vendredi 26 février 2010

Le swing et la Big Band Era . Une histoire du Jazz. 1ère époque (5/6)

par @macimo

Une manière d’interpréter le jazz
Le swing c’est le balancement caractéristique de la musique de jazz obtenue en jouant les croches de façon ternaire et en accentuant toujours la partie faible du temps. Le fameux cha ba da ba da ba, une pulsation marquée généralement par la cymbale charleston.

L’ère des grands orchestres
Le swing désigne une période faste pour le jazz. Appelée middle jazz ou swing era cette période commence à la fin des années 20 et se poursuit jusqu’à la fin de la seconde guerre mondiale, marquant l’âge d’or et l’apogée des big banBuild your own custom video playlist at embedr.comds.



Un big band est un orchestre composé d’au moins 10 musiciens
Entre 1930 et 1945, le nombre se stabilise autour d’une quinzaine des musiciens, organisés en sections :
  • anches : trois à cinq saxophones,
  • trompettes : de deux à cinq,
  • trombones : deux ou trois,
  • section rythmique : piano, contrebasse, guitare, batterie et autres percussions.
Ce format dit classique est encore assez souvent privilégié par les orchestres qui se consacrent a ce répertoire.

Le Swing, une des premières musiques urbaines
Après la fermeture des bars de Storyville, le quatier réservé de la Nouvelle-Orléans en 1917, les musiciens se voient forcés d'émigrer dans les grandes métropoles du Nord : Kansas City, Chicago, New York.

Kansas City et la prohibition

Située au confluent des rivières Missouri et Kansas, Kansas City, appelée la nouvelle Storyville, était dans les années 1930 une ville multiculturelle , dynamique et prospère. Cette prospérité était due en partie à la politique du Maire de l’époque, Tom Pendergast qui accordait quelques libéralités quand à la réglementation concernant les débits de boisson. Cette permissivité ne fut pas sans conséquence quand à l’attrait que la ville exerça sur le public et les musiciens de Jazz . On pouvait notamment y entendre l’orchestre de Count Basie, (formé à partir de plusieurs groupes de la ville) dans lequel évoluèrent des solistes comme Herschel Evans et Lester Young.

Chicago

A Chicago (Illinois), les offres d’embauche étaient dés le début des années 20 plus importantes.
C’est dans cette ville que l’orchestre typique de la Nouvelle-Orléans va petit à petit se transformer, confronté à un nouveau public plus urbain.
La section des saxophones va prendre de l’importance, et l’instrument deviendra également soliste.
La contrebasse et la guitare remplacent désormais le tuba et le banjo.
Des jeunes musiciens de la middle class blanche s’intéressent à cette musique créant ainsi un style plus policé et commercial et qui va plaire au public blanc qui fréquentait les dancing de Chicago. Le clarinettiste Benny Goodman, natif de Chicago, faisait parti de ces musiciens.

New York

Le Jazz est né à la Nouvelle-Orléans, il a grandi à Chicago mais c'est à New York que l'histoire du swing va prendre son essor avec le big band de Fletcher Henderson dès la fin des années 20.
Durant cette période le Cotton Club accueille l’orchestre de Duke Ellington et celui de Cab Calloway.
Car la musique swing doit être comprise d’abord comme une musique de danse, elle accompagne de nombreux pas à la mode : boogie-woogie, jive, suzie Q, etc.
L’utilisation de la radio favorisa considérablement la popularité de cette musique.

Los Angeles

La Californie, en particulier Los Angeles, est depuis le début du XXe siècle est un des hauts lieux du Jazz. Au début de la Seconde Guerre mondiale, la Californie connaît un fort boom économique et l'activité des clubs de Jazz se fait plus intense Des grands orchestres à la musique audacieuse apparaissent comme l'orchestre de Woody Herman avec son Second Herd et celui de Stan Kenton. Ces deux formations vont compter en leur sein beaucoup de futures vedettes du Jazz West Coast. Wikipédia, Jazz West Coast

Le big band, facteur de mixité raciale ?
La lente dissolution de la ségrégation raciale s'amorça chez les musiciens au milieu des années trente, quand Benny Goodman engagea le pianiste Teddy Wilson, le vibraphoniste Lionel Hampton et le guitariste Charlie Christian.

La fin des big bands
Après avoir connu un immense succès la plupart des grandes formations orchestrales vont péricliter pour des raisons économiques à la fin des années 40, laissant la place à des formations plus réduites appelées combos.


Articles Wikipédia
http://fr.wikipedia.org/wiki/Swing_%28courant%29
http://fr.wikipedia.org/wiki/Big_band

Disques
  • Grands orchestres Duke Ellington, Count Basie, Benny Goodman
  • Swing : era big bands, 1934-1947
  • Duke Ellington and his orchestra 1930
  • At Carnegie Hall 1938 Benny Goodman
  • Jazz dance music : 1923-1941. - Frémeaux et Associés
  • Cotton Club : Harlem 1924 - Broadway 1936. - Frémeaux et Associés
  • Cab Calloway.- Masters of jazz
  • Duke Ellington and His Orchestra 1924-1927. - Classics
  • Benny Goodmanat Carnegie Hall 1938. - Columbia

Méthodes partitions
  • Easy piano / Ellington ; Arr. by John Brimhall. - Warner Bros.
  • Benny Goodman Swing Classics : Clarinet solos with piano accompaniment - Hal Leonard.
  • Méthode de clarinette : du swing au be-bop [mus. imprimée]. / Michel Pellegrino. - HL music
Films et Concerts en DVD
  • Count Basie at Carnagie Hall, 1981
  • Kansas city (1996) un film de Robert Altman ; Avec Michael Murphy, Miranda Richardson, Harry Belafonte. [Evocation de Kansas City, ville de tous les dangers, dans les années trente à travers les aventures d'une jeune télégraphiste qui kidnappe la femme d'un homme politique influent, afin d'obtenir la libération de l'homme qu'elle aime, petit malfrat tombé dans les griffes des gangsters.]

Aucun commentaire:

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...