vendredi 9 mai 2008

Franz Schubert : Quatuor à cordes en ré mineur "Der Tod und das Mädchen"

La Jeune Fille et la Mort

La jeune fille :
Va-t'en! Ah! va-t'en!
Disparais, odieux squelette!
Je suis encore jeune, va-t-en!
Et ne me touche pas.

La Mort:
Donne-moi la main, douce et belle créature!
Je suis ton amie, tu n'as rien à craindre.
Laisse-toi faire! N'aie pas peur
Viens sagement dormir dans mes bras

Matthias Claudius (traduction française)


Ecrite en 1824, par un compositeur de 27 ans, l'oeuvre fut exécutée pour la première fois en 1826, elle semble avoir été accueillie assez fraîchement , car Schubert ne parviendra pas à la faire publier de son vivant. La partition fera l’objet d’une édition posthume chez Czerny en 1832. Sans doute la Jeune fille et la Mort est le plus connu des quinze quatuors de Schubert, l'oeuvre emprunte son surnom à son deuxième mouvement dont le thème est repris d’un lied (D. 531) mettant en musique un poème de Mathias Claudius.
Le thème de la mort est renforcé par la tonalité funèbre de ré mineur.
Schubert a eu rarement recours à l’auto-citation, c'est le cas cependant avec quelques autres lieder dont les thèmes se prêtèrent à des variations instrumentales : la Truite pour le Quintette D. 667, Fleurs desséchées du cycle de la Belle Meunière pour des variations pour flûte et piano D. 802 , Le Voyageur avec la Wanderer-Fantasie D. 760
Dans la recherche des influences qui ont pu amener à la genèse de l’œuvre, les musicologues évoquent le thème de la statue du Commandeur dans l’opéra Don Giovanni de Mozart, ainsi que le thème du deuxième mouvement de la septième symphonie de Beethoven. Deux compositeurs, qui avec Haydn, ont exercés sur Schubert une influence déterminante. C’est particulièrement le cas avec ce quatuor qui dans la globalité de ses quatre mouvements possède une dimension « beethovénienne » clairement perceptible dans le premier mouvement.
Pour le deuxième mouvement Andante con moto (que l’on peut traduire par "aller à pas égaux avec une certaine animation"), « Schubert transposa le lied de ré mineur en sol mineur et réduisit le matériau musicale à un « thème » en deux parties, ensuite développé et modifié en cinq variations » (Klaus Häfner)
Ce deuxième mouvement se structure en cinq variations, en tonalité de sol mineur mise à part la 4ème variation en tonalité de sol majeur.

Franz Schubert, Quatuor à cordes en ré mineur, n° 14, D. 810 "La Jeune Fille et la Mort", deuxième mouvement Andante con moto (extrait) par Erin Lawson, Zacharu Sanders, violon ; David Zitney, alto ; Matthew Harman, violoncelle


Discographie disponible à la Médiathèque de Dole :
Quatuor à cordes en ré mineur D 810 "La jeune fille et la mort" ; Quatuor à cordes en ut majeur D 32 / Franz Schubert, comp. ; Artis Quartet. - Sony Classical, 1993

Trio pour cordes D 581 ; " Eine kleine Trauermusik " D 79 ; Quatuor pour cordes No. 14, D 180 "Das Mädchen und der Tod" [La jeune fille et la mort] / Franz Schubert ; Prazak Quartet ; Kocian Quartet ; Czech Nonet

Quatuor en ré mineur, D 810 "La jeune fille et la mort" ; Mouvement de Quatuor en ut mineur, D 703 / Franz Schubert, comp. ; Quatuor Amadeus. - Deutsche Grammophon, 1983

Quatuors à cordes : D 804, 89, 94, 74, 112, 353, 810 "La jeune fille et la Mort" [enr. sonore] / Franz Schubert, comp. ; Auryn Quartett. - (Complete string quartets ; 1). - CPO

Source : Guide de la musique de chambre / sous la dir. de François-René Tranchefort ; avec la collab. de Adélaïde de Place, Pierre-Emile Barbier, Harry Halbreich, ...[et al.]. - Fayard, 1998. - 995 p. ; 21 cm. - (Les indispensables de la musique)

Ill : La Jeune Fille et la Mort, eau-forte d' Edvard Munch (1894)

Aucun commentaire:

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...