des chemins hasardeux dans la mer.
Mistral et vent d’ouest je vois se lever contre eux
sirocco vent d’est doivent leur venir en aide
avec leurs amis vent grec et vent d’Espagne,
en priant humblement la tramontane
de souffler en leur faveur
et que tous les cinq accomplissent mon retour.

La mer se mettra à bouillir comme terrine au four
changeant de couleur et d’état naturel,
elle montrera tout le mal qu’elle veut
à ceux qui vont sur l’eau en un point du jour ;
les poissons petits et grands courront se cacher
et chercheront des refuges secrets:
fuyant la mer, qui les nourrit et les fait vivre
ils n’auront d’autre issue que la terre.

Amour, de vous je sens bien plus que je ne sais
et le pire va m’échoir ;
car, qui vous connaît, vous ignore.
Au jeu de dés je vous comparerai.

[...]

Je crains la mort pour ne pas être absent de vous,
car Amour par la mort est annulé ;
mais je ne crois pas que mon vouloir
puisse être vaincu par une telle séparation.
Je suis jaloux de votre peu de vouloir à vous
et qu’à ma mort, il ne me précipite dans l’oubli;
cette pensée seule m’ôte tout élan de vie,
car moi vivant, je ne crois pas cela possible;

Après ma mort, perdez le pouvoir d’aimer,
et que tout soit en colère changé,
et moi, contraint de quitter ce bas monde,
tout mon mal sera de ne plus jamais vous voir.
Oh, Dieu, pourquoi l’amour n’a pas de terme,
Est-ce que près de la fin, je me trouverai seul ?
Votre volonté saura quand elle voudra de moi,
craintif mais confiant dans l’avenir.

[...]

Amour, de vous je sens bien plus que je ne sais
et le pire va m’échoir ;
car, qui vous connaît, vous ignore.
Au jeu de dés je vous comparerai.

Traduction: Mary Sanchiz et Miquela Valls
source : Académie de Montpellier. Espace académique catalan. Petite anthologie des littératures occitane et catalane. Ausiàs March , Veles e vents
Ausiàs March - Wikipédia -

Vases communicants : Poesia i música a França #6: Pauvre Rutebeuf

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...