mardi 13 février 2007

Le chant grégorien : musique française #1

Le Moyen Age est une époque immense et complexe de plus d’un millénaire qui commence avec la chute de l’empire romain d’Occident au Ve siècle, en 476.
Clovis Ier
(v. 465-511), roi des Francs (481-511) est le véritable fondateur de la dynastie mérovingienne. Il est souvent présenté dans la tradition historique française comme l’ancêtre de la nation, et dans la littérature religieuse, comme celui qui, de par son baptême, a fait de la France la « fille aînée de l’Église ». Cependant il demeure un personnage mal connu. Entre 495 et 505, Clovis se fait baptiser à Reims par l’archevêque Remi, et associe pour longtemps l’Eglise catholique et les Rois de France.

Le chant grégorien : le ciment de la liturgie
Appelé également chant ecclésiastique ou plain-chant, c’est le chant de la liturgie catholique romaine dont les textes sont extraits des saintes écritures. Cette tradition musicale à des sources multiples venant de Syrie, de Palestine, de Grèce antique et de Rome .Le chant grégorien est monodique (tous les moines chantent à l’unisson), et sans accompagnement instrumental.
Pourquoi « grégorien » ?
Parce que l’on attribue sa création au pape Grégoire 1er (540-604), qui n’est pas compositeur, mais qui aurait décidé de collecter tous les chants liturgiques chantés aux 4 coins de l’Europe. Il aurait ainsi effectuer sa sélection, et estampiller de grégoriens tous les chants qui lui convenaient. Deux siècles plus tard, en 813 Charlemagne, au concile de Tours, impose le grégorien à tout l’Empire, contre d’autres formes de chant ecclésiastique de rite non romain, comme le chant mozarabe d’Espagne, le chant celtique d’Irlande, le chant ambrosien au Nord de l’Italie, ou le gallican de Gaule. C’est à partir du IXe siècle que l’on trouve sa trace dans les manuscrits liturgiques.
Le chant grégorien se pratique et se perpétue ainsi jusqu’au Xe siècle. Il est "récitatif", et reste inséparable du texte : une syllabe = une note.
Au fil des siècles, il sera sapé de l’intérieur par : les sophistications progressives de la polyphonie : ars antiqua, ars nova et école franco-flamande et les nouvelles influences musicales , ainsi que les nouveaux instruments à cordes et à vent que les troubadours rapporteront des croisades. Mais nous verrons cela une prochaine fois... ;-).
Sélection discographique disponible à la Médiathèque de Dole :
1000 ans de chant grégorien / Dominique Vellard ; Deller Consort ; Anonymous 4 ; Ensemble Organum ; Theatre of Voices. - Harmonia Mundi (La musique des siècles)
Cantus aeternus : splendeur du chant grégorien / Moines de l'abbaye de Solesmes . - Accord : Universal


Bibliographie : Les voix du plain-chant / Marcel Pérès, Jacques Cheyronnaud. - Desclée de Brouwer, 2001 (+ 1 CD)
L'essai est le fruit d'une rencontre, celle d'un musicien et d'un ethonologue est souligne l'impossibilité de réduire aujourd'hui le chant d'église au seul chant grégorien, tel qu'il a été consigné au 19e siècle dans le modèle solesmien.
A lire également sur le site Musicologie, l'article sur le Plain-chant

Aucun commentaire:

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...