mercredi 30 janvier 2008

Dmitri Chostakovitch : "Lady Macbeth de Mzensk"

« La plupart de mes symphonies sont des monuments funéraires. Trop de gens chez nous ont péri on ne sait où et nul ne sait où ils sont enterrés, même leurs proches ne le savent pas. C’est ce qui est arrivé à nombre de mes amis. Où peut-on ériger un monument à Meyerhold ? Seule la musique peut le faire. Je suis prêt à dédier une œuvre à chacune des victimes. Malheureusement c’est impossible, alors je leur dédie toute ma musique. » Dmitri Chostakovitch

Lady Macbeth De Minsk [=Леди Макбет Мценского уезда ]: opéra [extrait] (Scène du repas de mariage de Katerina et de Sergi).
Acteurs : Marketa Hrubeÿova, Michael Dlouhy. Chanteurs : Galina Vishneskaya, Nicolai Gedda. London Philharmonic, Mstislav Rostropovich, dir. Un film de Petr Weigl (1992)
Pendant la noce, un invité ivre découvre le cadavre de Zinovy, le premier mari assassiné de Katerina caché dans la cave à vin et court prévenir la police.

source de la vidéo : http://www.archive.org/details/lady_macbeth_of_mtsensk

"Après l’instauration officielle du réalisme socialiste en 1934, l’épuration commence et s’intensifie en 1936. Le 5 janvier, le Comité des affaires artistiques, créé près le Narkompros, décrète la fermeture du MHAT-2 [Théâtre d'Art]. Molière de Bulgakov est retiré de l'affiche à la Filiale du Théâtre d’Art deux mois plus tard. La presse traîne dans la boue l’opéra de Šostakovič, Lady Macbeth du District de Mcensk dans la mise en scène du Bolchoï (alors que Nemirovič-Dančenko donne l'œuvre dans son Théâtre musical sous le titre de Katerina Izmajlova depuis 1933) 5, puis attaque l’opéra-bouffe Les Preux de Dem’jan Bednyj joué au Théâtre de Chambre. Les metteurs en scène les plus audacieux : Mejerhol’d, Tairov, Ohlopkov, Zahava, Popov, Radlov sont appelés à la barre pour avouer leur formalisme. Cette série d’autocritiques marque la fin de l’hégémonie du metteur en scène. Le texte doit désormais être « servi » au plus près par l’acteur. La mise en scène tend à disparaître comme art, elle n’a plus qu’une fonction auxiliaire. [...] L’arrestation de Mejerhol’d en juin 39 scelle tragiquement ce que l’on peut considérer comme la première partie de l’histoire du théâtre soviétique. Indépendamment de la guerre, les plus grands metteurs en scène ont été réduits au silence, parfois fusillés, parfois envoyés en camp d’où quelques-uns seulement (Dikij, Sahnovskij, Varpahovskij) sortiront vivants." Marie-Christine Autant-Mathieu : "Le dressage du théâtre soviétique dans les années 1930 et 1940" in Cahiers slaves n° 8 "Le réalisme "socialiste" sans la littérature et l'art des pays slaves"

Une excellente analyse de l'opéra Lady Macbeth de Mzensk (article de Catherine Scholler sur ResMusica)

sur le metteur en scène et ami de Dmitri Chostakovitch : Vsevolod Meyerhold (article Wikipedia)
Toujours sur Wikipédia, l'article sur Lady Macbeth du district de Mtsensk

Aucun commentaire:

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...