vendredi 28 novembre 2008

CD : Stephan Oliva "Ghosts of Bernard Herrmann"

Stephan Oliva, en concert à la médiathèque de Dole
Vendredi 28 novembre , 20h30
Forum Marcel Aymé (entrée libre et gratuite)


Vertigo (Bernard Herrmann, comp. ; Stephan Oliva, piano)


Stephan Oliva : Ghosts of Bernard Herrmann, Illusions, 2007 (Disque d'émoi Jazz magazine, Choc JazzMan, Sélection Inrockuptibles)
Les titres :
«a»1 Nocturne / Andante cantabile
The Ghost and Mrs Muir, Joseph Leo Mankiewicz , 1947
2 Journey to the Center of the Earth – Suite
Journey to the Center of the Earth Henry Levin, 1959
3 Radar / Space control
The Day the Earth stood still Rober Wise, 1951
4 Prelude
Obsession Brian de Palma, 1976
5 Vertigo
Vertigo Alfred Hitchcock, 1958
6 The Birthday
Sisters Brian de Palma, 1973
7 Psycho – Suite
Psycho (Psychose) Alfred Hitchcock, 1960
8 Prelude / The Road / The Bedroom
Fahrenheit 451 François Truffaut, 1964
9 Memory Waltz
The Snows of Kilimanjaro Henry King, 1952
10 Ouverture / Xanadu
Citizen Kane Orson Welles, 1940
11 All the Animals come out at Night
Taxi Driver Martin Scorsese 1975

L'avis des critiques :
"[Certains disques] semblent n'appartenir qu'au domaine des relations forcément intimes qu'un rédacteur aura entretenues avec tel ou tel album. C'est le cas de la magnifique relecture pour piano solo par Stephan Oliva des oeuvres sous hypnoses savantes écrites pour le cinéma par Bernard Herrmann."
Christophe Conte, Les Inrockuptibles, Best of 2007

"A la différence de nombre de ses brillants confrères qui se sont imposés dans l'industrie cinématographique (Tiomkin, Raskin, Morricone, Schifrin...) à force de thèmes, ou même de "tubes", Bernard Herrmann (1911-1975) était sans doute moins un dénicheur de gemmes mélodiques qu'un pénétrant sculpteur de vibrations et masses sonores et un orfèvre du mouvement : un véritable, et donc rare, artisan de ce produit qu'on appelle musique de film. [...] Stéphan Oliva partage avec Herrmann le soucis de ne travailler qu'avec et sur des matériaux à travers lesquels sont tissables pour lui de vraies affinités, manière exemplaire d'insister, d'aller en profondeur, d'exhumer des émois secrets."
Philippe Carles, Jazz Magazine (Disque d'émoi)

"Au centre de cet enregistrement de toute beauté et d'une grande intelligence (choix des compositions, organisation des thèmes, interprétation et improvisations), il y a une cohérence et une intensité exceptionnelles : le «Prélude» d'Obsession (Brian de Palma, 1976), Vertigo (Sueurs froides, 1958), composition éblouissante pour le plus beau film d'Alfred Hitchcock, Sisters (Soeurs de sang, de Palma, 1973), et Psycho (Hitch toujours, 1940). Passent autour le thème de Citizen Kane (Orson Welles, 1940), jusqu'au crépusculaire motif de Taxi Driver (Martin Scorsese, 1976) [...]",
S. Si., Le Monde

"Stéphan Oliva a fait sien le sens de l'intrigue de Bernard Herrmann, la part d'onirisme, ces décalages infimes et soudains qui nous font presque basculer de l'autre côté du miroir (une modulation en fin de phrase suffit à changer le regard). Rarement le travail de plasticien du pianiste n'a été plus abouti."
Thierry Lepin, Jazzman, Choc

"Fin connaisseur de l'oeuvre de [Bernard Herrmann] qu'il ne réduit pas au seul partenariat avec Hitchcock (les BO pour Mankiewicz, De Palma, Truffaut, Welles ou Scorsese sont aussi à l'honneur sur ce disque) le jazzman donne à ce projet casse-cou un caractère d'évidence. Partagée entre mélodies fragiles et phrases lancinantes, esquisses impressionnistes et motifs expressionnistes, la musique d'Herrmann semble avoir été écrite pour explorer les ressources intimes du piano. "
Richard Robert, Les Inrockuptibles.

"Un motif, trois notes perlées en guise de madeleine de Proust, et c'est pour lui comme pour nous l'amorce d'un troublant et splendide jeu de mémoire. Images, sons, atmosphères, tout se mêle. Vous avez dit «Vertigo» ?"
B.L., Le Nouvel Observateur

Il y a dix ans, Stephan Oliva avait déjà consacré un disque à la musique de film pour la série Jazz'n (E)Motion chez RCA Victor/BMG, série qui rassemblait les enregistrements de quatre autres pianistes de renom : Martial Solal, Steve Kühn, Paul Bley, Alain Jean-Marie.
Stephan Oliva Jazz'n (E)Motion : film music on the piano (BMG RCA Victor 1998)
Titres : Rosemary'S Baby ; Vertigo ; The Miracle Worker ; India Song ; Touch Of Evil ; Who's Afraid Of Virginia Wolf ; Le Mépris ; Casanova ; Le Paradis Perdu; The State Of Things ; Accatone - La Passion Finale Selon Saint Matthieu ; Two Lonely People ; Rosemary's Baby (Final)

1 commentaire:

Mademoiselle Catherine a dit…

Hmmm... voilà qui me séduit !
Merci du conseil :)

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...