vendredi 21 mai 2010

O Falladah, die du hangest ! : chanson de la semaine #31

Bertolt Brecht a écrit O Falladah, die du hangest! en 1919, au sortir de la Première Guerre Mondiale, dans un contexte de misère et de contestation sociale qui installa la République de Weimar. Le texte est l'expression de la supplique de Falladah, un cheval de trait épuisé qui se fait découper en quartiers par une foule avide. Cette scène est probablement inspirée d'un fait divers relaté par les journaux : des Berlinois affamés avaient dépecé les carcasses des chevaux de la police montée après une émeute. Le nom de Falladah est une référence au conte La Petite Gardeuse d’oies (Die Gänsemagd) des Frères Grimm.
Le compositeur Hanns Eisler adapta le poème de Brecht en chanson en 1932 pour une revue de cabaret.

Angela Winkler chante O Falladah, die du hangest!
Poème de Bertold Brecht, Musique de Hans Eisler


extrait :
"Da stürzten sich aus den Häusern schon
Hungrige Menschen, um ein Pfund Fleisch zu erben
Rissen mit Messern mir das Fleisch von den Knochen
Und ich lebte überhaupt noch und war gar nicht fertig mit dem Sterben.
Aber die kannte ich doch von früher, die Leute!
Die brachten mir Säcke gegen die Fliegen doch
Schenkten mir altes Brot und ermahnten noch
Meinen Kutscher, sanft mit mir umzugehen.
Einst mir so freundlich und mir so feindlich heute!"

1 commentaire:

Anonyme a dit…

Hallo.
Ich mochte mit Ihrer Website mediamus.blogspot.com Links tauschen

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...