samedi 6 mars 2010

Le Bebop. Une histoire du Jazz. 1ère époque (6/6)

par @macimo


(Charles Mingus - Thelonious Monk - Charlie Parker)

Dans les années 40, perpétuant la tradition des jam sessions, de jeunes musiciens qui jouaient dans les big bands prirent l’habitude de se réunir en petit comité afin d’expérimenter une musique plus aventureuse que celle qu’ils pratiquaient au sein de ces grandes formations.
Parmi eux, le trompettiste Dizzy Gillespie, le saxophoniste Charlie Parker, le pianiste Thelonious Monk, le batteur Max Roach conçurent une nouvelle façon de jouer le jazz : le bebop.

Le terme bebop est une onomatopée scattée : be-bop, re-bop
Le scat étant une forme d’improvisation vocale où l'on chante des onomatopées à la place des paroles.

About this sound Jouez les notes


Ce courant musical émergea à New York, plus précisément au Minton’s Playhouse, un club de jazz de Harlem, où se produisaient Kenny Clarke, Thelonious Monk, Dizzy Gillespie et Charlie Christian au tout début des années 40.



Invention et virtuosité
Le bebop va bousculer très fortement l’univers du jazz, portant au plus au point la quête de liberté et le dépassement des limites, en exigeant des musiciens une grande virtuosité et un sens aigu de l’improvisation. Le thème musical sert de prétexte au développement de chorus improvisés sur la trame harmonique des standards.
Les musiciens de bebop vont donner au jazz ses lettres de noblesse, ce n'est plus seulement une musique de danse et de distraction, mais une musique d’avant-garde que l'on écoute avec attention.


Bebop fashion
Le bebop participa aussi à l’émancipation des mentalités et influença différents domaines de la culture afro-américaine dont la mode vestimentaire : le béret basque, les lunettes à grosse monture, le pantalon ample, la veste large et la barbiche en étaient les accessoires principaux.


Bird ou le prix de la liberté
Poussant cette quête d’absolu à son paroxysme, le saxophoniste Charlie Parker (1920-1955), surnommé Bird, sombra dans les paradis artificiels au terme d’une carrière éclaire. Mais ce qu’il apporta au jazz fut reconnu assez tôt :un célèbre cabaret new-yorkais qui ouvrit en 1949, fut baptisé Birdland en son honneur.

Sites web

Disques
  • Birth of Be Bop : Whichita - New York : 1940-1945. - Frémeaux
  • Bebop spoken. 3 volumes (confirmation, tempus fugit, disorder at the border). - Proper records, 2000
  • 1947-1949 / Dizzy Gillespie and his Orchestra. - Classic Records
  • The Quintessence New-York - Chicago 1940-1947 / Dizzy Gillespie. - Frémeaux
  • Bird and Diz Charlie Parker ; Dizzy Gillespie. - Verve, 1997
  • Pleyel Jazz Concert 1953 / Dizzy Gillespie Quintet. - Vogue, 1996
  • Dizzy Gillespie par Isabelle Leymarie
  • Charlie Parker par Christian Gauffre et Jean-Louis Chautemps. - Vade Retro, 1997
  • The Quintessence New-York - Hollywood 1942-1947 / Charlie Parker. - Frémeaux
  • Groovin' High / Dizzy Gillespie. - SPA, 1992
  • Gillespiana / Dizzy Gillespie and His Orchestra. - Verve
  • Complete Savoy Masters Charlie Parker
  • Clifford Brown and Max roach at Basin Street. - Emarcy, 1990
  • Max / Max Roach. - Chess Mates
  • Memorial Album / Clifford Brown. - Blue Note, 1998
  • The Fabulous Fats Navarro. volumes 1 & 2. - Blue Note, 2000
  • 1947-1949 / Fats Navarro. - Classic records, 2000
  • The Amazing Bud Powel. - Blue Note
  • Bud! / Bud Powell. - Blue Note, 2002
  • Live at the It Club / Thelonious Monk. - Columbia, 1998
  • Genius of the Modern Music / Thelonious Monk. - Blue Note
Livres
  • Le B-A-Be du Bop / André Hodeir. - Rouge Profond, 2003
  • Parker's mood / Alain Tercinet. - Paris : Parenthèses, 1998
  • Dizzy Gillespie / Dany Gignoux. -Ed. du Choucas, 1995
Partition
  • Best of bebop 10 bebop classics : book for Bb, Eb and C instruments / Mark Taylor- Hal Leonard Europe
Films
  • Bird, un film de Clint Eastwood avec Forest Whitaker, Diane Venora, Keith David
  • Charlie Parker, un film de Gary Giddins et Kendrick Simmons

Aucun commentaire:

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...