04 juillet 2020

Les standards de jazz et de bossa nova adaptés par Claude Nougaro : blind test


Eyes Wide Blind Test, un quizz portant sur les reprises, emprunts, remix, samples et adaptations, d'un genre musical à l'autre, d'un média à l'autre, d'une langue et d'un continent à l'autre...

le Blanc qui chante Toulouse 
le Noir qui chante I was born to loose…
Michel Jonasz "Joueurs de blues"

Claude Nougaro (1929-2004) est sans nul doute le chanteur français dont le répertoire est le plus intimement associé au jazz. Une musique qu'il écoutait enfant, dans les années 30 et 40 (Louis Armstrong, Bessie Smith, Glenn Miller), sur le poste de radio TSF de ses grands parents.
Tout au long d'une carrière qui débuta à la fin des années 50, il s'entoura, en studio comme en concert, des meilleurs musiciens de jazz de la scène française : Maurice Vander, Pierre Michelot, Bernard Lubat, Eddy Louiss, Michel Portal, Aldo RomanoRichard Galliano, ...
Compositeur parfois (comme Toulouse qui lui fut inspiré par le carillon de l'Eglise des Minimes), Claude Nougaro est d'abord "amant des mots", le parolier de ses chansons. Il signera avec quelques fidèles compositeurs quelques uns de ses plus grands succès  : Jimmy Walter (Il y avait une ville), Michel Legrand (Le cinéma, Les Don Juan, ), Jacques Datin (Je suis sous), Maurice Vander (La pluie fait des claquettes, ...), Jean-Claude VannierDaniel Goyone.(Nougayork, ...)...

Claude Nougaro fut un important passeur des musiques afro et latino-américaines auprès d'un large public, en adaptant magistralement les grands standards du jazz (de Thelonious Monk, Sonny Rollins, Gerry Mulligan) et de la bossa nova (Gilberto Gil, Chico BuarqueVinícius de Moraes). 

Voici donc 17 de ces standards de jazz et de bossa nova adaptés par Claude Nougaro


La solution du quizz est en bas de page.

1 - Gerry Mulligan - Jeru


composition de Gerry Mulligan (1927- 1996),  saxophoniste, pianiste, chef d'orchestre, compositeur et arrangeur. Il a marqué la période du cool jazz avec son quartette au début des années 1950 avec le trompettiste Chet Baker.
album Gerry Mulligan Quartet (1953)


2 - Dave Brubeck Quartet - Three To Get Ready

composition de Dave Brubeck
album  : The Dave Brubeck Quartet ‎– Time Out (1959)


3 - Vinícius de Moraes, Toquinho, Tom Jobim and Miúcha, Baden Powell - Berimbau

Berimbau est une chanson de Baden Powell et Vinícius de Moraes composée en 1963
(Le berimbau est un instrument à cordes frappées brésilien. C'est un arc musical d'origine africaine )
album : Vinicius & Odette Lara (1963)


4 - Oscar Brown Jr - Work Song

Work Song est une chanson composée par Nat Adderley et Oscar Brown Jr
album : Oscar Brown Jr. ‎– Sin & Soul (1960)

5 - Dave Brubeck Quartet - Blue Rondo a la Turk


autre  composition de Dave Brubeck figurant sur l'album Time Out

6 - Oscar Peterson - Gravy Waltz


composition de Steve Allen et Ray Brown
The Oscar Peterson Trio ‎– Affinity (1962)

7 - Negro Spiritual - Go down Moses (Let my people go)


Go Down Moses est un negro-spiritual, inspiré par l'Ancien Testament : « L'Éternel dit à Moïse : Va vers Pharaon, et tu lui diras : Ainsi parle l'Éternel : Laisse aller mon peuple, afin qu'il me serve. »).
album : Louis Armstrong ‎– Louis And The Good Book (1958)


8 - Sonny Rollins - St. Thomas


composition de Sonny Rollins
album : Sonny Rollins ‎– Saxophone Colossus (1959)

9 - The Slide Hampton Octet - Sister Salvation



composition de Slide Hampton, tromboniste né en 1932
album : Slide Hampton Octet ‎– Sister Salvation (1960)


10 - Elsie Carlisle - Little Man, You've Had a Busy Day


chanson de Maurice Sigler, Al Hoffman et Mabel Wayne composée en 1934, standard interprété par Sarah Vaughan et Count Basie (1961)


11 - Neal Hefti - Girl Talk


composition de Neal Hefti (1922-1988), trompettiste, arrangeur, et compositeur de musiques de film
Girl Talk fut aussi le générique d'une émission de Pierre Bouteiller sur France Inter
album : Neal Hefti ‎– Harlow : Music From The Score Of The Motion Picture (1965)

12 - Gilberto Gil - Viramundo


chanson composée par Gilberto Gil
Gilberto Gil, né 1942est un guitariste, chanteur et compositeur brésilien. Il fut ministre de la Culture du gouvernement Lula de 2003 à 2008.
album : Gilberto Gil – Louvação (1967)


13 - Wayne Shorter - Beauty And The Beast 


Composition de Wayne Shorter, saxophoniste américain né en 1933. Membre des des Jazz Messengers, du second quintet de Miles Davis et le cofondateur de Weather Report.
Album : Wayne Shorter - Native Dancer (1975) 

14 - Thelonious Monk Quartet - 'Round About Midnight


composition de Thelonious Monk
Thelonious Monk ‎– Genius Of Modern Music (1952)


15 - Chico Buarque & Milton Nascimento- À Flor da Terra (O que Será?)


chanson écrite et composée par Chico Buarque
album : Chico Buarque – Meus Caros Amigos (1976)


16 - Quincy Jones - For Lena and Lennie


Composition de Quincy Jones
Count Basie Orchestra – Basie, One More Time (1958)


17 - Jimmy Smith - The Cat (1964)


composition de Lalo Schifrin, musicien argentin né en 1932, pianiste, chef d'orchestre, compositeur, arrangeur et compositeur de musiques de films (Bullitt, L'Inspecteur Harry, …) et de séries (Mission impossible, Mannix, Starsky et Hutch…). 
Album : The Incredible Jimmy Smith ‎– The Cat 

  1. Le piano de mauvaise vie - album Il y avait une ville (1958)
  2. Le Jazz et la Java - album Le cinéma (1962)
  3. Bidonville - album Bidonville (1966)
  4. Sing Sing Song - album Bidonville (1966)
  5. À bout de souffle - album Bidonville (1966)
  6. Les Mains d'une femme dans la farine - album Bidonville (1966)
  7. Armstrong- album Bidonville (1966)
  8. À tes seins - album Petit Taureau (1967)
  9. Soeur âme - album Sœur Âme (1971)
  10. Petit homme, c'est l'heur' de fair' dodo - album Sœur Âme (1971), reprise de l'adaptation par Guy Berry de 1934
  11. Dansez-sur moi - album Locomotive d'or (1973)
  12. Brésilien - album Femmes et Famines (1975)
  13. Comme Une Piaf - album Plume d'ange (1977)
  14. Autour de minuit - album Tu verras (1978)
  15. Tu verras - album Tu verras (1978)
  16. Mon disque d'été - album Tu verras (1978)
  17. Le chat - album Chansons nettes (1981)


A propos de Claude Nougaro :
Claude Nougaro (1929-2004) : du swing plein les mots - France Culture, 2020
Claude Nougaro : Rimes riches - France Culture, 2014
Radio libre - Claude Nougaro - France Culture, 2014

22 juin 2020

Le capharnaüm #81 : désormais, sa vie avait un sens : c'était la vie d’un collectionneur

Désormais, sa vie avait un sens : c'était la vie d’un collectionneur. Soir après soir, il classait ses coupures, les comptait sous les yeux indulgents de Mme Povondra qui savait bien que tous les hommes sont à moitié fous, à moitié enfants ; mieux vaut jouer avec des coupures que d’aller au café ou de jouer aux cartes. Elle alla même jusqu’à faire de la place pour ses boîtes dans son armoire à linge — peut-on demander davantage à une femme et à une ménagère !

G.H. Bondy lui-même fut frappé, je ne sais trop à quelle occasion, des connaissances encyclopédiques de M. Povondra en matière de salamandres. Un peu timidement, M. Povondra lui avoua qu’il collectionnait tout ce qui s’imprimait sur les salamandres et lui montra ses boîtes. [...] M.Bondy ordonna tout simplement aux bureaux du Syndicat des Salamandres d’envoyer à Povondra toutes les coupures sur les salamandres dont on avait pas besoin pour les archives ; et M. Povondra, heureux et quelque peu débordé, recevait journellement des paquets de documents dans toutes les langues du monde ; et c’étaient surtout les journaux imprimés en cyrillique, en grec, en hébreu, en arabe, en chinois en bengali, en tamil en javanais ou en taali qui lui inspiraient un pieux respect. 

— Qui croirait, se disait-il en les contemplant, que sans moi tout cela ne serait pas ? 

Comme nous l’avons déjà dit, la collection de M. Povondra contient beaucoup de documents sur toute l’histoire des salamandres ; cela ne veut pas dire qu’elle pourrait satisfaire un historien sérieux. D’abord, M. Povondra, qui n’avait pas reçu une formation spécialisée dans le domaine des sciences historiques auxiliaires ni dans celui des méthodes archivistiques, n’indiqua pas sur les coupures ni leur source ni leur date ; ce qui fait qu’en général, nous ignorons même quand tel ou tel document a été publié. 
Deuxièmement, vu l’abondance du matériel qui s’accumulait entre ses mains, M. Povondra avait surtout tendance à conserver les articles longs, qu’il croyait être les plus importants, et à jeter les nouvelles brèves et les dépêches dans la caisse à charbon ; de sorte qu’il ne nous reste sur cette période que bien peu d’informations et de faits. Troisièmement, la main de Mme Povondra joua un grand rôle dans cette affaire : quand les boîte de M. Povondra menaçaient de déborder, elle retirait silencieusement, en secret, une partie des coupures pour les brûler ; cela se produisait plusieurs fois par an. Elle épargnait seulement celles qui ne s'accumulaient pas si vite, comme les collections malabares, tibétaines ou coptes ; ces collections sont presque complètes mais, vu certaines lacunes dans notre culture, elles ne nous servent pas à grand-chose. [...] ce n'est que par hasard que nous sont parvenus des documents sur certaines phases de cette grande période de l'histoire mondiale que nous tâcherons, malgré toutes les lacunes, de résumer sous le titre : La Civilisation en Marche.
Karel Čapek, La Guerre des salamandres (1936), traduit du tchèque par Claudia Ancelot



Erwin Schulhoff - Cinq études de jazz (1926)


Markus Schlemmer, piano
Erwin Schulhoff (1894-1942) - wikipédia - musicologie.org



Jazz Q Praha - Pralesní píseň


discogs - wikipédia



Bohuslav Martinů - Fantaisie pour theremin


Thorwald Jørgensen, theremin
Bohuslav Martinů (1890-1959) - wikipédia


The Plastic People Of The Universe - Fuddle Duddle Osh Kosh (1972)


wikipedia - discogs



Leoš Janáček - Sinfonietta - London Symphony Orchestra, Simon Rattle


Barbican Hall, Londres, septembre 2018

06 juin 2020

Les chansons de Joe Dassin en versions originales : Blind test

Les versions origilanes des Cnansons de Joe Dassin


Eyes Wide Blind Test, un quizz portant sur les reprises, emprunts, remix, samples et adaptations, d'un genre musical à l'autre, d'un média à l'autre, d'une langue et d'un continent à l'autre...

Fils du réalisateur américain Jules Dassin, et de la violoniste Béatrice Launer, tous deux de nationalité américaine, Joe Dassin (1938-1980) a vécu son enfance à New York et à Los Angeles où il apprend le piano, la guitare et le banjo.  En 1950, en plein maccarthysme, Jules Dassin est accusé d'activités antiaméricaines, et la famille est contrainte de s'exiler en Europe :  en Angleterre, en Italie, en Suisse et en France. De 1954 à 1963, Joe Dassin retourne aux Etats-Unis pour y faire ses études. Il chante, dans les cafés et sur les campus, les chansons de Georges Brassens
Amateur de folk américain, il joue de la guitare dans le style fingerpicking. 
De retour en France, il rencontre son premier succès en 1966 avec Guantanamera, une chanson cubaine, composée par José Fernández Díaz en 1929.


Si Joe Dassin a créé  des chansons écrites et composées pour lui ou qu'il co-signa (A toi, La Fleur aux dentsLe chemin de Papa, La bande à Bonnot , L'équipe à Jojo, ...) la majeure partie de ses plus grands succès ont été adaptés en français (par Claude Lemesle, Pierre Delanoë, Jean-Michel Rivat, Frank Thomas)  de chansons anglo-saxonnes, italiennes, néerlandaises ou hispaniques.
Voici 16 de ces chansons originales qui ont nourri le répertoire de Joe Dassin, et parmi elles se cachent de redoutables earworms ! :-)


La solution du quizz est en bas de page.

The Brothers Four - The song of the Ox Driver



"To me rol, to me rol, to my rideo / To me rol, to me rol, to my rideo / To my rideo, to my rodeo / To me rol, to me rol, to my rideo."
Chanson du folklore américain, par The Brothers Four (1958), également interprété par Harry Belafonte (1960)


Bobby Gentry - Ode to Billy Joe


"It was the third of June, another sleepy, dusty Delta day / I was out choppin' cotton, and my brother was balin' hay / And at dinner time we stopped and walked back to the house to eat / And mama hollered out the back door, y'all, remember to wipe your feet / And then she said, I got some news this mornin' from Choctaw Ridge / Today, Billy Joe MacAllister jumped off the Tallahatchie Bridge"
L'action se passe dans le delta du Mississippi. Conversation à la table d'une famille de paysans. La mère annonce que Billie Joe MacAllister s'est jeté du haut du pont sur la rivière Tallahatchie.
Chanson créée et interprétée par la chanteuse américaine Bobbie Gentry en 1967, reprise aussi par Frank Sinatra, Ella Fitzgerald.


Riccardo Del Turco - Uno Tranquillo


Zai zai zai za / Zai zai zai za /Zai zai zai za / Zai zai zai za
Un milione o cento lire cosa valgono non so / Una stanza od un castello differenza non ce n'è / Una rosa, un ciclamino sono fiori e niente più / Ma col sole o con la pioggia la mia strada so dov'è / Per uno tranquillo uno tranquillo come me / Tutto è niente in fondo ma che differenza fa / L'unico problema è tenerti accanto a me / Spero che ti basti uno tranquillo come me

[Je ne fais pas la différence entre cent et un million de lires, ni entre une chambre et un château, une rose et un cyclamen sont des fleurs et rien de plus, peu importe qu'il fasse soleil ou qu'il pleuve sur ma route, ce qui compte pour quelqu'un de tranquille comme moi, c'est de te garder près de moi]
Musique de Laurenzo Pilat -Paroles Mario Panzeri, Daniele Pace- Grand succès de 1967


Orietta Berti - Non Illuderti Mai


Amore senza amore, amore senza vita / Amore tu non hai pietà di me / Eppure ti ho incantato con tanta fantasia / Con tutta la tristezza che c'è in me / E tu cambi bandiera [...] Non illuderti mai, mai mai mai
auteurs-compositeurs : Daniele Pace, Mario Panzeri, Lorenzo Pilat - Succès de l'été 68

Riccardo Del Turco - Luglio


Luglio, col bene che ti voglio / Vedrai non finirà, ai, ai, ai, ai / Luglio m'ha fatto una promessa / L'amore porterà, ai, ai, ai, ai
Anche tu, in riva al mare / Tempo fa, amore amore / Mi dicevi, luglio / Ci porterà fortuna

La promesse : les amours de juillet (luglio) sont des amours qui ne finissent pas
Paroles et musique : Giancarlo Bigazzi, Riccardo Del Turco
La chanson a dominé le hit-parade italien pendant 2 semaines en 1968.

Jason Crest - Waterloo Road



Walking down the street today / I saw a girl across the way / I asked her where she's going / And she said, "Come with me" / She took me down this avenue / Where I met the folks she knew / And there we stopped and chatted / And passed the time away
Down Waterloo Road / Down Waterloo Road / Friday night Saturday / Any night or any day / You'll find what you're looking for / Down Waterloo Road

"Waterloo Road" (1968) - paroles de Michael Anthony Deighan, musique de Michael Wilshaw par le groupe anglais Jason Crest


Cat Mother and The All Night News Boys - Marie


composée par Bob Smith, Charlie Chin, Larry Packer - produit par Jimi Hendrix (1969)


Christie - Yellow River


So long boy you can take my place, got my papers I've got my pay / So pack my bags and I'll be on my way to yellow river [...] Yellow River / Yellow River is in my mind and in my eyes / Yellow River / Yellow River is in my blood, it's the place I love
"Yellow River" (1970) chanson à succès enregistrée par le groupe britannique Christie, écrite par son leader Jeff Christie.


Simon and Garfunkel - Cecilia


" Celia, you're breaking my heart / You're shaking my confidence daily / Oh, Cecilia, I'm down on my knees /I'm begging you please to come home "
chanson écrite par Paul Simon et interprétée par le duo Simon et Garfunkel en 1970

Paco Paco - Taka-takata



Taka takata taka takata taka takata / Taka takata taka takata taka takata / Taka takata taka takata taka takata taka takta
Pum catapum pum pum / Cómo nos gusta el verano / Pum catapum pum pum / Pa' levantarnos temprano

La version originale a été interprétée par Paco Paco, un chanteur espagnol résidant à Bruxelles

The Doors - The Mosquito


"No me moleste mosquito / No me moleste mosquito / No me moleste mosquito /Why don't you go home?"
une chanson des Doors de l'album "Full Circle" 1972 (second album réalisé après la mort de Jim Morrison et aussi le dernier)

Jeremias - La Di Li - La Di Lo (1972) ( remix by DJ Dali)


La chanson "La Di li-la di lo" a été créée par Jeremias - Auteurs compositeurs : Juwens-Deane (1972)

Steve Goodman - City Of New Orleans


"Riding on the city of new orleans, / Illinois central monday morning rail / Fifteen cars and fifteen restless riders, / Three conductors and twenty-five sacks of mail. "
également chanté avec succès par Arlo Guthrie (1972)


Shepstone and Dibbens - Please Tell Her


"Hi, hello how are you / I haven't been here, well, it must be years / Does she still remember me / And if you see her won't you / Please tell her that I said hello / And that everything has turned out fine / Give her my love and wish her well /Don't let her know you saw me crying "
Chanson composée par le duo néerlandais Shepstone and Dibbens

Albatros - Africa


"You know / I never realized / That a world so incredibly far away as Africa / Could be so close to me
Look where we are right know / On this beautiful little piece of grass / Suffocated by a sea of cement / Oppressed by all the traffic
"
chanson italienne du groupe Albatros, intitulée Africa (1975), écrite en anglais et cosignée Toto Cutugno, Vito Pallavicini, Pasquale Losito, Sam Ward



Luciano Angeleri - Blu


"Blu, uh, uh, uh / Blu, blu, blu / Blu era blu, un bel sogno tutto blu / Blu era un Settembre color blu, blu, blu Di che segno sei? / Quanti anni hai? / Nel tuo futuro c'è / Che ti innamorerai di me"
chanson écrite et interprétée Angeleri (1978)


  1. The Brothers Four - The Ox Drivers Song : Les Daltons (1967) - paroles : Joe Dassin, Jean-Michel Rivat, Frank Thomas
  2. Bobby Gentry - Ode to Billy Joe : Marie-Jeanne (1967)  - paroles Joe Dassin
  3. Riccardo Del Turco - Uno Tranquillo : Siffler sur la colline (1968) - paroles Jean-Michel Rivat, Frank Thomas
  4. Orietta Berti - Non Illuderti Mai : Ma bonne étoile (1968-1969) - Paroles : Pierre Delanoë
  5. Riccardo Del Turco - Luglio - Le petit pain au chocolat (1969) - Paroles : Pierre Delanoë
  6. Jason Crest - Waterloo Road : Les Champs-Élysées (1969) - Paroles : Pierre Delanoë
  7. Cat Mother and The All Night News Boys - Marie : C'est la vie, Lily (1970) Paroles : Pierre Delanoë
  8. Christie - Yellow River : L'Amérique (1970) Paroles : Pierre Delanoë 
  9. Simon and Garfunkel - Cecilia : Cécilia (1970) Paroles : Pierre Delanoë
  10. Paco Paco - Taka-takata : Taka takata (La femme du toréro) (1972) - paroles : Claude Lemesle, Richelle Dassin
  11. The Doors - The Mosquito : Le moustique (1973) Paroles : Pierre Delanoë
  12. Jeremias - La Di Li - La Di Lo ! - La complainte de l'heure de pointe (A vélo dans Paris) (1973) - paroles : Richelle Dassin Claude Lemesle
  13. Steve Goodman - City Of New Orleans : Salut les amoureux (1973) paroles de Joe Dassin
  14. Shepstone and Dibbens - Please Tell Her : Si tu t'appelles Mélancolie - (1974) paroles de Claude Lemesle et Pierre Delanoë
  15. Albatros - Africa : L'été indien (1975) paroles de Claude Lemesle et Pierre Delanoë
  16. Luciano Angeleri - Blu : Le dernier slow - (1978) paroles de Claude Lemesle et Pierre Delanoë

31 mai 2020

Le capharnaüm #80 : nous avons une règle très simple : la composition doit être vraie


Pour décider si c’est «Bien» ou «Pas bien», nous avons une règle très simple : la composition doit être vraie. Nous devons décrire ce qui est, ce que nous voyons, ce que nous entendons, ce que nous faisons. 
Par exemple, il est interdit d’écrire : «Grand-Mère ressemble à une sorcière» ; mais il est permis d’écrire : «Les gens appellent Grand-Mère la Sorcière.» 
Il est interdit d’écrire : «La Petite Ville est belle», car la Petite Ville peut être belle pour nous et laide pour quelqu’un d’autre. 
De même, si nous écrivons : «L’ordonnance est gentil», cela n’est pas une vérité, parce que l’ordonnance est peut-être capable de méchancetés que nous ignorons. Nous écrirons simplement «L’ordonnance nous donne des couvertures». 
Nous écrivons : «Nous mangeons beaucoup de noix», et non pas : «Nous aimons les noix», car le mot «aimer» n’est pas un mot sûr, il manque de précision et d’objectivité. «Aimer les noix» et «aimer notre Mère», cela ne peut pas vouloir dire la même chose. La première formule désigne un goût agréable dans la bouche, et la deuxième un sentiment. 
Les mots qui définissent les sentiments sont très vagues ; il vaut mieux éviter leur emploi et s’en tenir à la description des objets, des êtres humains et de soi-même, c’est-à-dire la description fidèle des faits.
Agota Kristof "Le grand cahier"



Veronika Harcsa - Bálint Gyémánt - Vetettem violát [J'ai semé des violettes]


Vetettem violát várom kinyílását / S az én édesemnek visszafordulását / Kinyílt a viola ki is virágoza / De az én édesem nem jött vissza soha
[J'ai semé des violettes, j'attends avec impatience leur floraison / comme le retour de ma chérie / La violette a éclos, puis elle a fleuri / Mais ma douce ne m'est jamais revenue]
Veronika Harcsa (chant) - discogs - wikipedia
Bálint Gyémánt (guitare) - discogs
album : Veronika Harcsa & Bálint Gyémánt - Shapeshifter (Traumton Records, 2019)



Cseh Tamás - Paraszt [Paysan]


Már azt hittük, nem létezik, / de lám táncol és túr ez itt, / e gaz magyar paraszt. / Földműves ő és táncoló, / még létező, mint látható, és / gaz, mint látjuk azt.
[Nous pensions qu'il n'existait pas, / mais je le vois danser et monter ici, / ce paysan hongrois bizarre. / Il est agriculteur et danseur, / il existe toujours comme on le voit ainsi que les / mauvaises herbes comme on le voit.]
Cseh Tamás (1943-2009) - wikipédia - discogs



András Dés Rangers: Dóra’s Song

János Ávéd - saxophone ténor ; Márton Fenyvesi - guitare ; Mátyás Szandai - contrebasse ; András Dés - percussions : "objets trouvés" album :András Dés Rangers "Einschließlich"

Syrius - Dream About the Dance of the Flowers

Le groupe hongrois Syrius formé à Budapest en 1962 par Zsolt Baronits (saxophone)jouait principalement de la beat music. Le groupe change de style en 1970 et s'oriente vers le rock progressif et le jazz-rock fusion, avec l'arrivée de Jackie Orszaczky (basse, chant), László Pataki (orgue), Mihály Ráduly (saxophone, flûte) et András Veszelinov (batterie). Grâce à un contact, ils partent en Australie où ils enregistreront leur 1er et meilleur disque "Devil's Masquerade" en 1971. (source : Progarchives)


Béla Bartók - Musique pour cordes, percussion et célesta - Orchestre Philharmonique de Radio France


L'Orchestre Philharmonique de Radio France dirigé par Alan Gilbert le 16 Mars 2019 à l'auditorium de Radio France.

24 mai 2020

Le capharnaüm #79 : je le vois d'abord comme, d'une rive à l'autre, un questionnement des formes

La culture est une forme ; toute culture est une matrice de formes. Ces formes valent et signifient par la tension qui les a provoquées, par ce qu’elles ont su retenir de cette tension. Ainsi, dans une forme créée, le signifiant et le signifié coïncident-ils si la forme est vivante, c'est-à-dire si elle est encore animée par l'intuition qui lui a donné naissance, si elle constitue une réplique éclairée, éclairante, à la question obscure qui fut et demeure posée. Indissociable de sa signification, une forme admet donc, jour et nuit d'être interrogée. Un « dialogue » – comme on dit – des cultures, je le vois d'abord comme, d'une rive à l'autre, un questionnement des formes.
Salah Stétié, Ur en poésie, Stock, 1980



Laura Jean - Girls On The TV


Album : Devotion (Chapter Music, 2018)


Kraftwerk - Ruckzuck


 Album : Kraftwerk (Philips, 1970)


Владимир Высоцкий [Vladimir Vyssotski] - Утренняя гимнастика [Gymnastique du matin]




Charles Mingus featuring Eric Dolphy - Meditations on integration


Charles Mingus - contrebasse ; Eric Dolphy - Alto saxophone, clarinette basse, flûte ; Clifford Jordan - saxophone ténor ; Jaki Byard - piano ; Johnny Coles trompette ; Dannie Richmond - batterie
Album : The Great Concert Of Charles Mingus (1964)


Edgard Varèse - Amériques (version 1929) - London Symphony Orchestra- Simon Rattle


 Royal Albert Hall, 2019

11 mai 2020

Georges Brassens chanté en polonais (Brassens en Europe #4)



Edward Stachura

Poète, romancier, chanteur et traducteur, Edward Stachura est né en 1937, à Charvieu dans la périphérie de Lyon. Sa famille ouvrière avait émigrée de Pologne dans les années 20. En 1948 il retourne avec sa famille en Pologne. Il commence à écrire de la poésie vers 17 ans, et fait des études de lettres à l'Université catholique de Lublin et à l'Université de Varsovie. Ses premiers textes sont publiés dans une revue de Gdansk. En 1962, Stachura épouse Zyta Anna Bartkowska, étudiante à l'Université de Varsovie, écrivant sous le pseudonyme de Zyta Oryszyn. Edward Stachura exerce une grande fascination sur la jeunesse polonaise, il est considéré comme un poète maudit, entre Rimbaud et Kerouac. "Son écriture est une "forme de prose poétique tantôt narrative tantôt réflexive rappelant parfois les ballades populaires, parfois les longs poèmes-épopées. Stachura y exprime le conflit entre la nécessité de s'affirmer, de poser des repères éthiques essentiels et une angoisse existentielle teintée du dégoût de vivre dans ce que représente la civilisation de la seconde moitié du xxe s". (Larousse). Edward Stachura se suicide en 1976 à Varsovie. 

Nie ma szczęśliwych miłości [Il n'y a pas d'amour heureux]

à écouter aussi : Parasol [Parapluie]
fr.wikipedia


Piotr Machalica

Né en 1955, Piotr Machalica est un chanteur mais aussi et d'abord un acteur de théâtre, de cinéma et de télévision, il a joué notamment dans les films d'Andrzej Wajda (Les possédés) et de Krzysztof Kieślowski (Trois couleurs - Blanc, Décalogue). 
En 2002, il a consacré un disque enregistré dans le studio de la radio polonaise en hommage à Brassens et au barde russe Boulat OkoudjavaPortret muzyczny: Brassens i Okudżawa. En 2019, dans l'album Mój ulubiony Młynarski, il interprète sur des arrangements jazz des auteurs polonais mais également des chansons de Brassens adaptées : Niegdysiejsze pogrzeby [Les funérailles d'antan] et Testament.

Zła reputacja [La mauvaise réputation]

Laleczka [Je m'suis fait tout petit], Jak ktoś jest żłób, będzie żłób [Le temps ne fait rien à l'affaire], Piosenka dla Owerniaka [Chanson pour l'Auvergnat]
pl.wikipedia - iotrmachalica.com


Jacek Kaczmarski

Jacek Kaczmarski (1957-2004), surnommé le "barde de Solidarność", est un poète et un chanteur très populaire et célébré en Pologne. Héritier et disciple de Vladimir Vyssotski, de Bulat Okudzhava, de Georges Brassenset de Bob DylanJacek Kaczmarski puisa plus largement ses sources d’inspiration dans la littérature polonaise et mondiale. Plus étonnant, nombre de ses chansons font référence aux tableaux des grands maîtres de la peinture : près d'une trentaine de chansons rendent hommage à Dürer, Bruegel, Picasso Goya, Manet, Bosch,Klee,Munch, Dali, Velázquez, ...) et aux chefs d'oeuvre du cinéma : La nuit des forainsd' Ingmar Bergman Casanova de Federico Fellini, ... Andreï Roublev et Stalker d'Andréi Tarkovski.

Ballada dla obywatela miasteczka P [Chanson pour l'Auvergnat]

à écouter aussi : Grajek [Le petit joueur de flûteau]
fr.wikipedia


Strachy Na Lachy


Strachy Na Lachy est un groupe de rock polonais formé en 2003, dont le chanteur et leader, Krzysztof "Grabaz" Grabowski (né en 1965) est aussi le leader du groupe punk rock Pidżama Porno formé en 1987). L'album Autor (2007) où figure cette chanson a été enregistré en hommage à Jacek Kaczmarski


Ballada dla obywatela miasteczka P [Chanson pour l'Auvergnat]

en.wikipedia


Justyna Bacz

Né à Varsovie en 1962, Justyna Bacz est professeur de français, traductrice et chanteuse. Elle chante en polonais, en français, en russe, en anglais et en italien. Justyna Bacz donne des concerts dans les centres culturels et les maisons de la culture, elle est aussi programmée dans les festivals dont le Festival de la chanson française de Lubin (Pologne), le festival Georges Brassens de Basdorf (près de Berlin), et le Festival Georges Brassens de Vaison la Romaine
Justyna Bacz a enregistré plus de 7 albums dont 6 sont consacré à la chanson française (Brassens, Serge Lama, Dalida, Françoise Hardy, Sylvie Vartan, ...)

Zakochani Na ławkach [Les amoureux des bancs publics]

à écouter aussi : Kąpała Się W Wodzie Źródlanej [Dans l'eau de la claire fontaine], Saturne, Ballada Do Księżyca [La Chanson Pour l'Auvergnat], Le Parapluie
- wikipédia - facebook -


Paweł Piotr Górski

Piosenka dla starego wieśniaka [Chanson pour l'Auvergnat]

10 mai 2020

Playlist de mai : neuf albums à découvrir



Une sélection curieuse de l'actualité musicale, pour partager quelques recommandations et aborder l'univers d'artistes d'aujourd'hui, émergents ou confirmés, en leur accordant une écoute patiente et attentive, dans l'abondance des sorties du moment. 
Pour une reprise progressive, sereine et maîtrisée. No rush, no crunch, no hurry ! Even less than before !




Caroline Says
"No Fool Like An Old Fool"(Western Vinyl, 2018)
Caroline Sallee  a grandi dans le Sud des Etats-Unis, en Alabama et au Texas. Après un 1er album 50 000 000 Elvis Fans Can't Be Wrong en 2014 enregistré dans le sous-sol de ses parents, elle a consacré un album de prises Say Yes! A Tribute to Elliott Smith en 2016. 
No Fool Like An Old Fool est un album est à la fois riche, sobre et séduisant ("the album is at once rich, restrained, and beguiling" - Allmusic).
[allmusic, discogs, bandcamp]
(pop folk lo-fi)


 
The Spirit Of Beehive
"Hypnic Jerks"(Tiny Engines, 2018)
L'Esprit de la Ruche est un groupe de Philadelphie formé en 2014 par Zach Schwartz (ex-Glocca Morra) chanteur et guitariste, accompagné Pat Conaboy (batterie), Kyle Laganella (guitare), Corey Wichlin (multi-instrumentiste) et la bassiste Rivka Ravede. Pour adeptes de weird pop déstructurée avec harmonies glissantes et jeux de guitare tordus à la Alex CalderMild High Club, Drugdealer, Walter TV, et consorts. 
Mention spéciale (un coup de coeur, quoi!)
[allmusic, discogs, bandcamp, pitchfork]
(noisy pop lo-fi)



Lightning Bug
"October Song"(Fat Possum Records, 2020)
Groupe formé à New York en 2014 par la chanteuse et songwriteuse Audrey Kang, avec Kevin Copeland, et Logan Miley.
[allmusic, discogs, bandcamp]
(dream pop, shoegaze)



Jaime Wyatt 
"Felony Blues" EP (Forty Below Records, 2017)
Chanteuse et songwriteuse californienne, Jaime Wyatt se définit comme le croisement de Chrissie Hynde et de Stevie Nicks, ou Tom Petty au féminin. Felony Blues traite de dépression, de toxicomanie et de séjour en prison (pour avoir volé son dealer), et de son rétablissement.
Nouvel album Neon Cross annoncé pour mai 2020.
[allmusic, discogs, bandcamp]
(country folk)



Gia Margaret
"There's Always Glimmer" (Orindal Records, 2018)
Chanteuse, musicienne et auteure-compositrice originaire de Chicago, dans la veine de Weather Station et de Weyes Blood. Son prochain album attendu en juin 2020, promet d'être plus ambient et instrumental.
[discogs, bandcamp]
(pop folk ambient)



Psychedelic Porn Crumpets
"And Now For The Whatchamacallit"(Marathon Artists, 2019)
Groupe de rock garage psychédélique australien, formé en 2014 par le chanteur, guitariste Jack McEwan avec Luke Parish (guitare), Luke Reynolds (basse), et Danny Caddy (batterie). Si vous aimez Unknown Mortal Orchestra ou White Denim
[allmusic, discogs, bandcamp]
(blues rock garage néo-psyché)



Peel Dream Magazine
"Agitprop Alterna"(Slumberland, 2020)
Peel Dream Magazine est un groupe new-yorkais formé en 2017, par Joe Stevens, sous l'influence marquée de Stereolab. Sur le second album, après Modern Meta Physic (2018) il s'est entouré du multi-instrumentiste Kelly Winrich et la chanteuse Jo-Anne Hyun.
[allmusic, discogs, bandcamp]
(dream pop, shoegaze)



Skylar Gudasz
"Cinema"(Suah Sounds, 2020)
La chanteuse-auteure-compositrice de Durham en Caroline du Nord sort un second album après Oleander (2016). For fans of Leonard Cohen, Sharon Van Etten, Aimee Mann and Joni Mitchell.
[discogs, bandcamp]
(folk pop)



Fleet Foxes
"Crack-Up"(Nonesuch, 2017)
Groupe de Seattle, formé en 2006 par le chanteur Robin Pecknold et Skyler Skjelset (guitare, madoline, chant). En 2012, leur 1er batteur Josh Tillman quitte le groupe pour se lancer dans une carrière solo, sous le nom de Father John Misty. Aujourd'hui les 4 autres musiciens du groupe sont Casey Wescott (claviers, mandoline, chant) Christian Wargo (basse, guitare, mandoline, chant) Neal Morgan (Batterie, chant) Morgan Henderson (violon, contrebasse, guitare, flûte traversière, clarinette, percussions, chant)
Peaufinant les harmonies vocales, Fleet Foxes s'inscrit dans la tradition des Beach Boys de Crosby, Still, Nash & Young et la mouvance de Grizzly Bear, Vetiver et Midlake
[allmusic, discogs, bandcamp]
(country folk)

08 mai 2020

My Favorite Things #8 : les albums préférés de Vincent Bouteloup



Certains albums, tels des poèmes que nous connaissons par cœur, nous accompagnent au long des années, des décennies. Chargés de souvenirs, déclencheurs de nos évolutions, témoins de nos cheminements, énigmes résistant à l'usure du temps, traversant les modes, conservant la fraîcheur de la découverte à chaque nouvelle écoute....

Merci à Vincent Bouteloup, bibliothécaire musical à la médiathèque d'Argentan Intercom, auteur de BD, musicien, co-fondateur de Ziklibrenbib et membre du CA de l'ACIM d'avoir répondu à l'invitation.

Genesis – Foxtrot (Charisma, 1972)

4ème album de Genesis. Je le mets ici parce que quelque part cet album a été déterminant dans mon écoute et mes goûts musicaux. J’étais au collège et c’était la grande époque Invisible touch de Genesis. Au supermarché du coin il y avait un bac de K7 soldé et j’ai acheté Foxtrot. Mais quand je l’ai mise dans mon lecteur K7 en rentrant chez moi ça a été la déconfiture totale. Qu’est ce que c’était que cette musique ? Et cette pochette si étrange ? Il me semblait pourtant que c’était la voix de Phil Collins (à l’époque je ne savais pas que Peter Gabriel avait été chanteur du groupe), mais tout était différent. J’avais des sentiments très ambivalents, à la fois ça me révulsait et en même temps ça me fascinait complètement. Par la suite je me suis mis à écouter les premiers Supertramp, puis surtout Pink Floyd, Yes, King Crimson... bref ça m’a fait rentrer dans le rock progressif et surtout ça m’a ouvert sur des choses très différentes que ce j’écoutais sur la FM avant. D’ailleurs ces dernières années, j’ai lu avec grand plaisir certains livres de Aymeric Leroy sur le sujet chez le Mot et le Reste ou de Frédéric Delage. 

Willow farm



Chameleons – The Script of the bridge (Statik, 1983)

1er album du quatuor new wave britannique. Ce disque me suit depuis le lycée. Il fait parti des grandes découvertes que j’ai fait ces années là parmi les 33t de la bibliothèque d’Avranches. A la base, c’est la pochette qui m’avait attiré, et ce sont les entrelacs de guitares que je retiens le plus (tout comme leur album suivant What Does Anything Mean? Basically). Un album injustement méconnu, qui a influencé en partie toute la vague noisy des années 90 et la vague post punk des années 2000 !

Don’t fall



Hüsker Dü – Zen arcade (SST, 1984)

3eme album du trio hardcore punk de Minneapolis. C’est l’album qui m’a appris à aimer les voix hurlées. J’ai longtemps fantasmé sur la musique de Hüsker Dü simplement à la vue de leur typographie et des pochettes des albums, notamment celle de Zen arcade (Internet n’existait pas encore quand j’étais au lycée) et la dimension conceptuelle de l’album (encore un héritage du rock progressif!). Avec Metal circus, ce sont ces 2 albums que je préfère, surtout pour le son de guitare inimitable de Bob Mould et pour la colère qui habite ces morceaux ! D’ailleurs, j’ai adoré sa passionnante autobiographie See a little light au Camion Blanc.

I will never forget you



God Machine - One Last Laugh In A Place Of Dying... (Fiction, 1994)

2ème et dernier album du plus anglais des trios américains. En 1996, je suis allé voir Sophia en concert à Caen (le groupe que Robin Proper-Sheppard a fondé juste après la mort brutale du bassiste de God Machine, Jimmy Fernandez ). Les titres de l’album et Robin Proper-Sheppard ne parlaient que de la disparition de son bassiste, et c’est sans doute le meilleur concert que j’ai jamais vu tellement c’était fort et poignant ! Dans cet album de God Machine, il y a les prémisses de Sophia, mais il y a aussi et surtout une telle tension. J’ai toujours aimé les trios guitare/basse/batterie (comme Hüsker Dü ou les premiers Therapy ? (Babyteeth, Nurse, Pleasure death aussi), surtout l’inventivité dont ces trios font preuve pour se passer d’une deuxième guitare, en l’occurrence God Machine était les maîtres en la matière !

Mama



Pinback – This is a pinback CD (Ace Fu Records, 1999)

1er album du duo californien. Quand je suis arrivé à la médiathèque d’Argentan, la première chose que j’ai fait c’est d’écouter tous les CD de rock/electro que je ne connaissais pas. J’avais gardé ceux avec la pochette la plus moche pour la fin et celui de Pinback en faisait parti ! Je l’ai mis sur ma platine chez moi en pensant zapper vite fait et le ramener (j’en donnais pas cher!), et là la grosse claque. J’ai arrêté ce que j’étais en train de faire et je me suis assis pour tout écouter ! Ces pop songs si simples et évidentes, dépouillées, inventives et reposant surtout sur les vocaux m’ont complètement scotché ! Depuis j’ai tous les albums de Pinback évidemment !

Tripoli


Godspeed you black emperor - Slow Riot For New Zero Kanada E.P. (Constellation, 1999)

1er EP du collectif montréalais. Encore un groupe qui doit beaucoup au rock progressif. J’adore l’intégration des captations (bruits urbains, prêcheurs dans la rue...) et l’ambiance de fin du monde. J’ai beaucoup aimé les premières productions du label Constellation (Do Make Say Think, Frankie Sparo, The Silver Mt. Zion, Set Fire To Flames). Il y avait là un nouveau paysage sonore avec une identité forte qui naissait, c’était une période passionnante !

Moya



Boards of Canada – Geogaddi (Warp, 2002)

4ème album du duo écossais. C’est l’album electro que j’écoute le plus depuis début 2000. C’est l’album que je fais le plus tourner en Espace Image & Son de la médiathèque d’Argentan. Leur musique est complètement intemporelle et organique et une vraie source d’influence. d’influence. Les sorties de Warp des années 90 était fantastique avec des artistes comme Squarepusher, Aphex Twin ou Autechre. Depuis plusieurs années, je trouve que le label a perdu son identité et s’est éparpillé en sortant plein de styles musicaux qu’il n’avait pas auparavant dans son répertoire, c’est dommage !

Music is math



Neurosis – The Eye of the storm (Neurot, 2004)

10ème album du groupe américain, fer de lance du post hardcore. Encore un lien avec le rock progressif, les membres de Neurosis étant fan de la première époque de Pink Floyd (Live at Pompéi notamment). Crépusculaire, lyrique, cet album m’avait accroché parce que le groupe avait intégré des influences atmosphériques lorgnant vers le post-rock. Ça m’a permis d’enchaîner ensuite avec le Somewhere along the highway de Cult Of Luna (puis tous les autres albums), Panopticon de Isis, ou dans le même temps All The Footprints You've Ever Left And The Fear Expecting Ahead de Envy. Bref des choses assez extrêmes (surtout pour les japonnais de Envy). Mi 2000, pour la médiathèque j’ai commencé à travailler avec un disquaire caennais, Paranoïd Records, tenu par Nicolas Bazire, un des guitaristes du groupe post-hardcore Amanda Woodward caennais. Evidemment, il y a avait une grosse sélection hardcore et musiques extrêmes dans leur magasin, et ils m’ont aiguillé vers pas mal de découvertes.

Bridges



Tetarise - Playing in the glow (Kahvi Collective, 2016)


Tetarise est un dj russe spécialisé dans le courant trance. On a tous fait un rêve où on emporte quelque chose de notre rêve, et on a l’impression qu’on le ramène avec nous quand on se réveille. Eh bien j’ai eu ce sentiment là avec les musiques libres, au début où j’ai découvert archive.org et les netlabels, je trouvais ça incroyable qu’il y ai tellement de contenus libres mis à disposition ! Sans Ziklibrenbib je n’aurais sans doute jamais écouté de la trance russe par exemple ! L’electro de Tetarise est hyper synthétique mais chargée d’émotion. J’ai de l’admiration pour ces musiciens (dans le même genre Gridline, Dissolved, Leksha...) qui œuvrent loin des médias traditionnels, souvent sans plan de carrière, avec une certaine philosophie du partage (et celle des netlabels) et qui font juste ça pour l’amour de la musique !

Addicted


***


Comment écoutes-tu la musique aujourd'hui ?
De quatre façons : à la maison sur support CD sur ma chaine hi-fi ; à la maison sur ordinateur et au casque pour les albums mp3 ; au travail sur ordinateur et au casque pour les mp3 et streaming (bandcamp, youtube...) ; en voiture sur mon vieux autoradio K7 (avec ma vieille collection de K7 que j’ai encore !) 
L'autopiedgraphie - K7 Maker



Quelque plateforme de streaming utilises-tu ? 
Au travail je me sers principalement de bandcamp et youtube. Mais aussi de archive.org et freemusic archive pour les albums sous creative commons Chez moi j’écoute peu en ligne, plutôt des albums MP3 téléchargés et des CD.

Continues-tu à acheter des disques ? Des CD ? Des vinyles ? 
Et je me suis remis à acheter des CD d’occase (on trouve vraiment plein de choses à prix très bas! ) de temps en temps sur Internet, albums que j’avais souvent au préalable en K7, il y a quelques années et que je redécouvre grâce à mon super autoradiok7 (mes derniers rachats en date, les 2 premiers Soul Caughing !) !

Comment te tiens-tu au courant de l'actualité musicale ? 
La presse (les Inrocks, Télérama, Rock & Folk...), les webzines et blogs. Mes préférés : MownoXSilence.netMetalorgie.

Comme co-fondateur de ziklibrenbib, est-ce que la musique libre a changé ton écoute, ou le choix des musiques vers lesquelles tu portes ton attention ?
J’ai découvert les musiques libres en recherchant des groupes de post-rock début des années 2000 sur Internet (notamment Milhaven et Jasmin) et aussi à cause d’un netlabel Les Diks qui sautent monté par un copain, Guillaume Cardin (aka David Snug, dessinateur de BD) qui a publié des albums de groupes dans lesquels je jouais. Les artistes gagneraient à connaître plus les Creative Commons, leurs oeuvres sont protégés et ils peuvent autoriser explicitement la diffusion et l’utilisation de leurs musique (remix, samples...), choses avec lesquels ils sont bien souvent d’accord, mais bloqué par défaut par le traditionnel copyright. Avec la musique libre, j’ai élargi ma palette sonore (de choses que je n’écouterais pas en temps normal) ! Et en règle générale, j’aime être surpris par ce que je découvre... Depuis quelques temps, j’écoute aussi d’une autre oreille la musique libre, pour trouver des samples potentiels pour un projet musical basé sur la musique libre fait à mes heures perdues : Iliaque
L'autopiedgraphie -  La genèse du projet ziklibrenbib en BD Ziklibrenbib - Ziklibrenbib 2

Tu es auteur de bandes dessinées, tu as récemment mis en ligne un article Rock et BD en Médiathèque de l'ACIM et signé le visuel des RNBM 2019. Quels liens fais-tu entre le dessin et la musique ?
L’un nourrit l’autre. D’abord j’écoute forcément de la musique quand je dessine, c’est une écoute privilégié parce que le dessin a un fort pouvoir immersif ! Ensuite quand je me suis intéressé à la BD au lycée, c ‘était avec la bande à Margerin (Berberian, Mezzo, PirusPirus, Dodo & Ben Radis, Jano...) donc une BD fortement marqué par le rock. Ça a continué ces dernières années avec par exemple les Lock Groove comix de JC Menu à l’Association, pleins d’anecdotes, d’expérience d’écoutes, ou les livres de Hervé Bourhis (le Petit Livre du Rock pour ne citer que lui). Et l’envie de raconter mes expériences (notamment foireuses) de groupes de rock en BD :

une BD illustrant un peu mon cheminement dans l’écoute de la musique... 
L'autopiedgraphie -  La musique de viking

L'autopiedgraphie


Quelques bandes dessinées auto-éditées et libres faites à mes heures perdues (ou trouvées plutôt ;-)

Ziklibrenbib

est un site consacré aux musiques libres (sous Creative Commons). Il a été créé par Antoine Viry (Médiathèque de Pacé) et moi-même (Médiathèque d’Argentan) en 2012. Le but était de médiatiser les musiques libres au sein des médiathèques (vers les professionnels et le public) en sélectionnant des albums (publication de 3 chroniques hebdomadaires) et en proposant une boîte à outils pour les bibliothécaires. D’autres bibliothèques ont rejoint l’aventure depuis (une quinzaine de chroniqueurs et une trentaine de participants réguliers) et sont venu enrichir les sélections du site à travers les chroniques, mais aussi les compilations et la traditionnelle élection du meilleur titre Ziklibrenbib chaque année. Des tournées d’artistes libres ont aussi pu voir le jour grâce à ce projet !