mercredi 12 février 2014

Playlist février 2014 : neuf albums à découvrir sans attendre



Une sélection curieuse de l'actualité musicale, pour partager quelques recommandations, et aborder l'univers d'artistes d'aujourd'hui en leur accordant une écoute attentive, dans l'abondance des sorties du moment.






Morgan Delt
"Doug Tuttle" (Trouble In Mind Records, 2014)
La pochette représentant un mandala annonce la couleur : voyage astral, acid rock, et trip psychédélique sont au programme. Le musicien lo-fi californien Morgan Delt rend hommage aux pionniers du rock planant (Pink Floyd, Can) et aux avant-gardes électroniques des années 60 (Delia Derbyshire/White Noise, Pierre Henry). Hallucinatoire et de très bonne facture. 
(rock psychédélique)



Dumbo gets Mad
"Quantum Leap" (Bad Panda Records, 2013)
Dumbo Gets Mad est un duo formé par deux artistes italiens : Lucas Dumbini (chant, guitare), Carlotta Menozzi (chant, claviers), installés à Los Angeles depuis 2010. Ils se font accompagner sur scène par Andrea Scarfone (basse) et Lorenzo Rotteglia (batterie). Leur premier album Elephants at the Door (2011) est proposé sous Creative Commons en libre téléchargement sur Free Music Archive. Qualifier Quantum leap de pop psychédélique est bien trop réducteur, tant l'album est traversé d'influences et fuse d'inspirations étranges et sorties d'on ne sait où : easy-listening, dance rock, collages sonores, soul, punk, etc. Cet excellent album est disponible en téléchargement, le CD peut être commandé sur le site du label Bad Panda Records.  
(pop lo-fi expérimentale)



Hospitality
"Trouble" (Merge, 2014)
Une pochette bleue pale et grise striée de rayures noires, un titre d'album anti-marketing : Trouble (qu'on peut traduire au choix par difficulté, peine, ennui, problème, dérangement, angoisse), un premier titre fébrile et tendu (Nightingale), Hospitality semble ignorer les règles de la séduction dans la nouvelle économie de l'attention. Ce trio, formé à Brooklyn en 2007 est consisté de la chanteuse, guitariste et songwriter Amber Papini, du bassiste Brian Betancourt, et du batteur Nathan Michel. Michel qui est docteur (PhD) en composition musicale, diplômé de l'Université de Princeton, est également connu pour ses albums de musique électronique expérimentale sur le label Tigerbeat6 (le label de Kid 606). Il est également à la production avec l'ingénieur du son Matt Boynton. Le résultat est un album sombre, introspectif et tourmenté, avec de belles nuances de gris, que l'on ne trouvera jamais en tête de gondole.
(pop )



White Denim
"Corsicana limonade" (Donwtown Records, 2013)
White Denim est un groupe formé en 2006 à Austin, Texas par 4 musiciens : James Petralli (chant, guitare), Joshua Block (batterie), Steven Terebecki (basse), Austin Jenkins (guitare). White Denim reprend le classic rock 70's là où les Allman BrothersSteely Dan et Chicago l'avaient laissé. Leurs compositions à dominante blues rock utilisent des structures complexes, et s'offrent des échappées vers d'autres styles : hard rock, West Coast soft rock, jazz fusion, progressif, soul, country. La maîtrise et la cohésion de l'ensemble ne laissent aucun doute sur la virtuosité des musiciens et leur plaisir de jouer. Un plaisir communicatif d'autant plus que l'album est impeccablement produit en collaboration avec Jim Vollentine (Spoon, White Rabbits). 
(blues rock fusion)



Doug Paisley
"Strong Feelings" (No Quarter, 2014)
L'Amérique du Nord a toujours été prodigue en artistes country folk. Alors pourquoi s'intéresser en particulier à Doug Paisley ? Certainement pour son naturel et la simplicité de son style, sans la pose de lonesome cowboy blasé, ou l'attitude travaillée de loser redneck. Sa musique et sa voix sonnent juste, on entend un artiste dans la lignée de JJ Cale et de Daniel Lanois. Des ballades sobrement chantées. Doug Paisley est un chanteur canadien originaire de Toronto. Il a partagé les tournées de Bonnie Prince Billy. Strong feelings (émotions fortes) est son 3ème album sur le label No Quarter.
(country folk)



Lanterns On The Lake
"Until the Colours Run " (Bella Union, 2013)
Formé à Newcastle en 2008, Lanterns On The Lake réunit la chanteuse et guitariste Hazel Wilde, Paul Gregory (guitare, électronique), Sarah Kemp (violon), Oliver Ketteringham (batterie). Leur style à la fois lyrique et doux-amer combile l'heavently voices (voix célestes à la Cocteau Twins) avec un rock à guitare noisy, post-rock et  shoegaze (My Bloody Valentine).
(dream pop shoegaze)



Allah-Las
"Allah-Las" (Innovative Leisure, 2012)
Dans le catégorie très tendance du revival garage psyché, il y a White Fence et Ty Segall, dont on a déjà parlé, et bien voici les Allah-Las. Tous les codes du rock des années 60 sont repris : réverbération, rythmiques sèches, guitares acides avec effet flanger, tambourin, choeurs. Allah-Las est un quatuor de Los Angeles composé de Miles Michaud (chant, guitare), Pedrum Siadatian (guitare, choeur), bassist/vocalist Spencer Dunham (basse, choeur), Matthew Correia (batterie, choeur). Trois des membres du groupe travaillaient chez Amoeba, une mythique chaîne californienne de magasins de disques. Là, on imagine qu'ils ont eu tout loisir d'analyser les sons et les structures des chansons en vogue pendant les sixties, du style West Coast (Byrds, Grateful Dead, Jefferson Airplane, Big Brother and the Holding Company...), à la British Invasion (Beatles, Rolling Stones, Who, Animals, Kinks),. Et si ça ne suffisait pas niveau contrôle qualité, l'album est produit par Nick Waterhouse, pour sa part érudit et passionné de blues et de R&B.
(revival rock garage psyché )



The Drones
"I See Seaweed" (Autoproduction, 2013)
The Drones sont un groupe australien originaire de Melbourne formé en 1997. Les 5 membres sont Gareth Liddiard (chanteur, guitariste), Fiona Kitschin (bassiste), Dan Luscombe (guitariste solo), Steve Hesketh (clavier) et Michael Noga (batteur). Ecouter I See Seaweed, est un peu comme partir en voyage au cœur des ténèbres. Le chant écorché vif et déclamatoire de Gareth Liddiard n'est pas sans rappeler celui de Peter Hammill dans la sombre discographie de Van der Graaf Generator.
(dark rock)



The Besnard Lakes
"Until in Excess..." (Jagjaguwar, 2013)
The Besnard Lakes sont originaires de Montréal, comme Arcade Fire. Le groupe, signé par le label Jagjaguwar (FoxygenBon IverUnknown Mortal OrchestraWomen) a été formé en 2003 par le couple Jace Lasek / Olga Goreas, qui écrivent et composent les chansons.  
(dream pop shoegaze)

Aucun commentaire:

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...