lundi 23 avril 2007

Rameau et la musique au siècle des Lumières : histoire de la musique française

Jean-Philippe Rameau (1683-1764)
Rameau figure parmi les plus grands musiciens du XVIIIe siècle, c'est également un théoricien majeur de la musique. Il est contemporain de Jean-Sébastien Bach, d’Antonio Vivaldi.
Né à Dijon, où son père était organiste, Rameau voyage en Italie à l'âge de 18 ans puis s'installe à Paris où il compose son Premier Livre de pièces de clavecin (1706). Il est employé comme organiste dans plusieurs villes françaises, notamment à Dijon, et Clermont-Ferrand, où il demeure jusqu'en 1722, et rédige son Traité de l'harmonie réduite à ses principes naturels (1722). En 1723, il revient à Paris, il enseigne le clavecin et la théorie musicale, publiant en 1726 le Nouveau Système de musique théorique.
Interprète, compositeur et théoricien de la musique, il ne vient à l'opéra que tardivement, à 48 ans. Son premier opéra, Samson (1731), sur un livret proposé par Voltaire, est censuré.

Rameau se trouvera au cours de sa carrière mêlé malgré lui à deux controverses :

La querelle des lullistes et des ramistes
Sa musique est d'abord violemment critiquée par les admirateurs de Lully, qui considèrent le modernisme de Rameau comme une trahison. Rameau s'inscrit malgré ses audaces dans la continuité de Lully. C’est la tragédie en musique Dardanus qui fait donc éclater en 1739 cette polémique. Elle rappelle dans sa forme la fameuse querelle des anciens et des modernes qui avait partagée le monde littéraire vers 1670. Diderot donne de cette querelle musicale une description savoureuse dans un de ses meilleurs ouvrages : le Neveu de Rameau.
La querelle des Bouffons
Dans les années 1750, Rameau est de nouveau pris à parti lors de la querelle des Bouffons par Rousseau et d'autres partisans de la musique italienne comme le Comte de Grimm. Cette violente polémique se développe à l'occasion de la présence à Paris d'une troupe d'opéra comique italien venue représenter La Serva padrona (La maîtresse servante) de Pergolèse.

« Je crois avoir fait voir qu'il n'y a ni mesure ni mélodie dans la musique française parce que la langue n'en est pas susceptible ; que le chant français n'est qu'un aboiement continuel, insupportable à toute oreille non prévenue ; que l'harmonie en est brute, sans expression, et surtout uniquement en remplissage d'écolier ; que les airs français ne sont point des airs ; que le récitatif français n'est point du récitatif. D'où je conclu que les Français n'ont point de musique et n'en peuvent avoir, ou que, si jamais ils en ont une, ce sera tant pis pour eux. » Jean-Jacques Rousseau (1753)

Les propos de Rousseau sont surtout le signe d'une aigreur, il a composé un opéra « Le devin du village » qui n'a pas marché. Il règle ses comptes dans ses écrits sur la musique, dans des articles édités dans l'encyclopédie Diderot et d'Alembert, et dans son dictionnaire de la musique. Il écrit beaucoup sur la musique, notamment dans son traité sur l'origine des langues, dont le sous-itre est "Où il est parlé de la Mélodie et de l'Imitation musicale".
Ces virulentes polémiques n'éclipsent pas le succès de Rameau en tout cas pas dans l'immédiat. Après la Révolution de 1789, cette musique deviendra peu à peu le symbole des valeurs aristocratiques de l'ancien régime qui a été renversé : une musique décrétée précieuse, maniérée en un mot désuète.
Elle ne sera vraiment réhabilitée, (malgré l'admiration que lui vouait Debussy) qu'à la fin du 20 siècle, au début des années 1980, grâce à Philippe Beaussant et à William Christie.
Rameau meurt à 81 ans, pendant les répétitions de son dernier opéra, les Boréades (1764). Outre les tragédies lyriques comme Hippolyte et Aricie (1733), Castor et Pollux (1737), Zoroastre (1749), Rameau composa des opéras-ballets, dont les Indes galantes (1735). La musique de Rameau est dédiée à la danse. Outre ses opéras-ballets, il écrit des partitions de ballet pur, et ses quelque trente ouvrages scéniques font une large place à la chorégraphie.
Discographie disponible à la Médiathèque de Dole
Castor & Pollux : tragédie lyrique en un prologue et cinq actes / Pierre Joseph Bernard, livret ; Howard Crook, Jérôme Corréas, Agnès Mellon... [et al.], chant ; Les Arts Florissants ; William Christie, dir. - Harmonia Mundi 1993

Hippolyte et Aricie : tragédie en musique en cinq actes et un prologue / Simon-Joseph Pellegrin, livret ; Véronique Gens, Jean-Paul Fouchécourt, Bernarda Fink... [et al.], chant ; Ensemble Vocal Sagittarius ; Les Musiciens du Louvre ; Marc Minkowski, dir. - Detsche Grammophon : UNiversal, 1995

Castor et Pollux : version de chambre de 1754 / Christophe Einhorn, Jérôme Corréas, Cyrille Gerstenhaber... [et al.] ; XVIII-21, Musique des Lumières, ens. instr. ; Jean-Christophe Frisch, dir.- Astrée : Naïve, 1998

Les fêtes d'Hébé ou les Talens Lyriques : opéra-ballet en un prologue et trois entrées /Daneman, Connolly, Fouchécourt...[et al.], chant ; Les Arts Florissants ; William Christie, dir. - Erato : Warner Music, 1998

Les Indes Galantes / Claron McFadden ; Sandrine Piau ; Isabelle Poulenard, chant ; Myriam Gevers, 1er violon ; Les Arts Florissants, ens. vocal et instr. ; William Christie, dir.. - Harmonia Mundi 1999

Pygmalion : acte du ballet ; Nélée et Myrtis : acte de ballet/ Choeur et orchestre Les Arts Florissants ; William Christie, dir. - Harmonia Mundi, 1999

Pièces de clavecin en concerts / Les Nièces de Rameau. - Accord, 1999

Les grands motets / Suzanne Gari, S ; Lieve Monbaliu, S ; Henri Ledroit, CT ; Guy de Mey, T ; Stephen Varcoe, BAR ; Peter Kooy, B ; La Chapelle Royale, choeur ; Philippe Herreweghe, dir. - Harmonia Mundi, 2000

Dardanus / John Mark Ainsley, Véronique Gens et Laurent Naouri, voix ; Les Musiciens du Louvre, orch. ; Marc Minkowski, dir. - Deutsche Grammophon : Universal Music, 2000

Platée : ballet bouffon en 1 prologue et 3 actes / Jean-Philippe Rameau ; Gilles Ragon, Jennifer Smith, Guy de Mey, ... et al., chant ; Ensemble vocal Françoise Herr ; Les musiciens du Louvre ; Marc Minkowski, dir. - Erat : Warner Music, 2001

Nouvelle suites / Jean-Philippe Rameau. Hommage à Rameau / Claude Debussy ; Alexandre Tharaud, p. - Harmonia Mundi, 2001

Naïs & Zoroastre : suites orchestrales / Orchestra of the Eighteen Century ; Frans Brüggen, dir. - Harmonia Munid, 2001

Une symphonie imaginaire [une sélection d'oeuvres orchestrales et de ballets] / Les Musiciens du Louvre (Grenoble) ; Marc Minkowski, dir. - Deutsche Grammophon, 2005

Le berger fidèle ; Thétis ; & pièces en concerts /Karine Deshayes, S ; Alain Buet, B ; Benjamin Lazar, récitant ; Les Musiciens de Monsieur Croche. - Alpha, 2005

Aucun commentaire:

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...