vendredi 19 juin 2009

Jean Sibelius : Sonatine pour piano en fa dièse mineur, Op. 67, N° 1, II & III

Sonatine n° 1 de Jean Sibelius par Glenn Gould
Mouvements II : Largo & III : Allegro moderato


"Écrites en 1912 - année qui suivit celle de la création de la Quatrième Symphonie et qui précède la composition de cet extraordinaire poème que sera Luonnotar -, ce sont là des œuvres d'une toute autre importance en dépit de leur brièveté : des deux partitions citées, elles partagent l'esthétique de dépouillement et d'ascèse [...]. Cette esthétique même semble avoir été gage de réussite : on sent les trois Sonatines véritablement écrites pour l'instrument, qui ne tente pas - cette fois - de se substituer à l'orchestre ; et la faible durée de chacun des trois mouvements qui les constituent provoque une concentration de l'expression à laquelle se montra sensible Glenn Gould : ... « Les trois Sonatines me fascinent. Elles ont la même concision spartiate que les symphonies, mais leur style est presque néo-classique. » [...] En particulier la première sonatine, en fa dièse mineur [...], dont on remarque d'emblée la maîtrise formelle (de courtes idées, aucun développement inutile), l'aisance inaccoutumée de l'écriture, très linéaire, l'absence d'empâtements sonores, les proportions équilibrées."
Guide de la musique de piano et de clavecin, sous la dir. de François-René Tranchefort, Fayard, 1998 (Les indispensables de la musique), p. 782

« Sur le plan stylistique, ses œuvres pour piano sont caractérisées par un contre-point parcimonieux et morne, aux motifs retenus, bref, un contrepoint que personne ne semble pourvoir écrire au Sud de la Baltique. »
Glenn Gould, cité par Michael Stegemann, livret du double CD The Glenn Gould Edition : Grieg, Bizet, Sibelius : piano works, Sony, 1992 (SM2K 52 654)

"Sonatine n° 1 (en fa dièse mineur). - La plus réussie des trois. [...] Accents religieux du largo, comme un cantique, où les cadences évoquent des vapeurs d'encens. Dans l'allegro moderato final tinte la clochette d'une octave brisée, au-dessus d'un petit thème pensif, qui lambine et s'engourdit, et dont on arrive pas à décider s'il est gai ou triste."
Guy Sacre, La musique de piano : dictionnaire des compositeurs et des œuvres. [2], J-Z, R.Laffot (Bouquins), p. 2699



Enregistrement disponible à la Médiathèque de Dole :

Sonate pour piano en mi mineur, Op. 7
[enr. sonore] / Edvard Grieg, comp. Premier Nocturne en fa majeurVariations chromatiques / Georges Bizet, comp. Sonatines pour piano en fa dièse mineur, Op. 61 No. 1, en mi majeur, Op. 67 No. 2, en si bémol mineur, Op. 67 No. 3. Trois pièces lyriques pour piano, Op. 41 "Kyllikki" / Jean Sibélius, comp. ; Glenn Gould, p. - Sony Classical, 1992. - 2 disques compacts + 1 livret. - (The Glenn Gould Edition)

Aucun commentaire:

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...