mercredi 6 juin 2012

Les hits de la Soul Music repris par Claude François : Eyes wide blind test #3

Eyes Wide Blind Test, un quizz portant sur les reprises, emprunts, remix, samples et adaptations, d'un genre musical à l'autre, d'un média à l'autre, d'une langue et d'un continent à l'autre...



"C'est la même chanson"


Après la Seconde Guerre Mondiale, et encore davantage à partir du milieu des années 50,  la jeunesse européenne a la tête tournée vers l'Amérique. Dans une Europe qui se reconstruit avec le soutien du plan Marshall, le rêve américain a tout pour fasciner  :
  • Hollywood et ses stars stylées et souriantes qui chantent, dansent et jouent la comédie en technicolor (Marilyn Monroe, Dean Martin, Rita Hayworth, Frank Sinatra
  • L'Ouest sauvage des westerns avec ses grands espaces, et ses cowboys (John Wayne, Gary Cooper) chantant devant un feu de camp, 
  • Des acteurs jeunes interprétant des rôles de rebelles sans cause, en révolte contre l'autorité scolaire et parentale (James Dean, Marlon Brando, Paul Newman).
La musique afro-américaine, source du rock, de la pop music et du disco
Le rock and roll puise ses racines dans la musique afro-américaine : le blues, le boogie-woogie et le rhythm and blues.  C'est un genre musical  inventé par des chanteurs noirs (Jackie Brenston, Ike Turner, ...) et popularisé auprès d'un large public par des artistes bancs  (Bill Haley, Elvis Presley, Eddie Cochran, ...)
En Angleterre, les Beatles commencent leur carrière notamment avec des reprises de Ray Charles (What'd I Say) et de Barrett Strong (Money, that's what I want), ou encore avec des standards du Gospel (When The Saints Go Marching In). De leur côté, les Rolling Stones qui ont emprunté leur nom a une chanson de Muddy Waters prendront le blues comme source d’inspiration principale. Leur premier album éponyme sorti en 1964 est composé en majeure partie de reprises de blues, de rhythm and blues et rock and roll.
En France, les rockers (Johnny Hallyday, Eddy Mitchell, Dick Rivers) puis les yéyés (Claude FrançoisRichard Anthony, France GallSheilaSylvie Vartan) deviendront les idoles de la jeunesse avec un répertoire constitué des adaptations françaises des derniers succès américains.
Ainsi Claude François enregistra le premier succès de sa carrière en 1962, avec Belles belles belles, une adaptation de Girls Girls Girls (Made to Love) du duo country rock Everly Brothers. Il enchaînera la même année avec Si j'avais un marteau, adaptation de If I Had a Hammer, du chanteur folk Pete Seeger.

Claude François, fan de Soul Music
Comme le cite Vincent Sermet dans son ouvrage consacré à la France qui groove des annnées 1960 à nos jours (1) , Claude François est un fervent admirateur de la musique noire, en particulier la musique Soul. En 1970, il déclare dans une interview à Télé 7 jours : Il y a un style de musique que j'ai toujours aimé et que j'aimerai toujours c'est ce que les Noirs appellent la Soul Music. En France, nous appelons cela tantôt rock, tantôt pop, tantôt rhythm and blues. J'aime la musique rythmée à base de percussions et colorée ensuite par des cuivres. Au delà des modes et des tendances, je reste fidèle à cet amour du swing, à cette atmosphère gaie et enfiévrée qu'on trouve dans les disques de Tamla Motown. Je consacre plusieurs heures par jour à l'écoute de tous les nouveaux disques en provenance d'Angleterre et des Etats Unis.

Motown, une usine à tubes dans la cité de l'automobile
Rappelons que Motown Records est un label créé en 1959 à Detroit (Motown = Motor City, Detroit étant alors la capitale de l'industrie automobile). Son fondateur, Berry Gordy fait de Motown une usine à succès (hit factory) avec des auteurs compositeurs inspirés comme Smokey Robinson, et le trio Holland, Dozier & Holland et des artistes interprètes qui ont marqué l'histoire de la musique : Michael Jackson et les Jackson Five, Diana Ross et les Supremes, The Four Tops, Martha and the Vandellas, Smokey Robinson, Marvin Gaye, Stevie Wonder, The Pointer Sisters, The Temptations.
Claude François puisera plus de 23 fois à cette source miraculeuse, par exemple :

Joe Tex - Show Me (1967)
Claude François - Cherche (version italienne £ Sono qualcuno) (1969)

"Rah ! Ha ! Rah ! Ha ! Voile sur les filles, Barques sur le Nil..." 
Le répertoire de Claude François est beaucoup plus connu en France que celui des artistes de l'écurie Motown. C'est une évidence.
Car, à moins d'avoir été élevé par une famille d'ours au fond d'une grotte périgourdine, ou d'avoir été adopté par une horde de loups dans une forêt profonde du Morvan (ou du Haut-Jura :-)), aucun de nous n'a pu  échapper (certains diront hélas) à l'entreprise d'acculturation cloclodienne mise en oeuvre de manière imparable depuis plusieurs décennies par les radios et les télévisions à heure de grande écoute. Le cinéma, lui aussi, a entretenu le culte (Podium en 2004, Cloclo en 2012).
La diffusion constante et régulière de ces rengaines optimistes, entraînantes et syncopées a fini par faire son chemin au tréfonds de nos cerveaux jusqu'à l’hippocampe, en reprogrammant les réseaux neuronaux des plus rétifs à la variété à paillettes.
Pour cette raison, nous avons choisi de vous présenter les versions originales de ces tubes ainsi que les artistes qui les ont initialement interprétés. Les questions porteront donc sur le titre des adaptations françaises réalisées par Claude François.

Le Quizz en 6 questions : Trouvez le titre français de ces chansons-là ? (solutions en bas de page)

1. Four Tops - It's The Same Old Song (1965)
Chanson écrite par Brian Holland, Lamont Dozier, et Edward Holland, Jr. [label Motown]

2. Four Tops - Reach Out, I'll Be There (1966)
Chanson écrite par Brian Holland, Lamont Dozier, et Edward Holland, Jr. [label Motown]


3. The Spinners - I'll be around (1972)
Chanson écrite par Thom Bell et Phil Hurtt [label Atlantic]


4. Johnny Nash - I Can See Clearly Now (1972)
Chanson écrite par Johnny Nash

5. Frankie Valli and The Four Seasons - December 1963 (Oh What A Night!) (1975)
Chanson écrite par Bob Gaudio et Judy Parker [label Warner]


6. Lamont Dozier - Going To My Roots (1977)
Chanson écrite par Lamont Dozier [label Warner]








Solutions : 

1. Four Tops - It's The Same Old Song : Claude François - C'est la même chanson


2. Four Tops - Reach Out, I'll Be There : Claude François - J'attendrai

The Supremes & Claude François - J'attendrai... par Vilosophe

3. The Spinners - I'll be around : Claude François - Soudain il ne reste qu'une chanson


4. Johnny Nash - I Can See Clearly Now : Claude François - Toi et le soleil


5. Frankie Valli and The Four Seasons - December 1963 (Oh What A Night!) : Claude François - Cette année là


6. Lamont Dozier - Going To My Roots : Claude François - Alexandrie Alexandra



Sources et références :

2 commentaires:

Pol Dodu a dit…

Bonjour,
Je me permets de préciser, comme c'est mentionné dans le livre de Vincent Sermet, que Claude François ne s'est pas contenté de reprendre des titres du catalogue Motown : en 1971, il est carrément allé enregistrer deux de ses tubes à Detroit, dont sa version de "It's the same old song" !

Anonyme a dit…

Pour la musique de Lamont Dozier «Goin' back to my roots», Claude François ne s'est inspiré que des premiers notes pour créer «Alexandrie Alexandra». En aucun cas ce dernier tube de Claude François est une adaptation. D'ailleurs, L. DOZIER a lui même joué ces quelques notes au piano alors qu'il était invité chez Claude François dans son moulin à Dannemois.

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...