samedi 23 février 2008

Dimitri Chostakovitch : Katerina Ismailova, opéra

Katerina Ismailova, également appelé Lady Macbeth de Mzensk, est un opéra en 4 actes et 9 scènes de Dimitri Dimitrievitch Chostakovitch , il est créé à Leningrad en 1934. Le livret, inspiré d'une histoire de Nicolai Leskov, a écrit par Alexander Preiss et par le compositeur. A sa création, l'oeuvre est bien accueillie par la critique et le public, mais en 1936, lorsque Staline vient assister à une représentation, il est scandalisé par certaines scènes provocantes et quitte le théâtre après le troisième acte. Quelques jours plus tard, le journal officiel La Pravda publie un article titré : "De la boue, pas de la musique", il est question d'une "intrigue vulgaire", d'une musique qui n'est ni "mélodique" ni "mémorisable" mais "perverse" et "discordante". On imagine les sueurs froides du compositeur, qui sera contraint par la suite de faire son auto-critique en public !

La passion d'une femme russe au 19e siècle
Le drame se déroule au milieu du XIXe siècle dans la Russie tsariste. Katerina Izmailova, héroïne esseulée, en quête de passion et de romance, mariée à un riche négociant, mais vivant dans l'ennui de la campagne russe, tient davantage de l'Emma Bovary de Flaubert, que de l'ambitieuse Lady Macbeth de Shakespeare.

Les scènes présentées ici sont extraites du film : "Katerina Izmailova" (1966) de Mikhail Shapiro, avec Galina Vishnevskaya (Katrina), Artyom Inozemtsev (Sergueï), Nikolai Boyarsky (Zinovy).
Galina Vishnevskaya, la Katerina du film est une grande chanteuse soprano, célèbre en Russie, elle fut l'épouse du violoncelliste et chef d'orchestre Mstislav Rostropovich.

Acte I, scène 1
Dans sa chambre, Katerina est accablée par une existence vide, et un mariage sans amour, ni désir. Une longue plainte, où s'exprime toute la tristesse du monde.


Acte I, scène 2
La scène se passe dans la cour de la maison de la famille Ismailov. Les domestiques, en particulier Sergueï, harcèlent la servante Aksinia qu’ils ont enfermé dans un tonneau (c’est probablement un viol collectif qui est ici suggéré) . Katerina les réprimande, en s’en prenant en particulier à Sergueï qui garde un air insolent, la confrontation et la lutte qui s’en suit prend la tournure d’une parade amoureuse que surprendra le beau-père Boris Timofeevitch Ismailov. Celui-ci chasse les domestiques et menace Katerina de raconter l'épisode à son mari.


Acte II, scène 4 : "Ha, si j'avais 10 ans de moins..."
Par la griserie d’un verre d’alcool, Boris Timofeevitch Ismailov, le beau-père libidineux pense à la désirable Katerina et évoque les prouesses de sa jeunesse en comparaison de l'impuissance de son fils.


Acte II, scène 4 : le fouet
Boris, de nouveau témoin de la relation de Katrina et de Sergueï, attrape ce dernier et le fait fouetter, tout en demandant à Katerina de regarder le spectacle de la punition à sa fenêtre.


Acte II, scène 4 : la vengeance
Boris ordonne à Katerina de lui faire à manger. Pour se venger, Katerina empoisonne le repas et bientôt Boris est terrassé par la douleur. Il supplie à l'aide mais Katerina abandonne le vieil homme à son sort, le laissant mourir seul.


Acte II, scène 5 : le crime
La chambre de Katerina. Les amants sont réunis dans le lit conjugal. Katerina croit entendre des pas derrière la porte. Ils comprennent que Zinovi Borisovitch, le mari est revenu à l'impromptu. Sergueï part se cacher.
Zinovi appelle Katerina qui finit par le faire entrer. Le mari soupçonneux la presse de questions : pourquoi le lit est-il préparé pour deux ? Qu'y fait une ceinture d'homme ? Zinovi tente de la battre, Sergueï surgit alors de sa cachette. Katerina empêche la fuite de Zinovi, commence à l'étrangler, Sergueï achève le meurtre du mari, dont il descendra ensuite le corps à la cave. Tout obstacle semble levé à l'union des deux amants.


Acte III, scène 6 : les noces funèbres
Les noces de Katerina et de Sergueï sont montrées en parallèle avec la découverte du cadavre de Zinovi par un ivrogne. Celui-ci court ensuite les dénoncer à la police. Les jeunes mariés seront arrétés le jour même et condamnés à la déportation en Sibérie. [Nous avions déjà présenté cette scène dans une autre version lors d'un précédent article.]


Acte IV, scène 9 : le châtiment
Une colonne pénitenciaire dans une nature désolée. Sergueï est attiré par une autre prisonnière, Sonietka. Celle-ci en l'échange de ses faveurs, lui demande une paire de bas. Sergueï retourne vers Katerina et sous un faux prétexte obtient sa paire de bas. L'extrait suivant commence au moment où les femmes, témoins de la scène entourent Katerina et se moquent d'elle. Hébétée, Katerina se plaint dans un chant déchirant et lugubre (qui fait écho au chant de la première scène).


Acte IV, scène 9 : l'anéantissement
Sur une barge, (on reconnaît la référence au tableau de Géricault) Sonietka tourne autour de Katerina abattue et la nargue. Katerina, furieuse et désepérée se saisit de Sonietka et se jette avec elle dans l'eau glacée. Malgré les tentatives des soldats, les deux femmes se noient. Sur le pont, Sergueï s'endort indifférent.


Дмитрий Дмитриевич Шостакович : "Леди Макбет Мценского уезда" "Катерина Измайлова"
Dmitri Dmitriyevich Shostakovich : "Lady Macbeth of the Mtsensk District" "Katerina Izmailova"

Aucun commentaire:

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...