jeudi 7 octobre 2010

La Catalogne (L'Europe des musiques tsiganes ; 5)

La Catalogne comme cinquième étape de ce voyage à travers l'Europe des musiques tziganes, après la Roumanie, la Hongrie, les pays des Balkans, la France (1ère partie) et avant la Russie, l'Espagne flamenca.

Un très grand merci à nos collègues catalans pour leurs contributions : à Josep Lluis Villanueva Fontanella, bibliothécaire dans le service des bibliothèques à la Diputació de Barcelone pour la présentation historique du genre, et le signalement des sources de référence, et à Marta bibliothécaire à la médiathèque de Banyoles pour la sélection des artistes représentatifs du genre. Marta et Josep sont également rédacteurs sur le blog AMPLI, le blog collectif des bibliothécaires musicaux catalans.



La Rumba catalane
Deux communautés gitanes de Barcelone ont contribué à la création de la rumba catalane :
  • D’une part dans le quartier de Gràcia, autour d’Antonio González Batista (1926-1999) surnommé El Pescaílla, dont la carrière fut éclipsée par le succès de sa femme, l’actrice, danseuse et chanteuse María Dolores Flores Ruiz, alias Lola Flores.
  • D’autre part dans le quartier de la Carrer de la Cera, autour de Pere Pubill Calaf : Peret(né en 1935).
(Il existe également deux autres communautés gitanes moins connues dans la ville de Lleida (Lerida) à 200 km à l’Ouest de Barcelone et à Mataró au Nord-Est de la capitale catalane.)

La Rumba de Barcelone

Extrait de Rumba de Barcelona (1992) un reportage co-produit par La Sept / TVC réalisé par Maryse Bergonzat et Chantal Perrin.

Ces communautés gitanes, tout en préservant leurs traditions et leurs modes de vie, sont bien intégrées dans le tissu social de Barcelone depuis les années 1940, leurs activités sont principalement le commerce de vêtements et d'antiquités.

Il est communément admis que la rumba catalane est le résultat de la fusion de « l’âme » des gitans catalans avec les rythmes des danses cubaines. La rumba est d’abord une musique jouée à l'occasion des mariages.
L’artiste le plus représentatif de ce style reste Peret. Influencé par l'énergie du rock et la soul music, il apporta au genre de nouveaux éléments. La rumba catalane fut ensuite largement popularisée à la fin des années 60 et dans les années 70 par Los Amaya, un duo formé par les frères José et Dolphin Amay.

Après une période de déclin du genre vers la variété facile, Gato Pérez, un argentin installé à Barcelone, musicien de jazz rock redonne à la rumba catalane sa dignité avec des textes intelligents et une musique plus sophistiquée.

Le fil de l’histoire commencé avec Pescailla et Peret, reprise par Gato Perez continue dans les années 90 avec Los Manolos dont la reprise All my loving des Beatles sera un hit international et d'autres formations : Chipén, Ai Ai Ai!, et Sabor de Gracia.
Aujourd’hui une nouvelle génération de groupes gitans et non gitans tels que Pantanito, Patriarcas de la Rumba, La Pegatina, Gertrudis, La Trova Kung Fu, Muchachito Bombo Inferno, et Ojos de Brujo se sentent héritiers de cette tradition musicale et rencontrent un important succès en Catalogne.

Ressources :
Generalitat de Catalunya, CultureCat La rumba catalane
Wikipédia : La rumba
Juanitos.net : Le « Ventilador » expliqué par le King of the Rumba AKA Peret !
Wikipedia : Rumba catalana (en catalan)
AMPLI : Rumba Catalana a la Biblioteca Jaume Fuster de Barcelona (en catalan)

1 commentaire:

Lórien a dit…

La Rumba Catalane n'est pas seulement la musique populaire de la communauté gitane à Barcelone, mais aussi la musique folk urbain, original et unique, créé en Catalogne dans le XXe siècle. Il est toujours triste et surprenant que de nombreuses personnes dans notre pays ne sais pas ... Merci pour votre article! Gràcies! I com diuen els rumberos: Chiviri Cuchiviri Chivirí!

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...