samedi 15 mars 2008

Erik Satie "Parfait entourage" : la 10ème symphonie de Beethoven

"Il aimait le système décimal. «J'ai dix doigts», expliquait-il."


"Vivre nu au centre d'oeuvres glorieuses de l'Art est une des plus grandes joies qui puissent se ressentir. Parmi les précieux monuments de la pensée humaine que la modestie de ma fortune m'a fait choisir pour partager ma vie, je parlerai d'un magnifique faux Rembrandt profond et large d'exécution, si bon à presser du bout des yeux, comme un fruit gras, trop vert.
Vous pourriez voir aussi, dans mon cabinet de travail, une toile d'une beauté incontestable, objet d'admiration unique : le délicieux Portrait attrribué à un inconnu.
Vous ai-je parlé de mon Téniers simulé ? C'est une adorable et douce chose, pièce rare entre toutes.
Pourtant ce qui surpasse ces oeuvres magistrales, ce qui les écrase du poids formidable d'une géniale majesté, ce qui les fait pâlir par son éblouissante lumière ? Un faux manuscrit de Beethoven - sublime symphonie apocryphe du maître - acheté pieusement par moi il y a dix ans, je crois.
Des oeuvres du grandiose musicien, cette 10e symphonie, encore ignorée, est des plus somptueuses. Les proportions en sont vastes comme un palais ; les idées en sont nombreuses et fraîches ; les développements en sont précis et justes.
Il fallait que cette symphonie existât : le nombre 9 ne saurait être beethovénien. Il aimait le système décimal. "J'ai dix doigts", expliquait-il.
Venus pour absorber filialement ce chef-d'oeuvre de leurs oreilles méditatives et receuillies, quelques-uns, sans raison, crurent à une conception inférieur de Beethoven, et le dirent. Ils allèrent plus loin même.
Beethoven ne peut être inférieur à lui-même, dans aucun cas. Sa technique et sa forme restent augurales. Il ne s'intimide pas du contrefait imputé à sa personne artistique.
Croyez-vous qu'un athlète, longuement célébré, dont la force et l'adresse furent reconnues par les triomphes publics, s'infériorise du fait de porter aisément un simple bouquet de tulipes et de jasmins assemblés ? Est-ce moindre si l'aide d'un enfant s'y ajoute ?
Vous n'y encontrerez pas. "
Erik Satie (1866-1925), "Parfait entourage", in Mémoires d'un amnésique

Erik Satie : Trois morceaux en forme de poire : Manière de commencement
Psychodrame en chambre entre nounours et marionnettes autour d'une bibliothèque (film d'animation de Rémy Demichelis)


source : http://demichelis.over-blog.com/archive-02-2007.html

Aucun commentaire:

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...